Accueil Santé & Bien-être La consommation excessive d’alcool et la consommation à risque sont en hausse...

La consommation excessive d’alcool et la consommation à risque sont en hausse à Barcelone

592
0

Le site consommation à risque et le beuverie ont augmenté de manière significative en Barcelone de 2016 à 2021, en particulier parmi les jeunes. Cela se reflète dans les dernières Enquête sur la santé à Barcelone de l’Agence de santé publique de Barcelone (Aspb). Il est considéré risqué la consommation de 17 unités par semaine ou plus chez les femmes et 28 par semaine ou plus chez les hommes, où un verre de vin, une bière ou un shot équivaut à une unité, tandis qu’un verre ou une combinaison avec du whisky ou une liqueur similaire équivaut à deux. La consommation à risque était 8,9% chez les femmes et 14,1% chez les hommes, pourcentages qui s’élevaient en 2016 à 4,2% et 9% respectivement. Quant à la la consommation excessive d’alcool, qui est considéré comme prenant cinq verres ou plus d’affilée plus d’une fois par mois, en 2021 était 6,9% chez les femmes et 13,2% chez les hommes, alors qu’en 2016, elle était de 3,3% y 8,3% respectivement.

Comme l’explique le chef du service de prévention et de traitement de la toxicomanie de l’Aspb, Montse Bartroli, l’enquête a été réalisée dans un  » contexte de pandémie « , nous devrons donc voir si les résultats sont « une tendance qui va se poursuivre » ou pas. Quoi qu’il en soit, la consommation d’alcool à Barcelone est en augmentation. « dans ce contexte de crise », car les gens boivent plus dans des situations de « incertitude ». « L’alcool a été utilisé comme régulateur émotionnel, pour faire face à la détresse et à la peur », explique Bartroli. Il prévient que c’est la substance qui les plus pathogènes et pourtant c’est celle à laquelle le moins important lui est donné.

Lire aussi:  Les bébés à naître souffrent davantage de problèmes de santé liés à la pollution que les adultes

De même, l’alcool est le principale cause d’initiation de traitement pour les troubles liés à la consommation de substances psychoactives dans les centres de soins et de suivi des toxicomanies de Barcelone (il y en a 15 dans la ville et ils sont publics). En fait, parmi les 4 000 initiations de traitement qui ont lieu chaque année à Barcelone, dont plus de la moitié concernent l’alcool. Coïncidant avec le semaine pour sensibiliser aux risques de la consommation d’alcool, L’Aspb rend ces données publiques et rappelle que l’alcool est la substance la plus largement consommée, tant chez les jeunes que dans la population adulte. Et, bien qu’il soit connu pour causer problèmes sanitaires et sociaux L’utilisation de ces médicaments est largement acceptée et souvent banalisée.

« C’est super accessible »

« Dans notre environnement, l’alcool est super accessible », dit Bartroli. « Il devrait l’être moins pour les mineurs. Bartroli demande de limiter la publicité. L’alcool est l’un des les principaux facteurs de risque évitables de mortalité et de morbidité. dans le monde. Elle est associée à un grand nombre de maladies (cancer, digestives, circulatoires…), ainsi qu’à des décès directs et indirects, par exemple le les décès dus à la circulation. En outre, l’abus d’alcool est également associé à les comportements à risque et les situations violentes. La consommation à risque est la limite de l’orientation de la intervention précoce par les professionnels de la santé ; toutefois, il faut garder à l’esprit que dans la consommation d’alcool il n’y a pas de niveau de sécurité, Par conséquent, s’il est consommé, moins il y en a, mieux c’est.

Lire aussi:  "Je ne veux pas être visiblement transgenre 24 heures sur 24".

Le psychologue clinique du CAS Horta à Barcelone, Mar Torroella, explique que dans l’alcoolisme, c’est un « maladie chronique » dans laquelle le « rechutes » font partie du processus de guérison. Le statut socio-économique est un facteur de risque. Par exemple, les chômeurs boivent davantage. En outre, dans l’alcoolisme, il y a aussi les rôles de genre : les femmes, par honte, boivent souvent seules. Cela les conduit souvent à de ne pas demander de l’aide. « Chez CAS Hora, les femmes viennent seules, tandis que les hommes viennent accompagnés », souligne M. Torroella.

Article précédentOctoPlay lance trois jeux pour son entrée dans le secteur des jeux en ligne.
Article suivantUn entrepreneur chilien vise l’expansion sur le Strip