Accueil Finance L’Ibex 35 et l’Europe ouvrent en forte hausse après une réunion de...

L’Ibex 35 et l’Europe ouvrent en forte hausse après une réunion de la Fed qui calme les marchés

117
0

L’Ibex 35 et le reste des marchés boursiers européens ouvriront jeudi avec des gains après que la Réserve fédérale (Fed), comme prévu, a augmenté les taux de 50 points de base la semaine dernière. Il avait été dit que certains membres du FOMC souhaitaient une hausse de 75 points de base, mais cette inquiétude s’est estompée lorsque ses membres ont accepté une hausse plus faible qui était largement attendue par le marché.

En outre, la banque centrale a fixé le début du programme de réduction du bilan, qui commencera par 47,5 milliards de dollars en juin et passera à 95 milliards de dollars par mois après 3 mois. Selon les analystes, cela pourrait être interprété comme un point de vue modéré, étant donné que le programme a été lancé sur une base faible, puis augmenté, plutôt que de viser directement 95 milliards de dollars.

Lors de la conférence de presse, le président de la Fed, Jerome Powell, a insisté sur le fait que la Fed n’a pas l’intention d’aller plus vite que 50 points de base en un seul mois, enterrant toute perspective qu’elle soit beaucoup plus agressive dans les mois à venir. Plus précisément, il a fait remarquer qu’une hausse de 75 points de base n’est pas quelque chose que le FOMC envisage activement.

Lire aussi:  Sabadell réitère son pari sur Ferrovial et relève son prix cible à 30 euros

Cette orientation politique était bien moins belliqueuse que certains des scénarios que les marchés avaient redoutés, ce qui a pénalisé le dollar américain, le renvoyant brutalement de ses plus hauts niveaux depuis 20 ans, tandis que les rendements ont également fortement reculé, en particulier à court terme.

La décision a été accueillie par de fortes hausses à Wall Street. Les indices ont terminé la journée en forte hausse, et ici en Europe, des gains sont également attendus en début de séance (futures : +2,5%). En Asie, les hausses ont également dominé aux premières heures de la matinée. Et ce, malgré les nouvelles mauvaises données en Chine. L’indice PMI des services de Caixin pour avril est tombé à 36,2 contre 42 précédemment.

CHANGEMENT DE BANQUE D’ANGLETERRE

Après la décision de la Fed, c’est aujourd’hui le tour de la Banque d’Angleterre. Il est toujours plus difficile de prédire ce qu’il finira par faire, même si l’on s’attend à ce qu’il relève les taux pour contenir l’inflation.

L’agence devrait relever le taux d’escompte de 25 points de base supplémentaires pour le porter à 1,0 %. Toutefois, dans un contexte de perte de confiance des consommateurs et de baisse de la demande des ménages, les experts préviennent que cette initiative n’est pas sans risque.

Lire aussi:  Rallye raisonnable à Wall Street après la publication des résultats de JP Morgan

« De toutes les banques centrales du G10 qui se lancent dans un processus de normalisation, la Banque d’Angleterre est celle qui, selon nous, est la plus susceptible de voir sa trajectoire écourtée », déclare Geoff Yu, analyste chez BNY Mellon. « Bien que plusieurs responsables de la BoE aient réussi à insuffler un peu de vie dans les réunions à venir, chaque nouvelle série de données sur l’économie sous-jacente tend à jeter davantage de doutes sur la durabilité de la trajectoire prévue », ajoute-t-il.

L’agenda de jeudi comprend également la publication de multiples résultats d’entreprises, comme ceux de Siemens Gamesa en Espagne (qui avait déjà annoncé il y a quinze jours qu’elle revoyait ses prévisions à la baisse), et de la Société Générale (qui a porté son bénéfice trimestriel à 842 millions) en Europe.

AUTRES MARCHÉS

L’euro se négocie à 1,0616 dollar (-0,04%). Le pétrole est en hausse de 0,7%, avec le Brent à 110,98 dollars, et le West Texas à 108,45 dollars. Pour rappel, l’OPEP se réunit aujourd’hui.

L’or est en hausse de 1,8 % (1 902 dollars) et l’argent de 3,5 % (23,18 dollars).

Le bitcoin chute de 0,5 % (39 634 dollars) et l’ethereum, de 0,54 % (2 937 dollars).

Le rendement de l’obligation américaine à 10 ans est de 2,94 %.

Article précédentL’incroyable retour du Real Madrid en Ligue des champions ne se fait pas sans le dégagement de la ligne de but par Ferland Mendy.
Article suivantNWSL Challenge Cup : Le Spirit bat le Reign aux tirs au but, le Courage bat Kansas City en demi-finale