Accueil Sports Ligue des Champions : La tactique de Diego Simeone échoue face à...

Ligue des Champions : La tactique de Diego Simeone échoue face à Manchester City : la défense d’abord, la défense seulement…

208
0

MANCHESTER — Seul Diego Simeone sait s’il a vraiment cru que son approche pouvait fonctionner. La seule chance de l’Atletico Madrid d’obtenir quelque chose contre Manchester City était-elle d’abandonner toute ambition, d’attendre une erreur qui ne viendra peut-être jamais et d’espérer qu’une ligne arrière qui n’est plus ce qu’elle était puisse s’accrocher ?

Finalement, ce n’est pas le cas. Les champions en titre de la Liga ont eu la chance de sortir de l’Etihad Stadium en n’étant menés que par le but de Kevin De Bruyne à la 70e minute, au terme d’un match où ils n’ont pratiquement rien offert au-delà de la petite zone située devant leur surface. Simeone a utilisé cette tactique pour exaspérer Pep Guardiola par le passé, éliminant le Bayern Munich en demi-finale de la Ligue des champions il y a six ans, mais la foudre n’a pas tendance à frapper deux fois la même personne.

En général, si vous permettez à un adversaire de toucher 302 fois le ballon dans votre dernier tiers alors que vous en enregistrez 260 de moins, si vous perdez la bataille des tirs 15-0 et que vous passez plusieurs minutes sans même toucher le ballon, vous n’allez pas obtenir une victoire 1-0. En fait, vous devriez probablement prendre votre défaite 1-0 et en être reconnaissant. S’il y a eu un bref moment où il a semblé que les névroses de City dans cette compétition pouvaient prendre le dessus, cela a été insignifiant par rapport à ces longues périodes où il était évident que l’Atleti ne pouvait pas rester assis et attendre que quelque chose se passe.

Vous voulez encore plus de reportages sur le football mondial ? Ecoutez ci-dessous et suivez ¡Qué Golazo ! Un podcast quotidien de CBS sur le football où nous vous emmenons au-delà du terrain et autour du globe pour des commentaires, des avant-premières, des récapitulations et bien plus encore.

Des jambes et des esprits frais ont suffi pour que City franchisse la ligne. L’introduction de Phil Foden a donné à Guardiola la seule chose qui lui manquait pour écraser son équipe. Quelqu’un capable de battre les deux ou trois défenseurs que Simeone envoie régulièrement sur n’importe quel attaquant. Il y est parvenu d’un coup de baguette magique et d’une passe en règle, libérant Kevin De Bruyne derrière lui pour tromper Jan Oblak d’un tir puissant, donnant ainsi l’avantage aux locaux. Simeone a beau croire que son équipe est encore dans la course en rentrant à la maison avec un seul but de retard, il sait aussi que la tâche sera beaucoup plus difficile au Wanda Metropolitana, où il faudra frapper le ballon au but un peu plus souvent (c’est-à-dire tout le temps) si l’on veut gagner la soirée et le match nul.

Lire aussi:  Score d'Arsenal vs. PSV Eindhoven : Le but de Granit Xhaka ouvre la voie à la phase à élimination directe de l'Europa League.

Il pourrait bien avoir besoin de faveurs de la part d’une équipe de City qui semblait bien dans le coup ce soir, même si elle n’a jamais atteint la vitesse supérieure. Il n’y a pas eu de grand moment de génie de la part de Pep Guardiola. Nathan Ake n’était peut-être pas le choix orthodoxe au poste d’arrière latéral avec Oleksandr Zinchenko sur le banc, mais sa tendance à former un arrière à trois, bien qu’un campé à la limite du tiers offensif, a permis à Joao Cancelo de se déplacer où bon lui semblait. Cela pouvait aller de la ligne de touche à la position de numéro 10, parfois dans le même mouvement.

Pour la première fois depuis la victoire au troisième tour de la FA Cup contre Swindon Town, il n’y avait pas de place dans le onze de départ pour Jack Grealish ou Phil Foden, bien qu’on ait rapidement compris pourquoi ce dernier n’aurait pas à jouer en tant qu’attaquant central guettant la défense de l’Atletico Madrid. Essayez de faire irruption derrière et un attaquant ne serait qu’à quelques mètres de la ligne de but de Jan Oblak. Il vaut mieux avoir Bernardo Silva qui arrive sur le ballon comme un vrai faux neuf.

En effet, l’Atlético se présentait comme une équipe de League Two lors des premiers tours de la FA Cup. Un groupe de cinq joueurs protégeait l’autre, l’espace dans lequel City aurait pu prospérer devenant un compacteur d’ordures, ce qui convenait parfaitement à une première mi-temps qui, à sa conclusion, semblait adjacente aux ordures.

Il y a une tendance à chercher un sens plus élevé dans des plats aussi ennuyeux. Ce doit être l’un de ces cours de Diego Simeone. Et c’est peut-être le cas, mais pour être vraiment efficace, une défense doit être accompagnée de la menace que quelque chose, n’importe quoi, puisse arriver à l’autre bout du terrain ? Pendant une trop grande partie du match, l’Atlético n’a pas semblé être une menace pour entrer dans le tiers de City, et encore moins pour tester Ederson. C’est la réalité inévitable lorsqu’on commence ses attaques à la limite de sa propre surface de réparation.

Lire aussi:  Résultats et scores de l'AFCON 2022 : Le Sénégal bat l'Égypte en finale pour son premier championnat

On pouvait sentir à quel point l’Atlético était fatigué lors de ses contre-attaques en début de première mi-temps. Antoine Griezmann semblait passer de 21 à 31 ans en l’espace d’une pause, le tir de Marcos Llorente était si faible qu’il semblerait qu’Opta l’ait enregistré comme une passe incomplète. Au final, une équipe qui avait Griezmann, Joao Felix, Angel Correa, Matheus Cunha, Rodrigo De Paul et Thomas Lemar sur le terrain a terminé le match avec 0,00 but attendu, 0,00 tir et à peu près autant de touches dans le dernier tiers que Riyad Mahrez a réussi en 68 minutes.

Pendant ce temps, les centres de Cancelo étaient repoussés nerveusement. Raheem Sterling a failli détourner un tir d’Ilkay Gundogan, Jan Oblak a tout juste réussi à repousser un coup franc de De Bruyne. Une demi-douzaine d’appels aux penalties n’ont pas laissé Istvan Kovacs indifférent. Si aucun d’entre eux n’étaient des tirs au but en béton qui ont échappé au radar, il est également vrai qu’un autre arbitre aurait pu en accorder plus d’un. Et il y avait trois changements potentiels de jeu qui attendaient dans les coulisses.

La digue n’allait pas tenir longtemps. Foden apportait du peps à la rencontre, s’engageant à attaquer la défense de l’Atletico, les forçant à remonter le terrain pour tenter de ralentir ses avancées. Les hommes de Simeone étaient toujours aussi nombreux, mais lorsque Foden pouvait en battre trois, cela n’avait pas vraiment d’importance. Une fléchette, un ballon traversant sur un plateau pour Kevin De Bruyne et 70 minutes de conservatisme ont été gâchées (à moins de croire que tout ce que cette équipe pouvait espérer était de perdre par une marge étroite).

Il y aurait pu y avoir plus. Foden continuait de sonder de manière menaçante le canal intérieur droit. L’Atletico, quant à lui, a pris de mauvaises habitudes, en soumettant Grealish à un traitement des plus brutaux dans les derniers instants. Lui et ses coéquipiers doivent s’attendre à ce que cela se reproduise la semaine prochaine à Madrid, où l’Atletico ne peut tout simplement pas reproduire cette performance remarquablement passive. S’ils y parviennent, ils auront la chance de s’en sortir avec le même score que mardi soir.

Article précédentPicots de coin : Pronostics de la Ligue des champions, meilleurs paris, cotes, pour Chelsea-Real Madrid, Villarreal-Bayern Munich
Article suivantLes États-Unis obligent la Russie à payer les intérêts de la dette en roubles