Accueil Finance Les marchés boursiers vont chuter, mais 2024 sera une « bonne année » pour...

Les marchés boursiers vont chuter, mais 2024 sera une « bonne année » pour les actions

19
0

Le sacs traversent une période de vulnérabilité. Cela a été particulièrement évident cette semaine aux États-Unis où, après un « début d’année phénoménal », les actions ont été durement touchées par les résultats plus faibles que prévu de certains poids lourds de la technologie, par des données « décevantes » sur l’emploi et par le fait que la Réserve fédérale (Fed) a jeté un froid sur les attentes d’une réduction précoce des taux d’intérêt. « Les marchés d’actions sont plus vulnérables à un repli à court terme.Selon Julius Baer, bien que 2024 sera une « bonne année » pour les actions.

La banque suisse met l’accent sur ce qui s’est passé en Suisse. Wall Street ce mercredi comme un exemple de ce qui pourrait se passer à partir de maintenant. Ils rappellent que le sentiment était déjà mauvais en raison du mauvais goût laissé par les comptes de géants tels que Alphabet (société mère de Google)qui a été accentuée par la nouvelle de la rapport sur l’emploi du cabinet privé ADPqui a montré un refroidissement du marché du travail, les États-Unis ayant créé moins d’emplois en janvier que ne le prévoyait le consensus.

Et la Fed est venue s’ajouter à tout cela. Les actions avaient déjà chuté, mais « la vente s’est intensifiée vers la fin de la séance à la suite de l’annonce par la Fed d’une baisse des taux d’intérêt ». Réunion du Comité fédéral de l’open market (FOMC) de la Réserve fédérale », déclare Mathieu Racheter, responsable de la recherche sur les actions chez Julius Baer.

Lire aussi:  Les ventes au détail de la zone euro rebondissent de 0,8% en novembre

« Alors que la décision de la Fed de de laisser les taux d’intérêt inchangés dans une fourchette de 5,25 % à 5,50 %. Conformément aux attentes du marché, les commentaires de Jerome Powell lors de la conférence de presse, dans lesquels il a déclaré que « les taux d’intérêt ont été maintenus à leur niveau actuel », sont conformes aux attentes du marché. qu’une réduction lors de la prochaine réunion en mars était peu probable. a encore réduit les attentes du marché quant à une réduction des taux », note-t-il.

Il ajoute que les secteurs cycliques et de croissance à long terme ont été les « moins performants » aux États-Unis ce jour-là, tandis que les investisseurs « ont trouvé un refuge » dans les secteurs défensifs tels que les soins de santé et les services publics.

Tout cela montre, explique M. Racheter, que « les marchés boursiers sont plus vulnérables à un recul à court termecar divers sentiments et positionnements se sont normalisés à partir de niveaux déprimés ».

Lire aussi:  L'Ibex 35 et l'Europe ouvrent en forte hausse après une réunion de la Fed qui calme les marchés

Toutefois, la banque suisse continue de s’attend à ce que 2024 « soit une bonne année pour les rendements des actions en général ».Pourquoi ? Parce que leur scénario de base prévoit la poursuite de la tendance désinflationniste, alors que les dernières données publiées « continuent d’indiquer une tendance à la baisse de l’inflation ». atterrissage en douceur » de l’économie américaine.

En outre, selon M. Racheter, après une année de stagnation des bénéfices, le modèle sur lequel Julius Baer fonde ses projections suggère que les bénéfices des actions des marchés développés « renoueront avec une croissance de 8 % d’ici 2024 »..

« Dans ce contexte, nous verrions tout retour en arrière tout nouveau renversement majeur des cours, susceptible d’être déclenché par un choc extérieur, tel qu’une crise financière. opportunité d’augmenter l’exposition aux actions« , déclare le stratège.

Et où est-il préférable d’investir ? Selon les projections de Julius Baer, il est préférable de « continuer à privilégier les les valeurs de croissance de qualité et le secteurs défensifs se sont affaiblis dans le contexte macroéconomique actuel.

Cependant, la banque prévoit également « une fenêtre d’opportunité pour de se tourner vers des secteurs et des régions plus cycliques d’ici à la mi-2024″.en prévision du début du nouveau cycle ».

Article précédentL’Ibex 35 augmente de 1,27 % en une semaine et clôture au-dessus de la barre des 10 000 points.
Article suivantBelén Linares, ancienne dirigeante d’Acciona, nouvelle directrice du département R&D&I de Cepsa