Accueil Santé & Bien-être « La tumeur du côlon est liée à la vieillesse », selon l’oncologue Josep...

« La tumeur du côlon est liée à la vieillesse », selon l’oncologue Josep Tabernero

612
0

L’incidence de le cancer colorectal amélioration avec des habitudes de vie saines mais « quelle que soit la qualité de l’intervention, la tumeur est liée à la vieillesse et à la l’âge moyen d’apparition est de 67 ans », explique le directeur de l’Institut d’oncologie du Vall d’Hebron (Barcelone), Josep Tabernero, qui ont participé à Paris au congrès des oncologues européens.

Tabernero, le premier auteur d’une étude démontrant que le l’efficacité d’un nouveau médicament oral pour les patients en phase avancée, admet que les nouveaux traitements améliorent le taux de survie, mais rappelle qu’il s’agit encore d’une tâche très difficile. 17% à cinq ans chez les patients qui ont déjà développé des métastases.

L’oncologue reconnaît que la recherche sur le cancer du tractus gastro-intestinal a jusqu’à présent été infructueuse en raison de la complexité des tumeurs, mais cela, dit-il, « …n’est pas la seule raison… ».est en train de changer ».

Il explique que la complexité de la recherche d’un traitement efficace est due, en partie, au fait que les cellules du tube digestif « pour les besoins de l’organisme » sont très différentes de celles du corps humain. bien tolérer les nutriments des aliments et la coexistence de bactéries dans le tube digestif » ont un mécanisme de défense sur-tolérant contre les protéines non-soi, et cette réaction se retourne contre l’organisme. « fermer les yeux » aux cellules tumorales malignes.

Lire aussi:  Y a-t-il des médicaments qui sont liés au développement du cancer du côlon ?

Selon M. Tabernero, il faut en tenir compte lors de la recherche de traitements et, ici, le la médecine personnalisée, de nouvelles approches d’immunothérapie et des techniques telles que la biopsie liquide, qui analyse les altérations génétiques de la tumeur dans un échantillon de sang, sont essentielles.

700 patients

L’étude FRESCO2, dans laquelle le service d’oncologie du Vall d’Hebron a été le centre qui a traité le plus grand nombre de patients, a été réalisée à l’adresse suivante 700 patients atteints de cancer colorectal qui avaient déjà reçu tous les traitements disponibles et n’avaient pas d’alternatives, ont montré une augmentation de la survie médiane de 4,8 à 7,4 mois.

Une avancée modeste mais qui, selon lui, ouvre la porte à des traitements pour cette tumeur dans les pays de l’Union européenne. les patients orphelins d’options thérapeutiques.

43 500 nouveaux cas en Espagne

Le cancer colorectal est le cancer le plus fréquent chez les deux sexes, avec un taux projeté de 43 500 nouveaux cas en Espagne en 2022. Dans le monde, le nombre de nouveaux diagnostics de ce type de tumeur s’élève à 1 930 000.

Tabernero a présenté une autre étude à l’ESMO (Breakwater), dans laquelle il a combiné la chimiothérapie une chimiothérapie de première ligne avec un traitement spécifique ciblant le mutation du gène (BRAF)qui est observé entre 8 et 10 % des patients atteints de cancer colorectal avancé.

Lire aussi:  Quelle est la quantité de sel recommandée par jour ?

Selon cet expert, l’efficacité de ce traitement est supérieure à 67%, un pourcentage très élevé, surtout si l’on considère le mauvais pronostic de ce groupe de patients.

Pour cet oncologue, l’avenir du cancer colorectal passe par une détection précoce grâce à un dépistage qui fonctionne par le biais du test de sang occulte fécal. Dans un avenir proche, la biopsie liquide sera intégrée aux techniques de dépistage.

L’objectif de toutes ces avancées, présentées à l’ESMO, est d’augmenter la survie globale au cancer d’ici 2030. à 70% à cinq ans, plus de cinq points de pourcentage de plus qu’aujourd’hui et de réduire les tumeurs évitables d’au moins 30 %.

Dans le cas du cancer colorectal, M. Tabernero souligne que les facteurs de risque peuvent être réduits en menant une vie saine, avec une alimentation saine, faible teneur en graisses et riche en fibres, en limitant la consommation d’alcool, en faisant de l’exercice et sans obésité, mais il s’agit toujours d’une tumeur qui augmente avec le vieillissement des tissus, de sorte que la tendance à la hausse à la fin de la vie se poursuivra.

Article précédentUbisoft : L’étiquette « Real Gambling » de Mirage était une erreur
Article suivantL’association de deux immunothérapies pour améliorer l’espérance de vie dans le cancer de la thyroïde