Accueil Sports West Ham vs. Séville : Andriy Yarmolenko envoie les géants de l’Europa...

West Ham vs. Séville : Andriy Yarmolenko envoie les géants de l’Europa League dans un London Stadium déchaîné

717
0

LONDRES — La plus grande soirée que West Ham ait connue depuis son déménagement au London Stadium ? Certainement. La meilleure ? Sans aucun doute. Eh bien… jusqu’à présent.

Tomas Soucek et, pour la deuxième fois en quelques jours, Andriy Yarmolenko ont été les buteurs de la victoire 2-0 en prolongation de jeudi contre Séville, qui a permis aux Hammers de se qualifier pour les quarts de finale de l’Europa League, mais ce fut un travail d’équipe sur et en dehors du terrain. Séville, roi de l’Europa League, a été privé du septième ciel qu’aurait représenté le fait de soulever ce trophée sur son propre terrain. Est-ce que ce sera West Ham qui fêtera ça dans le Ramon Sanchez Pizjuan en mai prochain ? Ils ont certainement une arme secrète qui leur permettra de passer les deux prochains tours.

Depuis le premier cri de « I’m Forever Blowing Bubbles » jusqu’aux 60 000 personnes qui ont célébré le but victorieux de Yarmolenko, ce fut une soirée différente de toutes les autres au London Stadium, autrefois décrié comme une maison inapte pour cette équipe. Ce soir, c’était une forteresse. David Moyes avait mis au défi ses supporters de « s’habituer » aux grands soirs comme jeudi. Ils étaient des vétérans aguerris ; les 12e, 13e et 14e hommes pour aider 11 excellents joueurs sur le terrain.

Dès le début, West Ham a pris le dessus sur la grande puissance de cette compétition. Michail Antonio ne montrait aucun signe qu’il avait eu besoin d’une remise en forme tardive, s’imposant à Jules Kounde et Nemanja Gudelj. Derrière lui, Manuel Lanzini, Pablo Fornals et Said Benrahma se montraient menaçants. Les hôtes avaient forcé Séville à reculer vers la surface, mais les meneurs de jeu des Hammers repéraient toujours les passes.

Une pichenette sur le dessus par Lanzini et Fornals était derrière, Gudelj s’interposant juste à temps. Peu après, c’est Benrahma qui débloquait la défense. Alors que le stade londonien criait en masse pour qu’il tire, l’Algérien faisait croire à Séville qu’il allait le faire avant de faire une passe en retrait dans le chemin d’Antonio. Yassine Bounou et Kounde ont tout juste réussi à presser le numéro 9 de West Ham avant que Gudelj ne batte Soucek sur le rebond.

Lire aussi:  La liste des joueurs de l'USMNT : Le rôle de Gio Reyna face au Mexique : le retour de la star de Dortmund pour les USA.

Ces deux-là allaient bientôt se racheter. Voyant son chemin vers le but bloqué par trois défenseurs de Séville, Antonio débordait sur la gauche et adressait un centre au second poteau où Soucek faisait ce qu’il sait faire, s’élevant au-dessus de Ludwig Augustinsson pour marquer de la tête. La puissance de propulsion de près de 60 000 supporters en liesse a fait perdre à quiconque l’idée qu’il s’agit d’un stade d’athlétisme sans âme à côté d’un centre commercial. C’était le nirvana en bleu et rouge.

West Ham ne s’est pas arrêté là. L’équipe de Moyes ne s’est pas laissée emporter par l’ambiance, elle a fait preuve d’un sang-froid qui ne s’est pas reflété dans les tribunes (et c’est compréhensible), cherchant à se placer dans les meilleures positions de tir. Lanzini aurait dû profiter de l’une d’entre elles, en tirant directement sur Bounou à bout portant.

Tous les fans de séries télévisées britanniques savent que l’East End de Londres fournit plus que sa part de méchants emblématiques. Ce soir, on pourrait se demander si Clement Turpin n’était pas déterminé à se mettre dans ce rôle, avec une performance qui a dépassé le stade de l’officialité pour atteindre celui de la pédanterie.

Aucun contact n’était trop délicat pour l’empêcher de siffler et il n’a pas fallu longtemps à Séville pour s’en rendre compte. Soit cela, soit Declan Rice appliquait la technique de la paume à cinq points et du cœur explosif lorsqu’il effleurait le dos de Jesus Corona juste à l’extérieur de la surface de réparation de West Ham. Michail Antonio, quant à lui, a concédé un coup franc en courant avec un ballon à ses pieds.

Lire aussi:  Transfert de Kylian Mbappe : Le Real Madrid est prêt à assurer le transfert de la superstar du PSG, selon des rapports

Bien sûr, Séville n’est pas devenu six fois champion d’Europa League uniquement parce qu’il sait comment travailler avec les officiels. Même en infériorité numérique, ils représentaient une réelle menace et seul un arrêt remarquable d’Alphonse Areola a empêché Youssef En-Nesyri de marquer juste avant la demi-heure de jeu. En se déplaçant sur sa droite, le gardien remplaçant des Hammers semblait avoir été surpris par une frappe redoutable dans la direction d’où il venait, mais un gant droit instinctif était assez puissant pour détourner le ballon en toute sécurité.

Corona expédiait une volée au-dessus à la 70e minute, l’une des rares occasions de Séville. Même le vétéran Ivan Rakitic ne parvenait pas à maîtriser ce match et il était sacrifié en début de seconde période pour lui éviter l’ignominie d’être à nouveau dépassé par Rice. Mais les visiteurs avaient au moins le mérite d’endiguer la vague, d’apaiser la foule en possédant le ballon haut sur le terrain et en obligeant West Ham à épuiser ses réserves d’énergie.

Il fallait attendre la 88e minute pour que Moyes rafraîchisse son équipe à partir d’un banc pauvre en changements de jeu, Yarmolenko remplaçant Benrahma alors que le match se dirigeait inexorablement vers la prolongation. Les joueurs de la Liga ne se relâchent pas, Craig Dawson dépose un corner sur Soucek au second poteau. Sa tête se logeait dans le filet latéral. Quelques secondes plus tard, une interception de Rice a failli atterrir dans les pieds d’Antonio.

Les jambes et les esprits fatigués ont commencé à se manifester. On pouvait se convaincre que le but ne viendrait pas, qu’il y avait trop d’occasions manquées et que cela allait se terminer à la loterie des tirs au but. Mais l’espace se libérait à l’extérieur de la surface pour Fornals, dont le tir se dirigeait vers la lucarne opposée de Bounou. Le gardien de but ne pouvait que détourner le ballon dans la direction de Yarmolenko.

Article précédentBerenberg dégrade la note de Vidrala, mais reste confiant dans la société et réitère ‘achat’.
Article suivantLes brasseurs lancent un avertissement : la grève provoque des ruptures d’approvisionnement dans les pubs et les supermarchés