Accueil Finance Cinq raisons expliquant les récentes chutes des principaux marchés boursiers mondiaux

Cinq raisons expliquant les récentes chutes des principaux marchés boursiers mondiaux

38
0

Chute en Europe, chute aux Etats-Unis, chute en Asie ? Les marchés boursiers enchaînent plusieurs jours de baisse. qui suscitent l’inquiétude des investisseurs parce qu’elles n’ont pas été observées depuis longtemps et parce qu’il semble qu’il n’y ait pas d’autre solution que de s’en remettre à l’expérience. le marché ne s’était pas habitué à des baisses successives et brutales.. Nous avons assisté à des revirements sur le Vieux Continent, qui ont conduit l’Ibex à perdre le support important de 10 000 points.L’Ibex a perdu du terrain à Wall Street et également en Asie, avec des baisses particulièrement marquées des indices chinois.

La question se pose de savoir quelles sont les raisons de ces chiffres rouges. Il y en a, et nous allons les détailler :

1. Les déclarations « hawkish » des membres de la Banque centrale européenne (BCE). C’est probablement la principale raison qui pénalise les marchés boursiers européens. Ces derniers jours, et dans le cadre du Forum de Davos, plusieurs membres de la Banque centrale européenne se sont exprimés, ce qui a eu pour effet d’affaiblir les marchés boursiers européens. ont « tiré la sonnette d’alarme » sur les baisses de taux, propageant l’idée qu’il n’y aura peut-être pas les baisses de taux attendues par le marché cette année. et que, s’il y en a, elles interviendront plus tard que prévu.

Le président de la Bundesbank, Joachim Nagela déclaré lundi que les marchés sont trop optimistes quant à la perspective d’une baisse des taux, et qu’il pourrait s’écouler un été avant que la question ne soit abordée.

Un autre « faucon », le membre autrichien de la BCE, s’est également exprimé ce jour-là, Robert Holzmannqui s’est montré moins prudent en affirmant que les marchés ne devraient pas compter sur des baisses de taux en 2024.

L’économiste en chef de la BCE, Philip Lanea donné une interview le week-end dernier dans laquelle il mettait en garde contre une baisse trop rapide des taux.

Ces déclarations « contrastent » avec celles de Christine Lagardequi a déclaré mercredi que La BCE réduira « probablement » ses taux « au cours de l’été ».un scénario envisagé par le consensus. Il a toutefois souligné que il faut être « réservé » car tout dépendra des données.. « Certains indicateurs ne sont pas ancrés au niveau où nous voudrions les voir ».

L’IPC final de décembre pour la zone euro a augmenté à 2,9 % (l’objectif de la BCE est de 2 %), tandis que le taux sous-jacent est tombé à 3,4 %, comme indiqué hier.

Lire aussi:  Binance va restreindre les transactions sur les contrats à terme et les produits dérivés en Espagne à partir du 4 juillet.

« Ces derniers jours, les banquiers centraux ont redoublé d’efforts pour montrer leur résistance aux baisses de taux anticipées. et le message semble être passé, les marchés boursiers ayant reculé par rapport à leurs récents sommets, alors que nous voyons des chiffres sur l’inflation qui ralentissent, mais pas assez vite.« , déclare Michael Hewson, responsable de la recherche chez CMC Markets à Londres.

De l’autre côté de l’Atlantique, le gouverneur de la Réserve fédérale (Fed), Christopher Wallera a également rejeté cette semaine les attentes des marchés qui prévoyaient six réductions de taux cette année.

« Ses commentaires selon lesquels les baisses de taux devraient être effectuées de manière méthodique et prudente, et de manière calibrée, indiquent que la banque centrale n’est pas pressée et qu’elle pense que des baisses rapides ne sont pas nécessaires. Cette approche tend à exclure l’idée d’une baisse en mars et suggère que la banque centrale dépendra fortement des données », écrit M. Hewson.

2. Des données qui surprennent à la baisse. Comme l’IPC de décembre publié hier au Royaume-Uni, a atteint 4 % par rapport aux prévisions de 3,8 % et au chiffre précédent de 3,9 %.. Ce type de référence n’est pas de nature à rassurer un marché qui, comme le dit justement Lagarde, prend ses décisions « donnée par donnée ».

« Les chiffres de l’inflation (hier) au Royaume-Uni servent à renforcer le défi auquel la Banque d’Angleterre est confrontée alors qu’elle tente de ramener l’inflation à son objectif.et montrent que le processus ne sera probablement pas linéaire », commente Michael Hewson.

3) Encore de mauvaises données… mais en provenance de Chine. La Chine est toujours sous les feux de la rampe et La Chine semble continuer à décevoir. Elle ne connaît pas la croissance attendue, elle ne se remet pas comme prévu de la pandémie… et cela pèse sur le monde entier.

Le PIB déçu de mercredi. Bien que l’économie chinoise ait progressé plus que prévu en 2023 (l’estimation était de 5 % et elle a progressé de 5,2 %), au quatrième trimestre, elle a progressé de 5,2 % contre les 5,3 % attendus..

« La dynamique de croissance de l’économie chinoise s’est ralentie au quatrième trimestre 2023. Nous prévoyons un ralentissement de la croissance annuelle à 4,4 % en 2024. Sophie Altermatt, économiste chez Julius Baer, prévoit que « les effets de la réouverture s’estompent, le secteur immobilier reste un frein et les politiques gouvernementales se concentrent sur la maîtrise des risques plutôt que sur la stimulation de la croissance ».

Lire aussi:  Grifols affirme qu'il n'a pas besoin de faire des provisions pour la demande américaine.

4. La Chine s’inquiète également… de la victoire de Trump et de Taïwan. La victoire écrasante de Donald Trump dans les caucus de l’Iowa, qui lui donne une avance considérable dans la course à l’investiture républicaine pour l’élection présidentielle du 5 novembre, a des retombées sous la forme d’une… d’inquiétude quant à la possible résurgence de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine si, finalement, Donald Trump redevient président des États-Unis.

Les relations tendues entre les deux superpuissances sous l’ère Trump sont encore dans toutes les mémoires, faisant la une des journaux jusqu’à ce que la pandémie de Covid-19 éclate et que l’attention se porte sur la situation sanitaire.

Les experts évoquent également le résultat des élections taïwanaises de samedi dernier, qui ont vu la victoire du Parti démocrate progressiste (DPP), déjà au pouvoir, ce qui n’a pas manqué de susciter de vives réactions de la part de la communauté internationale. pourrait entraîner une recrudescence de la rivalité entre la Chine et les États-Unis.

« Bien que le président élu Lai n’ait pas explicitement prôné l’indépendance formelle de Taïwan depuis 2017, il était perçu à Pékin avant l’élection comme encore plus réticent à faire des concessions à la République populaire. La crainte des observateurs est que la Chine prenne des mesures économiques contre Taïwan.éviter une intervention militaire directe qui risquerait de déclencher une confrontation avec les États-Unis, mais recourir à un blocus naval. Les États-Unis réagiraient probablement en imposant des sanctions commerciales et financières. sur les produits chinois », écrit Gilles Moëc, économiste en chef chez AXA Investment Managers.

5. La situation en mer Rouge. Ainsi, la tension actuelle en mer Rouge, avec les attaques des rebelles houthis contre les cargos, ne peut pas être considérée, pour l’instant, comme une situation « dangereuse », a un impact économique frappant. Même les prix de l’énergie se maintiennent malgré l’escalade du conflit. Cependant, les prix de l’énergie se maintiennent malgré l’escalade du conflit, est une préoccupation latente dont les conséquences sont imprévisibles en cas d’escalade.

Article précédentLe débat sur le projet de casino du comté de Fairfax s’intensifie
Article suivantMarina Bay Sands reçoit le feu vert pour sa quatrième tour hôtelière