Accueil Jeux Le Conseil d’État néerlandais s’interroge sur les preuves qui sous-tendent l’interdiction de...

Le Conseil d’État néerlandais s’interroge sur les preuves qui sous-tendent l’interdiction de la « publicité non ciblée ».

518
0

Conseil d’Etat (le Conseil d’État), le principal organe consultatif du gouvernement néerlandais en matière de développement de la politique nationale, a critiqué les projets des politiciens visant à renforcer les restrictions sur la publicité pour les paris et les jeux.

En tant que l’une des deux associations professionnelles de jeux d’argent du pays, Les jeux en Hollande a suggéré que le Conseil s’est interrogé sur le raisonnement qui sous-tend l’action réglementaire, plutôt que sur la viabilité juridique de l’interdiction proposée.

Dans une feuille de route élaborée par Frank Weerwind, ministre néerlandais de la protection juridique, a présenté des plans visant à supprimer progressivement la « publicité non ciblée » à partir de ce mois-ci, c’est-à-dire la publicité générale accessible à toute une série de consommateurs.

Grâce à la législation proposée, les opérateurs ne pourront plus faire de publicité à la télévision, à la radio ou dans des espaces publics intérieurs ou extérieurs, avec des restrictions renforcées pour le marketing en ligne, tandis que les parrainages sportifs seront interdits d’ici la fin 2025.

Réagir aux critiques, Dr Alan Littleravocat spécialisé dans les jeux de hasard chez Kalff Katz &amp ; Franssen, a déclaré : « La critique ne porte pas vraiment sur la restriction elle-même, mais sur le raisonnement sous-jacent et les explications données.

Lire aussi:  ParlayBay conclut un accord de double marché avec TipoBet365

« Dans de nombreux cas, la critique du Conseil est que l’exposé des motifs est potentiellement confus et donnera lieu à un manque de sécurité juridique. Ainsi, une première lecture suggérerait que le Conseil demande au ministère de « mieux s’expliquer » plutôt que d’appeler à un réexamen complet de l’interdiction. »

Le Conseil d’État a fait valoir que les preuves à l’appui d’une interdiction aussi restrictive de la publicité font actuellement défaut, puisque le marché en ligne réglementé du pays n’existe que depuis un peu plus de 15 mois.

Un certain nombre de politiciens, dont Weerwind, ont observé une recrudescence importante de la publicité pour les paris sur de multiples canaux médiatiques depuis le lancement de la place de marché KOA le 1er octobre 2021, alimentant les appels à une extension des restrictions.

Toutefois, Gaming in Holland a suggéré que certains membres du Conseil d’État ont encore critiqué l’interdiction proposée, tels que Bert BakkerBert Bakker, associé gérant du cabinet de conseil Meines Holla &amp ; Partners.

Bakker a noté : « Le Conseil note avec un certain étonnement qu’il n’existe pas de preuves quantitatives claires et sans équivoque qui justifient la nécessité de restrictions d’une telle ampleur et les entraves à la liberté d’expression qui en résultent. Il est donc demandé au ministre d’en faire plus pour justifier ces restrictions. »

Lire aussi:  ParlayBay lève 1 million d'euros et Elmqvist rejoint le conseil d'administration.

Selon les rapports initiaux de juillet 2022, l’interdiction proposée de la publicité non ciblée devait initialement entrer en vigueur le 1er janvier 2023.

Vers la fin de l’année dernière, la pression politique croissante sur le secteur néerlandais des paris et des jeux a conduit à l’adoption d’une loi sur la publicité non ciblée. le président de la Kansspelautoriteit, René Jensendemandent aux détenteurs de licences de s’abstenir d’un « bombardement de publicité », tel que décrit par les politiciens, pendant la Coupe du monde 2022.

Bakker a suggéré qu’en raison du manque actuel de soutien à l’interdiction, « ce serait un miracle si les propositions actuelles pouvaient entrer en vigueur avant le 1er avril ».

Il a déclaré : « Selon le Conseil d’État, trop de choses restent floues. Les textes du ministre ne fournissent pas suffisamment de clarté aux opérateurs et aux autres parties du marché, et le Conseil estime que cela doit changer.

« Pas dans un décret ministériel ultérieur, mais immédiatement, dans l’arrêté administratif général et l’exposé des motifs qui l’accompagne. »

Article précédentVici fait ses premiers pas à l’international avec des achats en Alberta
Article suivantLe marché du logement devrait se resserrer : 2023 sera-t-elle une bonne année pour acheter une maison ?