Accueil Sports Ligue des Champions : Liverpool fait chuter Villarreal de manière inévitable et...

Ligue des Champions : Liverpool fait chuter Villarreal de manière inévitable et conserve ses chances de quadrupler son palmarès.

96
0

Si vous vous tapez la tête contre un mur de briques pendant assez longtemps, il peut finir par s’effondrer. Il s’agit bien sûr d’une tâche qu’il vaut mieux laisser aux professionnels de la démolition. Liverpool a peut-être prouvé qu’il en était ainsi, non seulement dans cette compétition mais aussi dans toutes celles qu’il a disputées.

Il est vrai qu’à certains moments, on avait l’impression que le fait de tester l’intégrité structurelle des créneaux d’Unai Emery pouvait laisser Liverpool avec quelques têtes douloureuses (retrouvez toute l’action de la Ligue des champions sur Paramount+). Mais après la percée qui a fini par se produire, les fans de Liverpool pourraient bien en avoir quelques uns jeudi matin, lorsqu’ils fêteront une nouvelle étape vers l’immortalité pour l’équipe de Jurgen Klopp.

Il est inutile de faire comme si le quadruplé n’était pas une perspective extrêmement vivante à un mois et un jour de la finale de la Ligue des champions. Liverpool semble se diriger vers Paris, après avoir progressivement mais inévitablement écrasé Villarreal sur la pelouse d’Anfield.

Cela n’allait jamais être facile, et pendant un moment au début de la deuxième mi-temps, alors que la célébration du but de Fabinho était interrompue par un hors-jeu de Virgil van Dijk, vous auriez pu vous convaincre que la victoire allait revenir à l’équipe vêtue de jaune. Pau Torres, Geronimo Rulli et compagnie ont donné un cours magistral de football défensif et bien d’autres choses encore. Malheureusement pour Emery et compagnie, ils ont fini par se rendre compte que lorsqu’on remplit sa surface de réparation et qu’on demande à ses défenseurs de se jeter sur tout ce qui bouge, ils peuvent envoyer le ballon dans la direction opposée à celle qu’ils voulaient.

Lire aussi:  Transfert de Raphinha : Leeds et Barcelone parviennent à un accord verbal malgré l'intérêt de Chelsea et d'Arsenal.

On ne peut pas reprocher à Pervis Estupian de s’être lancé à l’assaut de Jordan Henderson alors que le capitaine de Liverpool s’apprêtait à centrer. Il a fait tout ce qu’on pouvait lui demander, il avait même mis ses bras derrière son dos pour éviter tout risque de pénalité. Le centre ne pouvait que toucher sa botte gauche, mais cette fois-ci, il a roulé le long de sa jambe et s’est dirigé vers l’extrémité d’Anfield Road, passant au-dessus d’un Geronimo Rulli qui battait des ailes.

Villarreal était en état de choc. S’ils devaient être défaits, il leur aurait fallu un moment de magie de la part d’un des nombreux talents offensifs de Liverpool, n’est-ce pas ? Pas ce coup de chance. Mais ce n’est pas encore le cas. Quelques instants plus tard, les maillots jaunes lâchaient Salah, reprenant leur souffle alors qu’il était dos au but. En un clin d’œil, il leur faisait face, attirant leur attention sur Sadio Mané, dont la course était parfaitement synchronisée. La passe passait entre les jambes de Raul Albiol, qui n’aurait jamais pu sortir assez vite pour bloquer le tir.

La récompense de Villarreal pour plus de 50 minutes d’obstination et d’excellence défensive est maintenant une avance de deux buts qu’il faudra combler à El Madrigal la semaine prochaine. C’était à la fois l’issue inévitable pour une équipe qui n’a tiré qu’une seule fois et la fin cruelle d’un parcours en Europe au cours duquel elle a prouvé qu’une telle approche pouvait faire tomber des clubs dont le pedigree et la puissance, tant sportive que financière, éclipsent largement cette ville espagnole de province dont la population ne pourrait pas remplir ce stade.

Lire aussi:  Coupe du Monde de la FIFA 2022 - Prévision de l'effectif de l'USMNT 2.0 : La recherche d'un attaquant continue ; Options pour remplacer Miles Robinson

Pendant une grande partie de ce match, Liverpool pouvait récupérer le ballon aussi haut qu’il le souhaitait, en poussant ses défenseurs centraux jusqu’au dernier tiers, mais il se heurtait toujours à la même ligne défensive de huit, neuf ou dix joueurs. Tous les espaces à exploiter entre les lignes défensives étaient purement théoriques, loin d’être assez grands pour y faire entrer un athlète professionnel.

Cela avait un coût, car Villarreal n’offrait pratiquement aucune menace en contre. Une ou deux fois, Arnaut Danjuma pouvait espérer récupérer un ballon derrière lui, mais il devait ensuite se débrouiller seul pour battre la défense de Liverpool. Giovani Lo Celso a accroché une longue passe de Dani Parejo dans les tribunes, ce sera le seul tir de Villarreal jusqu’à la fin du match, lorsque le remplaçant Boulaye Dia a fait rouler le ballon vers Alisson, comme s’il essayait de l’impliquer dans le jeu en s’excusant.

Liverpool a fini par en avoir 20, chacune d’entre elles exigeant une qualité de classe A dans la phase de préparation, un centre en première intention de Trent Alexander-Arnold sur la volée ici, une longue frappe de Thiago là. C’est finalement là que le plan de Villarreal a échoué. Il allait falloir quelque chose de remarquable pour percer cette défense. Mais vous n’avez jamais douté que Liverpool allait le faire, même si cela venait avec un coup de pouce de ses adversaires.

Article précédentManchester City vs. Real Madrid : Riyad Mahrez et City manquent de tranchant et laissent Los Blancos à portée de main.
Article suivantLe creux de l’euro fait resurgir le vieux spectre de la parité du dollar