Accueil Finance L’investissement dans la valeur ? Oui, mais pas à l’aveuglette : privilégier...

L’investissement dans la valeur ? Oui, mais pas à l’aveuglette : privilégier l’énergie et les banques

142
0

Le site valeur est toujours un bon investissement, mais il faut être prudent. C’est l’avis des experts de Berenberg, qui mettent en garde contre l’achat « aveugle » de valeurs de rendement. Vous devez réfléchir très soigneusement à ce que vous ajoutez à votre portefeuille et, surtout, être « très conscient du risque » que vous prenez. Pour ceux qui osent, il existe, à leur avis, deux options qui représentent un moyen sûr de gagner de l’argent : énergie et banques.

Pourquoi ? Tout simplement. Comme le soulignent les experts du cabinet de recherche allemand dans leur dernier rapport sur la stratégie en matière d’actions, les valeurs énergétiques et les banques ont « surperformé en 2021 » et continuent de le faire aujourd’hui, ce qui peut être une bonne raison d’acheter.

Lire aussi:  La batterie qui permettra de stocker de l'énergie propre et de ne plus utiliser de gaz

« Vous devez continuer à acheter de l’énergie. En octobre et novembre 2020, nous avons d’abord souligné l’attrait des secteurs de valeur, dont l’énergie. Depuis lors, l’énergie européenne a surperformé de 26 % (le pétrole européen à grande capitalisation de 56 %) et l’énergie américaine de 71 %. Nous pensons que ce marché a encore de la valeur et que les secteurs européens et américains de l’énergie restent attractifs », déclare Berenberg.

Il note également que « l’énergie semble plus attrayante que les banques en termes absolus, car la plupart des majors pétrolières européennes se négocient à des rendements de cash-flow libre de 10 % à 15 % en 2022-23 ». Les prévisions de croissance des bénéfices par action semblent plus favorables pour l’énergie que pour les banques en 2022. les banques sont susceptibles de bénéficier de la hausse des taux. et des rendements plus élevés », soulignent les analystes.

Lire aussi:  Les marchés boursiers asiatiques augmentent après la Fed, à l'exception de Hong Kong qui chute.

Et c’est que, rappelle-t-il, « les banques (européennes) ont réparé leurs bilans au cours de la dernière décennie ». Mais les bilans énergétiques se sont également « réparés rapidement depuis la récession de 2020 ». « Nos équipes sectorielles s’attendent à ce que le rendement du capital soit un thème clé dans les deux secteurs en 2022-23 », souligne Berenberg, qui estime qu’ils peuvent obtenir des rendements plus élevés en 2022-23.

Ses paris clés dans les deux secteurs sont les suivants : UniCredit, NatWest, Standard Chartered, BP, ENI, MVNO y Shell.

Article précédentL’euro poursuit ses gains après les allusions de Lagarde à un changement de cap de la BCE en faveur des faucons.
Article suivantSelon Fidelity, le métavers de Meta mettra des années à être rentabilisé en tant qu’investissement.