Accueil Sports Les pronostics de l’UEFA Champions League : Jack Grealish, héros méconnu de...

Les pronostics de l’UEFA Champions League : Jack Grealish, héros méconnu de Man City, Tottenham en difficulté et plus encore…

639
0

Nous approchons de la moitié de la Ligue des champions (suivez toute l’action sur Paramount+), voici trois matchs intéressants et les batailles tactiques qui pourraient les départager :

Ajax vs Naples : Les Italiens mettent en évidence le problème du milieu de terrain.

Naples se rend à Amsterdam avec l’intention de resserrer son emprise sur le Groupe A et peut-être même d’acquérir le rôle de l’Ajax de l’année dernière en tant que candidat sérieux à la victoire. L’équipe de Luciano Spalletti est en tête à domicile et a fait autorité en Ligue des champions, écrasant ses deux adversaires britanniques avant la pause internationale.

Après sa défaite contre Liverpool, l’Ajax doit ramener Naples dans le peloton et redonner l’impression que le Groupe A est une compétition à deux sur trois. Cependant, le moment est peut-être mal choisi pour les champions néerlandais pour jouer un match aussi important. Après avoir perdu à l’AZ Alkmaar avant la pause internationale, les hommes d’Alfred Schreuder ont été tenus en échec par les Go Ahead Eagles samedi dernier. L’Ajax peut se sentir lésé par le fait qu’il a eu 75 % de possession de balle et 23 tirs, mais qu’il a été battu par la seule tentative de son adversaire, mais c’est l’Eredivisie. C’est ainsi que les grandes équipes perdent leurs points.

Lire aussi:  Comment Arsenal a fait taire les critiques pour devenir le favori de la Premier League et ce qui va suivre.

De même, il y avait des problèmes dans les deux récentes mésaventures de l’Ajax que Naples cherchera à exploiter, notamment un canal important qui émergeait au centre du terrain et qui était vulnérable aux avancées tardives des milieux de terrain. C’est à partir de ce canal que les Go Ahead Eagles ont égalisé le week-end dernier, une vulnérabilité que le milieu défensif Edson Alvarez a repérée, mais qu’il s’est retrouvé impuissant à contrer, tant ses coéquipiers s’étaient engagés sur le terrain. Les attaquants visiteurs se séparent, attirant les défenseurs centraux de l’Ajax en largeur, et l’espace qu’ils ont libéré est occupé par Finn Stokkers.

Lire aussi:  Classement des joueurs de Lille contre Chelsea : Le club français n'a rien trouvé en Ligue des champions à Londres.
Les Go Ahead Eagles passent l’Ajax en contre après que les hôtes se soient trop engagés.

Wyscout/ESPN

Lors du match précédent, l’AZ Alkmaar, actuellement en tête du classement aux Pays-Bas, avait fait la même chose, passant rapidement au travers du milieu de terrain de l’Ajax une fois le jeu cassé. Devyne Rensch tentait de récupérer le ballon mais il avait trop de terrain à rattraper, son intervention glissée ne faisait que dévier le ballon sur Mees De Wiit qui le faisait rouler dans le but.

Ce sont des risques inhérents à l’approche tactique de l’Ajax, peut-être accentués par un été de transferts qui fait que l’équipe de Schreuder n’est pas aussi expérimentée que celle qui a terminé la saison dernière, mais qui valent la peine d’être pris pour permettre à cette équipe de dominer le territoire. Ils devront être prêts à les prendre contre Naples dans un match où ils ont plus besoin de la victoire que leurs visiteurs.

L’équipe de Spalletti, quant à elle, n’a pas l’habitude de jouer en contre, mais elle a les joueurs pour frapper l’Ajax avec force au cœur du terrain. Il est certain que si Schreuder a vu Andre-Frank Zambo Anguissa traverser la salle des machines du Torino et marquer deux buts lors de la victoire 3-1 de Naples, il s’empressera d’essayer de combler ces lacunes au milieu de terrain. L’ancien milieu de terrain de Fulham et Villarreal a fait de réels progrès depuis qu’il est arrivé en Italie, il se retrouve plus souvent dans la surface de réparation tout en gardant une défense plus que respectable. Un joueur d’un tel dynamisme pourrait être idéal pour punir l’Ajax en contre et pourrait bien être celui qui fera basculer le match.

Francfort contre les Spurs : Les frustrations de Conte s’accumulent face à des adversaires prudents

Après une défaite cuisante au nord de Londres, l’équipe d’Antonio Conte doit faire face à un autre type de défi en Allemagne. Franchement, c’est un défi qui leur semble encore moins adapté que le derby. Samedi, les Spurs se sont alignés avec l’approche habituelle qu’ils adoptent face à leurs plus grands et meilleurs adversaires : inonder la surface, jouer la carte de la chance en défense et tirer le meilleur parti des opportunités en transition. Il convient de noter que cette approche est plus efficace dans la pratique que sur le papier et que, même si elle exige des passes et une finition dans le mille, les Spurs ont Heung-min Son et Harry Kane. C’est plutôt leur modus operandi.

Des adversaires comme l’Eintracht Francfort sont plus difficiles à manœuvrer pour Tottenham. Ils ne veulent pas imposer leur volonté mais préfèrent voir ce que les Spurs peuvent faire lorsqu’on leur demande de donner le rythme de la rencontre. Contre le Sporting, l’équipe de Conte a eu plus de ballon dans les zones les plus dangereuses du terrain, mais elle a eu du mal à briser une équipe locale obstinée, qui lui a ensuite asséné deux coups bas en fin de match. On peut se demander si les événements auraient pu être différents lors de l’ouverture de la phase de groupes si Chancel Mbemba n’avait pas été expulsé par Marseille ; en effet, les deux seuls tirs des Spurs dans ce match ont été ceux de Richarlison.

L’Eintracht Francfort, tenant de l’Europa League, sera parfaitement disposé à faire en sorte que Tottenham prépare le terrain pour le match de mardi. Par rapport aux normes haletantes de la Bundesliga, cette équipe est beaucoup plus circonspecte, se classant à la quatrième place en termes de passes autorisées par action défensive (PPDA). Cela fonctionne pour eux. Après tout, c’est le modèle qui leur a permis de battre des équipes comme Barcelone et West Ham la saison dernière, alors qu’ils semblaient apprécier leurs matches à l’extérieur, et ils ne sont pas moins circonspects en ce début de Ligue des champions. En effet, lors des deux premières journées, seuls Manchester City et Chelsea ont accordé moins de tirs sur leur but que l’équipe d’Oliver Glasner.

Bien qu’ils aient une moyenne de possession de balle légèrement inférieure à celle de leurs adversaires en Bundesliga, ils se situent dans le bas du classement en termes de tirs sur le but de Kevin Trapp. Si l’Allemand avait commencé la saison en économisant autant que les buts attendus (xG) qu’il affronte, son équipe pourrait être encore plus haut que sixième. Si vous mettez des joueurs comme Evan N’Dicka, Tuta et Djibril Sow devant votre gardien, vous devriez être en sécurité, car ces trois joueurs réalisent de nombreuses interceptions depuis le début de la saison.

Ce sont exactement le genre d’équipes qui ont tendance à rendre la vie de Tottenham agonisante pendant 90 minutes d’affilée. Il convient de noter qu’elles parviennent souvent à faire le travail – voir les victoires contre Marseille et Wolverhampton Wanderers – mais tout supporter des Spurs qui se rendrait en Allemagne dans l’espoir d’obtenir trois points facilement, risque d’être surpris.

Manchester City contre Copenhague : Grealish brille en dehors des projecteurs

Les statistiques les plus importantes ne sont peut-être pas là – un but et aucune passe décisive en sept apparitions depuis le début de la saison – mais plus le temps passe, plus il semble que Pep Guardiola n’a pas dit quelque chose pour être gentil lorsqu’il a dit que le plan n’était pas de juger Jack Grealish sur les contributions de buts qu’il avait à son nom. Le sentiment général est que l’attaquant de 27 ans a été une sorte de flop de 100 millions de livres sterling depuis qu’il a quitté Aston Villa pour Manchester City et il est facile de comprendre pourquoi. Dans les Midlands, Grealish était le personnage principal, une superstar qui portait le filon de la deuxième ville de Grande-Bretagne sur son dos avec charme et grâce. Il s’agissait d’un joueur qui garantissait des chiffres doubles en termes de buts et de passes décisives combinés dans une saison de Premier League. Pour City, il atteindrait facilement 10 buts et 12 passes décisives.

Après une saison et quelques mois, il est loin d’avoir atteint ces chiffres. Mais Guardiola a déclaré il y a quinze jours que ce n’était pas la question. « Nous n’avons pas signé pour les buts ou les passes décisives incroyables à Aston Villa. C’était une autre raison, et quand il jouait, il le faisait ». En regardant Grealish contre Manchester United dimanche dernier, son manager a eu raison de lui. L’international anglais a terminé le match sans but ni passe décisive, mais sa touche a été présente dans une grande partie des meilleurs moments de City. Un fait souligné par le reste de ses statistiques qui impliquaient de réaliser quatre passes dans la surface de réparation, de porter lui-même le ballon dans la surface cinq fois, et de recevoir une autre passe également.

Prenez le deuxième but d’Erling Haaland, par exemple. Les louanges sont naturellement allées au Norvégien pour sa pichenette au second poteau et à Kevin De Bruyne pour son centre dosé avec précision. Peu d’entre eux ont reconnu la façon dont Grealish a créé l’espace nécessaire pour que le Belge puisse délivrer le ballon en remontant le terrain, et a déposé le ballon au moment où Christian Eriksen s’est engagé à le tacler.

La course agressive de Grealish vers l’intérieur du terrain attire Diogo Dalot avec lui, libérant ainsi un espace pour Sergio Gomez.

Wyscout/Premier League

Ou bien encore sur le troisième but de Haaland, où Grealish a repoussé l’arrière droit de United et l’a entraîné à l’intérieur du terrain pour que De Bruyne puisse transmettre le ballon à Sergio Gomez, qui centre à ras de terre pour offrir un autre moment fort au numéro 9. Grealish aurait même pu tirer lui-même et probablement marquer. Mais la meilleure solution pour l’équipe a été de laisser le ballon à Haaland.

Tous ces moments sont passés inaperçus à l’époque et cet auteur n’est pas exempt de reproches à cet égard, abandonnant un article d’après-match sur Grealish pour célébrer l’excellence de plus en plus ridicule de Haaland. La même chose pourrait bien se produire lorsque Copenhague arrivera à l’Etihad. Haaland marquera des tas de buts et fera la une des journaux, tandis que Grealish travaillera dans l’ombre, ne réalisant pas les meilleures statistiques, mais rendant son équipe bien meilleure.

Article précédentLaboratorios Rovi ne se remet pas sur pied.
Article suivantLa Paf a mis en place une limite de perte annuelle de 10 000 € pour les jeunes.