Accueil Sports Coupe du Monde de la FIFA 2022 : Le Japon assomme l’Espagne...

Coupe du Monde de la FIFA 2022 : Le Japon assomme l’Espagne pour remporter le Groupe E et éliminer l’Allemagne

309
0

Le groupe des hyperéquipes européennes s’est terminé avec le Japon en tête après avoir répété l’exploit de la première journée avec une victoire 2-1 sur l’Espagne.

Comme cela avait été le cas lorsqu’ils avaient surpris l’Allemagne lors de la première journée, les Japonais semblaient complètement dépassés à la mi-temps au Khalifa International Stadium, et n’étaient menés que par une tête d’Alvaro Morata. Les remplacements effectués par Hajime Moriyasu ont fait basculer la situation et Ritsu Doan et Ao Tanaka ont frappé pour propulser les Samurai Blue au sommet du Groupe E.

Un tel scénario aurait été inimaginable après 45 minutes. Morata s’élevait plus haut que tout le monde pour reprendre un centre de Cesar Azpilicueta venu de la droite, mais l’Espagne aurait pu en faire bien plus si les incursions dans la surface de réparation et la domination de la possession de balle s’étaient répercutées sur la feuille de match. Sur le flanc droit, l’équipe de Luis Enrique était dévastatrice, Gavi et Nico Williams combinant leurs efforts pour franchir la ligne de démarcation et tester Shuici Gonda au premier poteau.

Avec 73% de possession de balle et un contrôle total du territoire, il ne semblait y avoir qu’un seul vainqueur à la pause, alors que le monde du football ronronnait sur l’Espagne comme championne potentielle. Et pourtant, il y a eu des moments en seconde période où… La Furia Roja se dirigeaient vers la porte de sortie alors que le Costa Rica assommait l’Allemagne, du moins pour quelques minutes.

A ce moment-là, le Japon avait déjà pris l’avantage à 30 miles de distance, Doan et Kaoru Mitoma ayant un impact immédiat en sortie de banc. La pression japonaise à la sortie des blocs de la deuxième mi-temps stupéfiait l’Espagne, obligeant Unai Simon à un dégagement nerveux. Doan se jette à l’attaque et envoie une frappe du gauche depuis l’extérieur de la surface.

Dans les trois minutes qui suivaient, les Espagnols reprenaient l’avantage grâce à Doan qui attaquait sur la droite et adressait un centre au second poteau. Mitoma l’a envoyé sur la ligne de touche. La VAR a conclu que le ballon avait été touché par la balle. juste est resté en jeu – et la balle a rebondi sur Tanaka pour propulser le Japon vers la victoire.

Lire aussi:  Manchester City vs. Liverpool : pronostics, cotes : Les pronostics, les meilleurs paris pour le 16 octobre 2022

Pendant la majeure partie de la deuxième mi-temps, ce match se dirigeait vers un scénario qui favoriserait les deux équipes aux dépens de l’Allemagne, mais l’Espagne ne semblait pas se résigner à la défaite. Marco Asensio envoyait une frappe puissante vers le but en fin de match, mais la défense japonaise était remarquable, ne permettant qu’une seule fois à l’adversaire de passer derrière, Gonda sauvant intelligemment Olmo.

En tête du groupe, le Japon affrontera la Croatie tandis que l’Espagne, vice-championne du monde, affrontera le Maroc. L’Allemagne, qui avant 2018 n’avait pas été éliminée au premier tour d’une Coupe du monde depuis 80 ans, doit maintenant prendre un vol de retour pour la deuxième Coupe du monde consécutive.

Les changements de Moriyasu portent leurs fruits

En 150 ans de football international, peu de choses sont restées des lois tactiques immuables. En fait, la seule constante est peut-être qu’au départ, les entraîneurs désignent leur onze de départ le plus fort et cherchent à gagner le match à partir de là. Ce n’est pas le cas de Moriyasu, qui a clairement compris les avantages tactiques de jouer à un niveau incomparablement plus élevé en seconde période qu’en première.

Bien sûr, ce n’est peut-être pas sa véritable intention, mais ce que cela nous apprend sur le Japon pourrait l’être. Dans chacun des trois matchs de groupe jusqu’à présent, Moriyasu a mélangé ses cartes à la pause, utilisant ces jambes fraîches pour secouer l’opposition avec intensité. Lorsque Mitoma et Doan se sont attaqués à la ligne arrière, l’Espagne a, pour la première fois dans ce tournoi, été déstabilisée. Comme ce fut le cas contre l’Allemagne – et sans doute contre le Costa Rica – les joueurs qui sont sortis du banc l’ont fait avec un rôle clairement défini et ont offert un avantage tangible. Takuma Asano n’a peut-être pas saisi sa chance ce soir, mais ses courses intenses ont ralenti l’Espagne pendant un moment ou deux, donnant à la défense japonaise le temps de se réinitialiser.

Lire aussi:  Résultats de la Ligue des champions : Chelsea gagne grâce à Pulisic et Kante ; la Juventus fait match nul grâce à McKennie, blessé.

Cette défense, il faut le noter, a donné au Japon une plate-forme pour gagner en pliant mais sans jamais rompre. Le résultat aurait pu être le même, mais cette fois, les hommes de Moriyasu n’ont pas bénéficié de la même finition qu’en Allemagne. L’Espagne a exercé une pression énorme, mais elle l’a transformée en 12 tirs pour seulement 0,65 but attendu, un chiffre que le Japon a largement éclipsé.

Une défaite qui pourrait convenir à l’Espagne

Ce n’est que dans les toutes dernières secondes que l’on s’est demandé si l’Espagne n’était pas prête à accepter la défaite qui lui a permis d’éliminer l’Allemagne avec le Japon. Juste avant, cependant, ils avaient créé une ouverture pour Olmo et semblaient enfin percer des trous dans la défense. Si Luis Enrique n’était pas conscient que son équipe se dirigeait, pour quelques secondes du moins, vers la porte de sortie, il est difficile d’être certain qu’elle était entièrement consciente des événements survenus à 30 kilomètres de là.

De même, vendredi matin, ils pourraient éprouver un certain sentiment de gratitude envers Doan et Tanaka pour les avoir propulsés de l’autre côté de la fourchette. Le Maroc pourrait être un test plus difficile qu’une Croatie vieillissante, mais des équipes comme le Portugal, la Serbie ou la Suisse seraient loin d’être aussi intimidantes que le Brésil en quart de finale, un match qui semblait inévitable dès la première journée. À l’exception peut-être de la France, l’Espagne est la meilleure équipe de son groupe. C’est une meilleure position que la tête du Groupe E.

Article précédentGorman (Morgan Stanley) : « Je ne parierais pas contre Elon Musk ».
Article suivantUSA contre Pays-Bas : La série de succès de Cody Gakpo en Coupe du monde et comment l’USMNT peut arrêter le prétendant au Soulier d’or.