Accueil Santé & Bien-être Les médecins catalans se mettent en grève après l’échec de la résolution...

Les médecins catalans se mettent en grève après l’échec de la résolution du conflit avec Salut

79
0

Trois jours de longues négociations n’étaient pas suffisants pour le Médecins catalans atteindra un accord avec les associations d’employeurs et la Conselleria de Salut. Il y aura grève au moins ces 25 et 26 janvier, et sera rejointe par la grève des enseignants de l’école primaire. l’école publique, ainsi qu’avec d’autres plus minoritaires également dans le domaine de la santé, comme celui de la infirmières. Environ 25 000 médecins de la la santé publique de Catalogne, tant des centres de soins primaires (CAP) que des hôpitaux, sont appelés à mobiliser. Il s’agit de la deuxième grève majeure du système de santé publique catalan au cours des quatre dernières années, puisqu’en 2018, le système de santé publique catalan avait déjà arrêté le… les médecins de soins primaires.Après cette grève, les médecins des CAP avaient réussi à fixer un nombre maximum de visites par jour. (28) et une durée moyenne pour chaque patient (12 minutes). Et maintenant, selon Metges de Catalunya (MC), le syndicat qui a appelé à la grève, et Salut, l’un des membres de l’équipe d’intervention de la Commission européenne, la grève n’est pas terminée. principaux points d’achoppement de la négociation est, une fois de plus, le l’agenda du praticien : le syndicat choisit de fixer un le nombre de visites par jour, alors que le ministère préconise le « auto-organisation » du médecin. Cet exemple illustre combien, à certains égards, la situation a peu changé depuis quatre ans. De l’autre côté, la  » conselleria  » accuse le syndicat d’avoir une « ligne rouge » en termes de rémunération et non de soins : Les médecins, selon Salut, demandent l’attribution directe d’un supplément salarial dans les fiches de paie, quelque chose qui doit d’abord passer par une table de négociation.

Il reste à voir si Metges de Catalunya s’arrêtera également les jours 1, 2 et 3 février, comme promis, ou elle arrive à un accord plus tôt, qui, bien qu’il n’ait pas encore été atteint, n’est pas non plus très loin d’être formalisée, comme l’a reconnu le syndicat lui-même ces derniers jours au cours des négociations. Le syndicat et Salut se réuniront à nouveau vendredi à 15h30 pour poursuivre les négociations. Pour l’instant, MC a convoqué les médecins à 10 heures ce mercredi devant le Ministère de la santé (Travessera de Les Corts, 131) et prévoient d’emprunter la Gran Via de Carles III et la Rambla de Brasil jusqu’à ce qu’ils atteignent l’hôtel de ville. Gare de Sants, pour « illustrer l’exode des professionnels ».

Lire aussi:  Un médicament expérimental ralentit la progression de la maladie de 27 %.

« Nous confirmons que demain et après-demain, il y aura une grève. Les raisons fondamentales peuvent être résumées en deux : l’une est la surcharge de travail et un autre, le les conditions de travail, qui ne retiennent pas les talents médicaux », a expliqué le secrétaire général du syndicat, Xavier Lleonart, après sept heures du soir, à la Conselleria de Salut, où les journalistes attendaient depuis des heures.

Plus près, mais pas assez près

Selon Lleonart, le « surcharge de travail ». rend difficile pour le médecin de donner un bonne qualité des soins et conduit de nombreux praticiens à se retrouver dans une situation de quitter la profession ou le système public ou souffrant d’épuisement. « S’il est vrai que de nos jours nous nous sommes rapprochés, nous n’avons pas obtenu de proposition de la part de la « conselleria » qui est suffisamment transversal et suffisamment homogène pour l’annuler », a déclaré le secrétaire général du MC.

Le syndicat appelle à la « concrétude comme « limiter les agendas ». de médecins. Salut prône davantage l’auto-organisation du médecin. « [Poner límites a las agendas] générerait davantage de listes d’attente, mais elle donnerait plus de confort aux collègues et les gens seraient mieux servis, Lleonart a défendu. « On nous a proposé un plan qui n’est pas concret et qui attend, entre autres, l’approbation de la Commission européenne. Les budgets. Il s’agit de propositions qui sont bonnes pour le moyen et le long terme, mais cela ne démobilise pas [una huelga] », a-t-il conclu.

Lire aussi:  Les deux seules conditions posées par l'homme d'affaires espagnol pour payer près de 200 000 euros et faire venir Oliver en Espagne étaient les suivantes

L’intervention médiatique de M. Lleonart a été suivie de celle du directeur adjoint du Service de santé de Catalogne (CatSalut), Alfredo García, qui a assuré que La « ligne rouge » du syndicat est « rétributive » et non sociale. « Elle demande l’attribution directe, par Salut, d’un supplément de rémunération dans les fiches de paie. Nous ne pouvons pas l’accepter parce qu’elle va à l’encontre de la norme. Cela doit être canalisé par le tables de négociation et c’est la ligne rouge qui a rompu la négociation », a déclaré M. García, qui a affirmé que la rupture de la négociation a été une « surprise » pour tout le monde, car « la dynamique de la négociation était bonne ».En outre, la « conselleria » a proposé une table de travail. pour aborder la disponibilité des professionnels dans le système, la disponibilité des postes médicaux et spécialisés, la formation, les agendas, la stabilisation des postes professionnels et les problèmes d’accessibilité. « Nous étions à peu près d’accord et nous avons fixé un calendrier », a déclaré le directeur adjoint de CatSalut.

Enfin, le infirmières étaient ceux qui ont commencé la semaine de mobilisations ce mardi du système de santé publique : quelques mille ont manifesté aujourd’hui à Barcelone et ont marché le long de la Via Laietana jusqu’au Parlement afin d’exiger de meilleures conditions de travail. Cependant, cette grève, à laquelle le syndicat infirmier majoritaire, Satse, ne s’est pas associé, a eu un impact sur la vie des infirmières. résiduel suivant.

Article précédentAnalyse technique : bitcoin, Telefónica, Repsol, TotalEnergies, Iberdrola, Enagás, Acerinox…
Article suivantLes résultats de Tesla sous les projecteurs du marché : la bulle a-t-elle éclaté ?