Accueil Business Les mesures prises par l’Espagne concernant les « cryptos » sont un signe de...

Les mesures prises par l’Espagne concernant les « cryptos » sont un signe de convergence réglementaire dans l’UE.

605
0

La période d’attente jusqu’à ce que l’Union européenne (UE) approuve la directive qui doit réglementer le marché des crypto-actifs dans l’UE-27 (MiCA) prend trop de temps pour la Banque d’Espagne. Les données recueillies dans le chapitre spécial consacré aux crypto-monnaies de son rapport de printemps sur la stabilité financière montrent que environ 12 % de la population adulte espagnole possède des bitcoins ou une autre crypto-monnaie.un chiffre brutal comparé aux 3% qui investissent dans des actifs traditionnels.

Il n’est pas surprenant que le superviseur monétaire espagnol mette en garde contre le risque qu’il représente en raison de la corrélation observée avec les marchés boursiers et appelle à « règles homogèneséviter l’arbitrage réglementaire entre juridictions, ainsi que corriger les déficiences de l’information disponible sur ce marché, qui sont pertinentes et auxquelles il faut remédier rapidement ».

Comme le souligne le rapport, la Banque d’Espagne n’a pas actuellement la capacité de réglementer, d’autoriser ou de superviser le fonctionnement des marchés de crypto-actifs ou de leurs participants. Cependant, un certain nombre d’initiatives supranationales sont en cours d’élaboration pour la réglementation et la surveillance des crypto-actifs, qui sont essentielles compte tenu des possibilités de transactions internationales offertes par ces instruments.

L’Espagne, en revanche, a été un pionnier dans la réglementation de la publicité pour les crypto-actifs. par un règlement de la Commission nationale du marché des valeurs (CNMV) entré en vigueur le 16 février. Là où la BdE a les mains liées, le superviseur des marchés anticipe sur la MiCA, qui est appelée à réglementer ce domaine, et « fait preuve d’une harmonie réglementaire avec MiFID II », explique Martina Hoffard, directrice du marketing chez SpectrumMarkets.

Lire aussi:  Au-dessus de quels prix l'Ibex doit-il clôturer pour confirmer un rebond ?

L’un des points importants de cette démarche est que « le gouvernement espagnol a pris l’initiative et a habilité la CNMV à réglementer les crypto-monnaies avant que la Commission européenne (CE) n’ait adopté un cadre commun intégrant des règles de conduite sur la communication avec les clients », souligne M. Hoffard. Le projet de MiCA est toujours en cours d’examen par les organes de la CE, mais « la L’anticipation de l’Espagne ne sera pas un problème à l’avenir.« , estime le responsable de Spectrum Markets. « Au contraire. Face à d’éventuelles divergences, la formulation de la règle de l’agence espagnole suggère que l’alignement sera assez simple », ajoute-t-elle.

Elle ajoute que si l’on lit la formulation « claire, équilibrée, équitable et non trompeuse » de la CNMV et qu’on la compare aux « exigences en matière d’information équitable, claire et non trompeuse » de la MiFID II – que la MiCA adoptera très probablement – « les similitudes sont claires ». Il est tout à fait possible que la CE stipulera des amendes différentes du maximum de 300 000 euros imposé par la CNMV. pour non-respect de la réglementation. Autrement, aucun conflit potentiel n’est prévu. Il est également frappant de constater que la CNMV a statué sur la base d’un cadre législatif qui a été approuvé par l’UE pour les instruments financiers traditionnels il y a quelques années. « C’est le signe d’une forte convergence réglementaire », dit-il.

Lire aussi:  M. Montero souhaite que l'impôt temporaire sur les grandes fortunes entre en vigueur en 2023.

En plus de ce qui précède, la règle aborde deux autres points essentiels, selon le directeur du marketing de SpectrumMarkets. Tout d’abord, et c’est le plus important, c’est que « l’accent a été mis sur l’influence des médias sociaux ».. Rappelons que l’élément déclencheur de cette mesure a été un différend entre la CNMV et le footballeur Andrés Iniesta concernant la promotion d’une plateforme d’achat et de vente de bitcoins sur Twitter. Le CNMV a répondu à son tweet en avertissant que les cryptoactifs sont des produits non réglementés présentant des risques importants.

« Cela montre que les autorités et les gouvernements prennent très au sérieux l’influence qu’exercent aujourd’hui les médias sociaux », affirme M. Hoffard. Y s’attaque à un phénomène connu sous le nom de FOMO (fear of missing out), qui est souvent encouragée par la publicité sur ces chaînes. Comme le démarchage à domicile ou le marketing téléphonique, il est entendu qu’il pousse les consommateurs à prendre des décisions rapidement, sans possibilité de réfléchir aux risques inhérents à cette décision.

Le deuxième point est que, dans presque tous les autres domaines – et pas seulement dans ceux liés au marché des capitaux – la législation européenne, qu’elle soit nationale ou supranationale, a répondu à ce type de risques liés aux décisions rapides des consommateurs individuels par des annulations, des restrictions ou des interdictions. « Et comme les décisions d’investissement comportent toujours des risques pertinents, cette interdiction de la CNMV est compréhensible.« , conclut-elle.

Article précédentPicots de coin : Meilleurs paris, cotes, pronostics pour AC Milan vs Fiorentina, Tottenham vs Leicester et plus encore.
Article suivantL’Angel City FC remporte le match inaugural de la saison régulière de la NWSL devant un public étoilé et festif à Los Angeles