Accueil Santé & Bien-être « Les plus de 80 ans atteints de covid-19 vont désormais davantage au...

« Les plus de 80 ans atteints de covid-19 vont désormais davantage au CAP qu’à l’hôpital ».

719
0

Personnes âgées qui sont infectés par covid-19 en Espagne aujourd’hui, de plus en plus de personnes se tournent vers la soins primaires que dans les hôpitaux. « Les infections chez les personnes âgées de plus de 80 ans sont désormais davantage observées dans le cadre des soins primaires que dans les hôpitaux », a-t-il ajouté. Fernando Simón, directeur du Centre de coordination des alertes et des urgences sanitaires (CCAES) du ministère de la Santé, jeudi depuis Barcelone. Cela se produit, selon lui, parce que les centres de santé sont  » déchargés  » et peut prendre en charge des « patients moins graves ». Et aussi parce que les personnes âgées sont désormais « moins vulnérables » au virus. « Si ce n’était pas le cas, ils seraient détectés à l’hôpital et non dans le cadre des soins primaires », a expliqué M. Simón lors de son intervention dans le cadre de la XIIe Conférence sur les maladies émergentes organisée par la Fundació Unitat d’Investigació en Tuberculosis (Uitb).

L’épidémiologiste s’est servi de cet exemple pour affirmer que la nouvelle stratégie de lutte contre le virus, par laquelle l’Espagne a arrêté comptage au cas par cas et ceux qui ont une infection légère ou asymptomatique n’ont même pas besoin d’être confinés, ça marche.  » Le les personnes asymptomatiques ont augmenté dans tous les groupes d’âge, y compris les personnes âgées. Les personnes âgées n’ont pas de très gros problèmes. Le vaccin est très efficace, a souligné l’épidémiologiste, qui a fait une bilan de la pandémie en Espagne au cours des deux dernières années. Selon lui, à l’heure actuelle, l’incidence de la septième vague « s’atténue ». La sixième vague a compté 55-60% de personnes asymptomatiques, alors que dans les autres vagues, ce pourcentage était de 25-30%.

Lire aussi:  Le pic de bronchiolite arrivera dans une semaine et les hôpitaux se préparent à une surcharge de travail

Une autre pandémie

Simon a exclu une autre vague de covid-19 comme celle de mars 2020. « Nous ne pourrions avoir une pandémie comme celle de 2020 qu’avec un autre agent pathogène. Il s’agirait alors d’une nouvelle pandémie, et non de la continuation de celle-ci », a-t-il déclaré. Les nouveaux variants, même s’ils échappent aux vaccins, sont toujours « sensibles » à l’immunité dont dispose déjà la population.

Malgré cela, chaque semaine en Espagne, il y a 200 décès dus au covid-19 et 10 en Catalogne. « Nous ne devons pas penser que c’est terminé, mais plutôt que est différent -a dit Simon. Et, bien que proportionnellement il y ait un une réduction très importante de la gravité, lorsque l’incidence est très élevée, le nombre brut de décès n’est pas faible ».

Le bilan de la sixième vague

L’épidémiologiste a également souligné que plus de la moitié des infections de l’ensemble de la pandémie n’a eu lieu que dans les pays de l’Union européenne. sixième vaguequi a commencé autour de Noël dernier. Si plus de 12 millions d’Espagnols ont été infectés par le covid-19 depuis mars 2020, six millions et demi d’entre eux ont été infectés lors de la sixième vague. Si la positivité de la troisième vague (Noël 2020 et janvier 2021) était de 16 %, celle de la sixième vague, avec beaucoup moins de restrictions, était de 40 %.

Lire aussi:  Le vaccin antivariolique est-il totalement efficace contre la variole du singe ?

 » Le incidence commence à baisser alors que nous commençons à vacciner les gens. Nous avons ensuite eu un gravité qui reste faible, qui n’augmente pas comme l’incidence, et qui, de plus, ne présente pas de pic après le pic de l’incidence. Ce sont des données qui marquent des différences substantielles », a déclaré le directeur du CCAES. M. Simón a toutefois souligné que l’incidence de la sixième vague étant très élevée, les cas graves ont augmenté, ce qui a affecté les hôpitaux et surtout les soins primaires.

De plus, au début de la pandémie, L’Espagne a détecté moins d’un cas sur 10. Mais la situation a changé en mai 2020, lorsqu’une nouvelle stratégie de surveillance a été mise en place. « Entre cette date et décembre 2021, nous avons détecté entre 75 % et 80 % des infections », a-t-il précisé.

Simón a encore une fois défendu le la protection générée par la vaccination. La situation a changé, a-t-il insisté, et c’est pourquoi il est insensé « d’agir comme nous l’avons fait en mars 2020 ». « Nous devons supposer la circulation du virus à des niveaux acceptables, toujours protéger les personnes vulnérables, a-t-il conclu.

Article précédentLes pronostics de la finale de la Ligue des champions : Liverpool calme la menace de Vinicius Jr., Salah prend sa revanche sur le Real Madrid
Article suivantInditex et deux autres actions qui ont réussi à franchir la résistance jeudi