Accueil Santé & Bien-être Madrid détecte le premier cas de monkeypox chez une femme

Madrid détecte le premier cas de monkeypox chez une femme

189
0

Le site Communauté de Madrid a détecté le premier cas d variole du singe ou la variole du singe chez une femme, selon des sources du ministère régional de la santé.

Du département qui dirige Enrique Ruiz Escudero ont précisé qu’il s’agit d’une question de une femme qui a été testée positive à l’orthopoxvirus (l’ensemble des virus responsables de la variole) dans le test PCR effectué sur elle.

La femme est « directement liée à la chaîne de transmission des relations entre les hommes ».. Jusqu’à présent, tous les cas signalés de cette zoonose virale dans la Communauté concernaient des hommes et, selon les premières indications, la transmission est liée à des contacts très étroits en les rapports sexuels entre hommes.

Selon le dernier bilan fourni par la Communauté de Madrid, ils sont. 65 cas confirmés de monkeypox ou variole du singe dans la région, tandis que 30 autres font l’objet d’une enquête et attendent des résultats.

Ainsi, ils vont jusqu’à 65 cas confirmés d’orthopoxvirus (le groupe de virus responsables de la variole) suite aux tests PCR effectués par le laboratoire du Centro Nacional de Microbiología (CNM) de l’Instituto de Salud Carlos III (ISCIII), soit 14 de plus qu’hier.

Lire aussi:  Une étude espagnole trouve la clé de la stéatose hépatique non alcoolique

En outre, d’autres 30 cas suspects de cette maladie virale zoonotique. causés par le virus du monkeypox (MPXV) sont en attente de résultats et 44 autres cas ont été testés négatifs et sont donc écartés.

Le gouvernement régional commencera les tests PCR ce week-end pour déterminer la positivité des cas, compte tenu du manque de rapidité du ministère dans la communication des résultats des tests.

84 cas confirmés

Au total, 84 cas positifs d’orthopoxvirus ont été confirmés en Espagne, tandis que 73 autres cas se sont révélés négatifs dans les échantillons testés. En outre, le Centre européen de contrôle des maladies (ECDC) a indiqué qu’un total de 219 cas confirmés ont été signalés dans le monde.

Ainsi, du 14 mai, date du déclenchement de l’alerte, au 25 mai, un total de 118 cas confirmés ont été signalés dans 12 États membres de l’UE/EEE : Autriche (1 cas suspect) ; Belgique (4) ; République tchèque (1) ; Danemark (1) ; France (5) ; Allemagne (5) ; Italie (5) ; Pays-Bas (6) ; Portugal (37) ; Slovénie (1) ; Espagne (51) et Suède (1).

Lire aussi:  c'est "la meva cartera".

Le site pays signalant des cas en dehors de l’UE/EEE comprennent l’Argentine (1 cas suspect), l’Australie (2), le Canada (15), Israël (1), le Royaume-Uni (71), les États-Unis (9), la Suisse (2), les Émirats arabes unis (1 avec un antécédent de voyage en Afrique de l’Ouest) et le Maroc (3 cas suspects). Au total, 101 cas confirmés de monkeypox ont été signalés dans sept pays non membres de l’UE/EEE.

La Communauté de Madrid a détecté les huit premiers cas positifs suite à l’alerte lancée par le Royaume-Uni le 15 mai pour la détection des premiers cas de monkeypox. La période d’incubation (intervalle entre l’infection et l’apparition des symptômes) de la variole du singe est généralement de 6 à 16 jours, mais elle peut varier de 5 à 21 jours.

Article précédentLes cinq nouvelles les plus importantes de la journée pour les investisseurs espagnols
Article suivantUn homme d’affaires auto-exclu demande des dommages-intérêts au casino, le plaidoyer est rejeté