Accueil Santé & Bien-être Vérification des faits | Il n’a pas encore été démontré que les...

Vérification des faits | Il n’a pas encore été démontré que les vaccins Covid modifient le cycle menstruel

748
0

Vous avez certainement entendu une amie proche ou une collègue dire qu’après avoir été vaccinée, elle a remarqué que son cycle menstruel avait changé d’une manière ou d’une autre, notamment en termes d’intensité ou de durée. Aujourd’hui, le Les scientifiques n’ont pas été en mesure de prouver que ces troubles étaient causés par le vaccin. car seules deux études évaluées par des pairs ont été publiées sur le sujet et toutes deux sont basées sur des enquêtes. Bien que les femmes vaccinées signalent plus fréquemment des troubles du cycle menstruel que les femmes non vaccinées, la relation de cause à effet n’a pas encore été prouvée.

« Aux participants à l’essai [clínicos] n’ont pas été interrogées spécifiquement sur leurs cycles menstruels&quo ;, explique à Verificat Victoria Male, chercheuse au département du métabolisme, de la digestion et de la reproduction à l’Imperial College de Londres (UK), ce qui s’est probablement produit « parce que les essais demandent des rapports sur les événements attendus (comme la fièvre) ou graves&quo ; et les changements menstruels « n’entraient dans aucune de ces catégories ».

Francesc Carmona, chef du service d’obstétrique et de gynécologie de l’hôpital Clínic de Barcelone, est d’accord avec elle. « Quand ils ont commencé à concevoir [los ensayos clínicos]la dernière chose à laquelle on a pensé est la règle […] Aucune étude sur la sécurité des vaccins n’a cherché à savoir si les vaccins provoquaient des troubles menstruels. Tout ce que nous avons, c’est l’étude d’observation ultérieure.. ;note-t-il. Une explication similaire est partagée par Manuel Albi, chef du service de gynécologie et d’obstétrique de l’hôpital La Luz (Madrid), qui souligne qu' »à l’heure actuelle, nous ne disposons pas d’informations scientifiques suffisantes pour nous permettre d’affirmer que le vaccin covid-19 affecte le cycle menstruel&rdquor ;.

Cette connaissance insuffisante est également soulignée par le Comité consultatif des vaccins (Vaccine Advisory Committee, VAC), qui rappelle également que, bien que  » les services de pharmacovigilance […] ont noté une augmentation des rapports sur les troubles menstruels, [pero] n’ont pas détecté de modèle particulier et estiment que leur fréquence ne dépasse pas celle des changements menstruels attendus dans la population non vaccinée&rdquor ;. On trouve des exemples de ce constat dans les rapports de l’Agence européenne des médicaments (EMA) sur les vaccins Pfizer et Moderna, de l’Agence espagnole des médicaments et des produits de santé (AEMPS) ou des agences britannique et française.

Deux grandes enquêtes

À ce jour, les articles les plus notables sont des études de cohorte dont les résultats ont été obtenus par des enquêtes auprès de l’échantillon sélectionné. Ces enquêtes, l’une américaine et l’autre norvégienne, ont été publiées au début du mois de janvier 2022, et ont effectivement révélé que les femmes vaccinées ont signalé davantage d’effets indésirables liés aux menstruations que les femmes non vaccinées. Il existe également une étude menée par l’université de Grenade, connue sous le nom de projet EVA, qui présente des caractéristiques très similaires (basée sur des enquêtes auprès de 14 000 participants) et qui a eu un certain impact en Espagne, mais les résultats sont préliminaires et n’ont pas encore été publiés. Verificat a essayé de contacter l’équipe pour obtenir plus de détails sur la recherche, sans succès.

Lire aussi:  Le streptocoque se propage par les mêmes voies que le covid.

Toutefois, le fait que ces études aillent dans un sens ne signifie pas que le vaccin a modifié les cycles menstruels de ces femmes : « Il s’agit encore d’une impression subjective dans l’attente de résultats définitifs ».Carmona fait remarquer, et ajoute : « Nous devons être prudents&rdquor ;.Les études et leurs limites

Dans l’étude nord-américaine, publiée dans la revue Obstetrics & Gynecology, les scientifiques ont constaté que les participants déclaraient en moyenne un retard de 0,64 jour pour la première dose et de 0,79 jour pour la seconde. Parmi ceux qui ont reçu les deux doses en un seul cycle, leurs règles ont été retardées d’un peu plus de 2 jours. Chez tous les participants, la longueur des règles est revenue à la normale après deux cycles. Pour parvenir à ces conclusions, les scientifiques ont recueilli des informations sur les règles de près de 4 000 femmes – 2 403 femmes vaccinées et 1 556 femmes non vaccinées ou du groupe témoin.

Toutefois, cette étude n’a révélé aucun changement dans la durée et l’intensité des saignements menstruels, ce qui contredit les conclusions d’une autre étude norvégienne, à examiner, menée par l’Institut norvégien de la santé publique. L’agence a enquêté sur une cohorte préexistante – un groupe de population qui faisait déjà l’objet d’un suivi pour la recherche. d’environ 5 700 personnes. Les scientifiques ont demandé aux participantes si elles avaient constaté des changements dans leur cycle menstruel avant et après chaque dose de vaccin, et ont constaté une augmentation du nombre de personnes ayant remarqué que leurs règles étaient plus abondantes que la normale après la vaccination, après la première et la deuxième dose du vaccin. Cet essai ne comporte pas non plus de groupe de contrôle.

Des études supplémentaires sont nécessaires

Ces deux études présentent des limites importantes qui ne permettent pas de déterminer que les vaccins modifient le cycle menstruel. En fait, les chercheurs eux-mêmes insistent sur le fait que des recherches plus approfondies sont nécessaires. Un exemple de ces limites est que, dans les deux cas, les scientifiques soulignent qu’ils n’ont choisi que des cycles qu’ils considèrent comme normaux (24-38 jours) tandis que le Norvégien souligne également qu’ayant fait le questionnaire a posteriori, c’est-à-dire après que la vaccination ait eu lieu, « il y a une possibilité d’erreur de classification des résultats en raison d’un biais de rappel&rdquor ;.

Le comité consultatif espagnol sur les vaccins (CAV) souligne également que l’échantillon étudié dans la publication américaine « n’est pas représentatif de la population américaine dans son ensemble ».en raison du profil des femmes qui ont utilisé l’application informatique qui a permis d’obtenir les données susmentionnées (forte représentation dans l’échantillon étudié de femmes blanches, ayant fait des études universitaires, minces et n’utilisant pas de contraceptifs hormonaux) &rdquor ;, alors que dans le cas de l’étude norvégienne « encore en phase de pré-publication&rdquor ;.

Lire aussi:  C'est XE, la nouvelle mutation supercontagieuse du covid.

Comment savoir si une telle relation existe vraiment ?

Afin de confirmer une relation de cause à effet entre le vaccin covid-19 et les perturbations du cycle menstruel, des « études prospectives » sont nécessaires tels que ceux réalisés sur la sécurité des vaccins&rdquor ;, dit Carmona, qui a inclus comme « l’une des plus importantes résultats (résultats) pour analyser la différence, ou pas, de l’apparition de troubles menstruels dans le groupe ayant reçu des vaccins par rapport au groupe placebo&rdquor ;.

Cela est également considéré comme nécessaire par Ángel Hernández Merino, membre du comité consultatif des vaccins de l’Association espagnole de pédiatrie (CAV-AEP), qui, lors d’une conversation avec Verificat, souligne que lorsque l’article du CAV parle de la nécessité de « …vaccins… », il dit que « …les vaccins doivent être administrés aux enfants qui ne sont pas vaccinés… ».les études de qualité pour lever l’incertitude&rdquor ; et ils parlent de concevoir des recherches spécifiquement destinées à déterminer si la vaccination est la cause directe du trouble, quels sont les mécanismes qui ont produit le coup, ou quelle ampleur cet effet peut avoir dans la population exposée à la campagne de vaccination. Il ne s’agit pas seulement de rechercher « des comptes rendus formels (études d’observation) ou informels de cas suspects », précise-t-il.

Il convient de rappeler qu' »il y a une grande variabilité des cycles menstruels d’une femme à l’autreet même au sein d’une même femme tout au long de sa vie. L’âge, le milieu, la parité, l’indice de masse corporelle ou la pratique du sport sont des facteurs liés aux caractéristiques des cycles menstruels… », dit Albi.

L’expert souligne également qu’il existe des facteurs « tels que la maladie ou le stress qui peuvent modifier les saignements&rdquor ; et rappelle que la pandémie causée par le SRAS-CoV-2 et les mesures de riposte « ont été une source très importante d’anxiété et de stress dans l’ensemble de la population, qui que nous ne devons pas oublier lorsque nous envisageons une éventuelle relation entre le vaccin covid-19 et les troubles menstruels…

Comment le vaccin pourrait-il modifier le cycle menstruel ?

Les scientifiques consultés ne croient pas que il y a « une réponse claire&rdquor ; à cette question, comme le souligne Albi : « Il est vrai que des altérations du cycle menstruel ont été signalées chez des patientes vaccinées avec l’un ou l’autre des vaccins, par conséquent altération des menstruations serait davantage liée à la réponse immunitaire qu’au médicament lui-même&quor ;, dit l’expert.

Par ailleurs, un article publié sur le site web de l’alliance GAVI, un organisme international chargé d’améliorer l’accès aux vaccins dans les pays en développement, souligne que « l’apparition des cycles menstruels est régulée par un dialogue chimique entre le cerveau et les ovaires, qui peut être perturbé par un stress physique ou émotionnel ».vaccination pourrait compter comme un facteur de stress physiqueparce qu’elle est conçue pour déclencher une forte réponse immunitaire…

Article précédentLa FIFA autorise les joueurs et entraîneurs étrangers à rompre temporairement leurs contrats en Russie et en Ukraine
Article suivantEthan Horvath pourrait être la réponse aux problèmes de blessures de Gregg Berhalter avant les qualifications pour la Coupe du monde de la Concacaf.