Accueil Santé & Bien-être « Ma facture d’électricité a triplé ».

« Ma facture d’électricité a triplé ».

535
0

Salvador Mañosas, 71 ans, vit connecté à la 24 heures sur 24 à un machine à oxygène. Souffrez que le maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), pour lequel il est traité dans le Hôpital del Mar de Barcelone. « A la maison, je suis tout le temps branché à une machine et, quand je sors, je dois porter un ordinateur portable. De plus, la nuit, je dors connecté à un… machine à apnée du sommeil, raconte-t-il. Il dispose d’un 68% d’invalidité.

En août, septembre et octobre derniers, sa facture d’électricité a triplé en raison de l’augmentation du prix de l’électricité. Si Mañosas avait l’habitude de payer 60 euros par mois, avec ces augmentations, il a payé jusqu’à 180. « J’ai remué ciel et terre… J’ai même appelé les journaux. Et puis le monsieur de Iberdrola [el presidente, Ignacio Sánchez Galán] disant que ceux d’entre nous qui ne sont pas au tarif réglementé sont des imbéciles… », se plaint Mañosas, qui habite dans le district de Sant Martí.

Lire aussi:  Salut réduit les formalités administratives pour les médecins prescripteurs de médicaments

Mañosas, bien qu’il s’agisse d’un patient dépendant de l’énergie (car il a besoin d’énergie pour survivre), il ne peut pas accéder à la bono social parce que ça dépasse les 60 euros du loyer annuel. « J’ai toujours payé un tarif réglementé. Ces derniers mois, le marché a été plus abordable, mais reste élevé. « J’attends aussi que les subventions changent les baignoire par un bac à douche », raconte-t-il.

Pour payer les factures qui ont triplé à la suite des augmentations, Mañosas a dû « serrer sa ceinture ». Il n’a aucune aide pour payer l’électricité, car le protocole de protection des patients dépendants de l’énergie ne protège que contre les coupures de courant. Il vit avec sa femme, qui l’aide à se soigner. En Catalogne, certains 115 000 personnes dépendent de la électricité pour continuer à vivre.

Lire aussi:  voici les symptômes les plus courants en fonction du nombre de doses

« Tout ceci affecte ma poche parce que la pension est ce qu’elle est. Je ne peux pas faire les dépenses de toute nature le mois, j’ai le bâton, parce qu’il n’y a plus de revenus », dit Mañosas, qui a été diagnostiqué il y a cinq ans et qui considère que la situation des patients comme lui semble être un sujet tabou » dans les médias.. « Les gens ne manifestent pas ».

C’est pourquoi il appelle à « aides » pour les patients vivant 24 heures connecté à l’alimentation électrique. « Si les machines sont mises en place par la Sécurité sociale parce qu’elle considère qu’elles sont… médecine, pourquoi le coût de ces machines n’est-il pas considéré comme un médicament ? Il devrait être subventionnés, conclut.

Article précédentRécapitulatif hebdomadaire de Gaming Americas – 19-25 décembre
Article suivantHausse des marchés boursiers asiatiques après l’annonce par la Chine de la fin des quarantaines de voyageurs