Accueil Business Les banques vont-elles sortir les hypothèques mixtes par la fenêtre ? Cela...

Les banques vont-elles sortir les hypothèques mixtes par la fenêtre ? Cela dépendra de la performance de l’Euribor ».

457
0

Tout indique que L’Euribor a encore du chemin à parcourir. Au moins pour le moment, avec le Banque centrale européenne (BCE). a décidé de continuer à augmenter les taux d’intérêt. Avec ce scénario, de nombreux futurs emprunteurs examinent l’opportunité qui peut être de contracter un prêt mixte pour l’achat de leur maison, en laissant de côté les variables et les fixes. Cependant, les banques ne parient pas dessus. En fait, il convient de se demander si le hypothèques mixtes.

Les taux mixtes sont, à l’heure actuelle, « les plus compétitifs ». Toutefois, il est possible que certaines banques les suppriment de leurs catalogues, tout comme les taux fixes. C’est ce que croit Hipoo. « Leur avenir est incertain et dépendra de l’évolution de l’Euribor ».déclare son responsable de l’analyse des prêts hypothécaires, Rafael Moral, qui estime que si l’Euribor devait augmenter de plus de 4 %, « ils cesseraient d’être rentables pour les banques et disparaîtraient de leur catalogue ».

L’indice a clôturé le mois de janvier plus près de ce chiffre, à 3,337%, et les prévisions suggèrent qu’il pourrait l’atteindre. Le comparateur HelpMyCash considère qu’il est très probable que l’Euribor se situe entre 3,5% et 4% à la fin du premier trimestre 2023 ou au début du deuxième trimestre. De son côté, l’association des utilisateurs de services financiers Asufin prévoit que la moyenne pour le mois de février pourrait déjà dépasser 3,5 % et que d’ici juin, l’Euribor pourrait atteindre 4 %.

Lire aussi:  L'Ibex 35 et l'Europe continuent de rebondir, en attendant la guerre et Covid en Asie.

Donc, si cela devait arriver,  » les banques opteraient pour offrent des taux variables beaucoup plus compétitifs et, à défaut, les taux fixes atteindraient des écarts trop élevés pour être pris en compte lorsque l’on considère les prêts hypothécaires comme des produits à long terme ». D’autre part, si l’Euribor devait tomber en dessous de 2,5 %, M. Moral affirme que les taux mixtes disparaîtraient également « car les banques réduiraient les marges fixes », les prêts hypothécaires mixtes perdraient leur raison d’être en tant que prêts hypothécaires hybrides. qui sont fondées sur la tentative d’atténuer un Euribor élevé ». Par conséquent, l’expert n’accorde un crédit aux hypothèques mixtes que dans le cas où l’Euribor se maintient à des valeurs comprises entre 2,5% et 3,5%.

Quelles seraient les perspectives si les prêts hypothécaires mixtes étaient retirés du marché ? Du point de vue du client, le marché serait divisé entre, d’une part, ceux qui ont trop peur des fluctuations de l’Euribor pour contracter une hypothèque variable mais qui ne peuvent pas se permettre une hypothèque fixe en raison de ses prix élevés actuels et, d’autre part, ceux qui décident d’aller de l’avant avec une hypothèque variable en faisant confiance à une amélioration future des taux ou, directement, d’aller de l’avant avec une hypothèque fixe même s’ils savent qu’elle est plus chère pour ne pas perdre la maison et subroger plus tard, répond-il.

Lire aussi:  Le Japon va détourner des livraisons de gaz vers l'Europe à la demande des États-Unis et de l'UE

En ce qui concerne le panorama bancaire, « l’élimination de l’hypothèque mixte devrait s’accompagner d’une baisse de l’une des autres modalités », estime l’expert. Toutefois, il est vrai que les hypothèques mixtes occupent actuellement une place très réduite dans la vitrine. En fait, les grandes entités ne proposent guère ce type d’hypothèque. Mais d’autres découvrent dans cette commercialisation une opportunité d’offrir des prêts hypothécaires mixtes. méthode pour attirer les clients. C’est le cas, par exemple, de EVO, Ibercaja ou Kutxabank.

Article précédentCampagnes de formation et points de contrôle : nouvelles mesures contre la fraude financière
Article suivantL’épargne et l’investissement en Espagne : six clés qui en font un sujet d’actualité