Accueil Finance Rebondissement à Wall Street, proche de ses plus bas annuels et dans...

Rebondissement à Wall Street, proche de ses plus bas annuels et dans l’attente de la réunion de la Fed

989
0

Wall Street prolonge légèrement le Rebondissement du lundiqui était plus important dans le Nasdaql’indice qui a accumulé le plus de pertes aux États-Unis depuis le début de l’année.

Les investisseurs se préparent déjà aux décisions que la Réserve fédérale (Fed) devrait annoncer ce mercredi, à l’issue de sa réunion monétaire. Le marché s’attend à une hausse des taux d’intérêt de 50 points de base (le premier de cette ampleur depuis 2000) et un réduction du bilan d’environ 100 milliards de dollars à partir de ce mois-ci.

Ce resserrement monétaire, qui est nécessaire pour lutter contre le inflation élevéefait craindre aux investisseurs qu’il y ait une un ralentissement de la croissance économique dans les mois à venir, en raison de la guerre en Ukraine et la politique de tolérance zéro de la Chine à l’égard de Covid-19.

Il s’agit de deux facteurs exogènes qui ne peuvent être contrecarrés par la politique monétaire de la Fed, mais la banque centrale américaine est obligé d’initier un resserrement quantitatif (QT).Les marchés boursiers se retrouvent donc sans le soutien monétaire dont ils bénéficiaient depuis la crise financière de 2008.

Le site Réserve fédérale australienne (RBA) a relevé ses taux pour la première fois depuis 2010, un nouvel organe qui se voit contraint de se montrer plus sévère pour lutter contre l’inflation, comme le fera cette semaine la Commission européenne. Banque d’Angleterre.

Lire aussi:  "Les stocks de pétrole atteignent un niveau dangereusement bas", prévient BofA.

C’est ce qui explique la faible performance des actions américaines depuis le début de l’année, même si elle certains traders n’excluent pas un fort rallye dans les prochaines sessions.en raison de conditions extrêmes de survente sur le marché.

Par analyse technique, les niveaux à surveiller sont. les planchers annuels qui ont été marqués ce lundi. Par exemple, le S&P 500 est tombé à 4 062 points (le plus bas depuis mai de l’année dernière), bien qu’il ait clôturé à 4 155 points. Et le Nasdaq est tombé à 12.200 mais a clôturé au-dessus de 12.500. Une cassure en dessous de ces planchers serait un signe très inquiétant. Nous rappelons que le S&P 500 a clôturé le premier trimestre avec une chute de plus de 13%.sa pire performance sur cette période depuis 1939.

Quant à la technologie sélective, l’analyste de Bolsamanía César Nuez souligne que l’abandon du support de 13.000 points est « es un très mauvais signe car elle confirme un changement de tendance après la formation d’un repli sur la moyenne à 200 séances ». « Bien qu’à court terme, nous pourrions finir par assister à un rebond bizarre, tout semble indiquer que nous pourrions assister à une attaque sur le support des 12 200. Nous ne verrons pas le moindre signe de force. tant qu’il continue à commercer en dessous de 13 542 points » ajoute-t-il.

Lire aussi:  Les banques restent solides : Jefferies relève le cours de Bankinter, CaixaBank et Sabadell.

CITI, RESPONSABLE DU FLASH CRASH

Citigroup a confirmé que son bureau de Londres est à l’origine de l’effondrement des marchés boursiers européens d’hier.La bourse de Stockholm a soudainement chuté de 8 pour cent. « Ce matin, un de nos traders a fait une erreur en entrant dans une transaction. En quelques minutes, nous avons identifié l’erreur et l’avons corrigée », a déclaré un porte-parole.

À cet égard, nous rappelons que La Suède envisage de demander son adhésion à l’OTAN. dans les prochains jours, ainsi que la Finlande, qui serait pourrait accroître les tensions géopolitiques avec la Russie.qui continue d’attaquer l’est et le sud de l’Ukraine.

D’autre part, le directeur exécutif Jane Fraser a déclaré que Citi est en « dialogue actif » avec des acheteurs potentiels de ses opérations bancaires commerciales et de consommation sur le marché russe.

Un baril de pétrole brut Ouest du Texas baisse de 1,95 % (103,11 $) et le baril Brent est en baisse de 1,93% (105,50$), tandis que le euro s’est apprécié de 0,52 % (1,0559 $). En outre, le once d’or est en baisse de 0,08% (1 862 $. Enfin, le bitcoin est en baisse de 0,57 (38 238 $) ; et le rendement de l’indice de la Obligation américaine à 10 ans se détend à 2,92 % après avoir dépassé les 3 % pour la première fois depuis 2018 lundi.

Article précédentArcelorMittal vise des niveaux de soutien clés
Article suivantClassement de la NWSL : Le Washington Spirit donne le ton pour défendre son titre lors du week-end d’ouverture