Accueil Santé & Bien-être 25 février 2020, le jour où covid est entré dans le Clínic

25 février 2020, le jour où covid est entré dans le Clínic

728
0

« Je vous demande une faveur, ne répétez pas que c’est la chose la plus proche d’un camp de réfugiés que vous ayez vue, ne le répétez pas. Vous ne savez pas à quoi ressemble un camp de réfugiés, vous ne pouvez même pas l’imaginer !

Ernest Bragulat, chef du service des urgences de l’hôpital Clínic de Barcelone, se souvient avec précision de cette rencontre. Eh bien, comme tout ce qui le concerne. J’aime tout ce qui les concerne. J’aime tout sur tout le monde. Il y a des moments inoubliables, et plus encore pour les professionnels de la santé espagnols. Du monde.

Plusieurs médecins urgentistes du Clínic avaient voyagé pendant plusieurs semaines pour prêter main forte au camp de réfugiés de la ville grecque d’Idomeni. Ils y avaient vécu, intensément, également sans horaire et avec un certain désespoir, la vie quotidienne de ses habitants.

C’était les premiers jours de la pandémie de covid-19 dans le monde entier, et surtout au Clínic, à Barcelone, en Catalogne, dans toute l’Espagne. C’était une époque où, parfois, sans malice, pour l’amour de Dieu, simplement par lassitude ou sans meilleure façon de définir la situation, parmi les médecins et le personnel de santé du lieu où l’on vivait la moelle d’un tel fléau, on disait que c’était  » ce qui se rapprochait le plus d’un camp de réfugiés& « .

La phrase la plus répétée au Clínic pendant ces mois est celle du film « Blade Runner » : « J’ai vu des choses que vous ne voudriez pas croire ».

Et, bien sûr, lorsque les médecins sont revenus d’Idomeni et qu’ils ont instruit, informé, leurs collègues de ce qu’avait été leur tâche dans ce lieu, la première chose qu’ils leur ont demandée, c’est de ne pas retourner (« retournons&rdquor ;, comme ils se sont inclus, bien sûr) pour faire cette comparaison. C’est une situation désespérée », a déclaré l’un des voyageurs. « Après tout, nous sommes un centre de référence, nous pouvons nous défendre, nous avons 700 lits et plus d’une centaine d’unités de soins intensifs. Certes, nous avons fait ce que nous pouvions et savions faire, la vague de covid-19 est passée sur nous, mais ne disons pas que cela ressemble à un camp de réfugiés, ne le disons pas, non&rdquor ;.

Désespoir, surprise, malaise

Et ils n’en ont plus jamais reparlé. Bien sûr, au cours de ces premiers mois de désespoir, de surprise, de malaise, d’incertitude, d’ignorance et d’égarement (février, mars, avril 2020), il y avait aussi ceux qui utilisaient le mot « guerre » dans les réunions matinales du Cabinet de crise et, plus tard, dans les réunions partielles avec chacun des départements pour planifier le quotidien. « Moi, heureusement, Je n’ai pas vécu de guerre, mais elle doit être très similaire à celle-ci&, a commenté plus d’un médecin, plus d’un médecin, plus d’un brancardier, plus d’un membre des « blouses blanches » qui nous ont sauvé la vie et qui ont déploré la douleur et les morts que le covid-19 a causées et cause encore.

« Mon Dieu, cela ne peut pas nous arriver, ce n’est pas vrai ! Je me suis réveillé et tout empirait, oui, ça nous arrivait ».

Docteur Toni Trilla

(&mldr 😉 Ces premiers jours, ces premières semaines, ces premiers mois ont été un tourbillon. Dans toute l’Espagne, dans le monde entier, au Clínic et dans tous les hôpitaux. Il y a eu un jour, fin mars », raconte le docteur Toni Trilla, chef du service de médecine préventive et d’épidémiologie et également doyen de la faculté de médecine du Clínic, « où, après des dizaines d’heures de travail, de service, de tension, de désespoir, non pas le mien, mais celui de tout le monde, je suis rentré chez moi pour dormir, si je le pouvais, pendant six ou sept heures. Cette nuit-là, j’ai éteint la lumière de ma table de chevet en pensant : « Mon Dieu, ce n’est pas possible que cela nous arrive ! Ce n’est pas vrai ! Ce n’est pas possible ! » Et je l’ai verbalisé, en rêvant, en souhaitant, en ayant même l’intuition que, le lendemain, à mon réveil, j’irais à l’hôpital et que tout serait rentré dans l’ordre, car c’était un rêve. Mais non, vJ’ai oublié et tout s’est empiré… et c’est tout ;.

« Des choses que vous ne croiriez pas ».

La situation a tellement empiré que l’une des phrases préférées de ces semaines, de ce chaos, de ce désespoir et de cette impuissance, était la phrase légendaire du film « Blade Runner », celle dans laquelle l’un des personnages principaux dit : « J’ai vu des choses que vous ne voudriez pas croire& ». Ce furent des jours, comme le raconte Trilla, avec la sagesse d’un professeur d’université, d’un expert en la matière, où les médecins et tous, tous les travailleurs de la santé du Clínic, de Barcelone, de la Catalogne, de l’Espagne, du monde entier, « … étaient dans un état de désespoir et d’abattement.nous sommes arrivés à notre hôpital quand Dieu l’a ordonné et nous en sommes partis quand Dieu l’a voulu… C’était, oui, c’était une agitation. De plus, ils n’avaient pas de vie. Le monde était confiné, mais ils n’étaient pas le reste du monde.

Certains des médecins, qui étaient les chefs de file du Clínic, ont été relégués au second plan, et des infirmières et des brancardiers sont apparus pour prendre leur place et tirer le chariot.

C’est à ce moment-là, dans ces moments compliqués, que le monde, l’âme du Dr Trilla est tombée à ses pieds. Trilla ne ressent aucune douleur et ne cherche pas non plus à cacher la réalité lorsqu’il reconnaît que « certains collègues (très peu, certes, mais il y en avait) qui, jusqu’alors, étaient considérés comme des leaders dans l’institution, ont été relégués au second plan&rdquor ;. La métaphore utilisée par Trilla résume parfaitement la situation : « Quand la mer est calme, tous les capitaines semblent bons. Les vrais capitaines sont ceux qui savent naviguer dans la tempête ».

Mais que s’est-il passé, demande Trilla. « Eh bien, d’autres compagnons sont apparus&rdquor ;, dit le prestigieux docteur. « Cela a tendance à se produire, n’est-ce pas, dans tous les milieux, dans tous les emplois, dans toutes les entreprises et tous les bureaux ? Quand on pense que certaines personnes vont devenir les leaders qui nous aideront tous à faire face au poids de l’inconnu, de la crise, certains, je le répète : très peu, sont inhibés ou bloqués par la situation. Mais soudain, ce brancardier que vous pensiez modeste, travailleur mais discret, presque caché, devient le maître de l’étage ; cette infirmière calme et recueillie, se lance et ose tout et fait, non pas un, mais 10, 100 pas en avant et finit par diriger la situation. Nombre de ces professionnels de la santé ont fini par devenir des personnes essentielles dans leur domaine de travail quotidien. La pandémie nous a donné une leçon de travail d’équipe et de leadership&.

Lire aussi:  Jusqu'à 20 % des patients séropositifs ne développent pas suffisamment d'anticorps covidiens.

(&mldr 😉 Le Dr Jordi Vila, chef du service de microbiologie et responsable du laboratoire Clínic (le « seigneur des PCR », ou presque), refuse de parler de « bombe biologique » – lui et, bien sûr, tous ses collègues – lorsqu’on lui demande si le sida, Ebola, qui pullule encore, et les divers covidés (19 n’était pas le premier, non), sont une punition et/ou une conséquence de notre mode de vie. « Je ne sais qu’une chose, si cela s’était produit il y a 50 ou 60 ans, cela aurait été horrible, une débâcle, une hécatombe. Le Covid-19 a été si dommageable, si déconcertant, si inattendu, si difficile et impossible à affronter, à arrêter, à guérir, que pas même un groupe terroriste n’aurait pu imaginer un mal si dommageable, si dévastateur, qui ferait souffrir les gens et les effraierait à ce point&rdquor ;.

« Si cela s’était produit il y a 50 ou 60 ans, cela aurait été une véritable débâcle, une grande hécatombe ».

Dr Jordi Vila

(&mldr 😉 Et c’est ici que, sans mâcher ses mots et, surtout, sans vouloir devenir le porte-parole de qui que ce soit, loin de là, le docteur Vila ose dire, critiquer, expliquer, soulever ce que très peu ont osé commenter. « Je suis désolé, ou pas, mais quelqu’un devrait exiger de tous les pays, et surtout de la puissante Chine, une bonne médecine vétérinaire et un contrôle vétérinaire exhaustif de leurs animaux. Ce qui s’est passé n’a aucun sens et il ne fait aucun doute que ce Covid-19 est le résultat d’une grande négligence&rdquor ;, dit Vila avec conviction. Le médecin affirme qu’en d’autres occasions, lorsqu’un cas similaire s’est produit, les pays concernés ont contrôlé le virus et ont réussi, grâce à ce contrôle vétérinaire et aux mesures de précaution appropriées, à éviter que le problème n’atteigne la population. « La Chine manque de cette rigueur vétérinaire, elle manque de contrôles sur les marchés où les animaux sont vendus et abattus. En ce sens, la possibilité de propagation d’un virus est beaucoup plus facile que dans d’autres pays de même niveau&rdquor ;.

Le médecin qui a traité le premier cas

José Muñoz, chef du service de santé internationale du Clínic, a été le premier à voir le Covid-19 à l’hôpital de Barcelone, en la personne d’une femme italienne, résidant en Catalogne, qui s’est rendue dans le nord de l’Italie, zone de conflit, point d’atterrissage de la pandémie, via, disent-ils, la Chine et l’Iran. Cela s’est produit le 25 février. Depuis ce jour jusqu’à aujourd’hui, personne n’a vu plus de Covid-19 que Muñoz. (&mldr 😉 M. Muñoz considère que, bien qu’il ait commis de nombreuses erreurs, non seulement en raison de l’ignorance de la maladie et de son comportement, mais aussi en raison du manque de ressources (surtout matérielles) et de la difficulté de faire face au virus, le système de santé espagnol a une fois de plus fait preuve d’un comportement exemplaire, puisqu’il n’a pas cessé d’assister, de traiter et de lutter pour le plus grand nombre de patients possible dans ses hôpitaux.

Le corps médical rend la Chine responsable de la propagation du virus en raison d’un manque de rigueur vétérinaire et de contrôles sur l’abattage et la vente de viande animale.

(&mldr 😉 « Nous sommes toujours dans la lutte, nous n’en sommes pas encore sortis et, même si nous sentons que nous pouvons voir la lumière au bout du tunnel, la covid-19 restera avec nous&rdquor ;, dit Muñoz. « Et c’est maintenant, lorsque, de temps en temps, nous nous regardons et revoyons les photos des premières semaines de 2020 que nous avons sur nos portables, que nous arrivons tous à la même conclusion : c’était, c’est en train d’être, deux années qui comptent pour dix. Dans notre physique, dans nos cheveux gris, dans nos yeux, dans nos têtes….. Surtout dans nos têtes à cause du stress énorme que nous subissons et de l’impuissance, parfois, de ne pas pouvoir empêcher la mort de certains (beaucoup, toujours trop) de nos patients. Beaucoup ont eu besoin d’aide pour essayer de se remettre de cette&rdquor ;.

Chair de poule

Et c’est là, tout comme Bragulat, Trilla et Vila, que se trouve Muñoz, qui vient d’arriver du Kenya et dont plusieurs projets de recherche dans différentes parties du monde sont à l’arrêt à cause de cette pandémie, accepte de parler de deux aspects de la pandémie et de ses premiers mois catastrophiques, chaotiques, qui donnent la chair de poule, sa voix faiblit et, bien qu’il ait vu ce qu’il a vu, ce que nous ne croirions jamais, ils humidifient ses yeux : le manque de contact avec les familles et de responsabilitéparfois pour décider si, chez certains patients, il valait la peine ou non de continuer à se battre pour leur guérison, pour leur vie. C’est ce que le comité d’éthique du Clínic et des autres hôpitaux catalans appelle le protocole de plafond thérapeutique.

Il va sans dire que les professionnels ont souvent cherché des alternatives aux protocoles et aux directives concernant l’impossibilité pour les familles de dire au revoir à leurs proches lorsqu’il était le plus évident qu’ils allaient mourir. Cela n’a pas été facile.

Lire aussi:  Qu'est-ce que la miliaire, ces cloques et éruptions cutanées qui apparaissent sur notre peau à la chaleur ?

Ils n’ont pas pu offrir cette possibilité à tous, mais ils reconnaissent avoir créé des petites pièces, des coins de la clinique, où ils pouvaient s’occuper des familles de ceux qui allaient mourir. « Nous sommes là pour soigner – précise Trilla – mais aussi, pour accompagner et consoler&rdquor ;. « Notre société, la façon dont nous avons été élevés, nous oblige presque à être au chevet de l’être cher qui souffre… », dit Bragulat.

« Le secteur public a travaillé côte à côte avec les soins de santé privés, et cela a été magnifique, ainsi que très gratifiant. Nous sommes tous sortis plus forts de cette pandémie ».

Dr Ernest Bragulat

« Quand vous, en tant que médecin, devez annoncer une mauvaise nouvelle à la famille, vous êtes le premier à être brisé, anéanti&rdquor ;, dit Muñoz. « Et, malheureusement, au cours de ces deux années et de ces premiers mois, nous avons souffert de ce sentiment trop souvent, très souvent. Et vos jambes tremblent, votre voix se brise, peu importe à quel point la famille est préparée. Et ne pas le faire en direct, face à face, face à face, est très pénible, je dirais même presque impossible. Ces choses ne peuvent pas être dites par téléphone et, malheureusement, nous n’avons pas toujours pu contourner cet ordre. Pourquoi j’explique ça ? Parce que 70% de notre communication, pas du médecin au patient, pas du médecin aux proches, pas des proches au patient, non, dans la vie quotidienne, entre nous, est une communication non verbale. C’est le ton de votre voix, vos gestes, vos yeux, vos émotions, la façon dont vous le dites, la façon dont vous l’utilisez. Et ça n’existait pas. Ou bien elle existait peu, à peine. Et nous porterons toujours cela dans notre sac à dos. Ça nous a fait beaucoup de mal. Trop de&rdquor ;.

(&mldr 😉 « Ne nous leurrons pas et encore moins maintenant, deux ans après l’explosion de cette horrible pandémie&rdquor ;, souligne Trilla. « Nous avons tous été surpris par l’apparition de ce nouveau coronavirus. Au début, en raison de nos références, de notre expérience, de notre cadre mental, nous étions convaincus qu’il pouvait s’agir d’un simple coronavirus. Oui, nous étions sur nos gardes, mais la première erreur que nous avons commise – nous tous, car cela s’était déjà produit dans d’autres cas – a été de penser qu’elle ne quitterait pas la Chine, que les Chinois la contiendraient, la contrôleraient. Ou que, si elle arrivait, nous pourrions agir comme nous l’avons fait avec Ebola : détecter les cas, les contrôler, les isoler et c’est tout&rdquor ;. Mais de la Chine, il a rapidement sauté, disent-ils, en Iran et a soudainement émergé dans le nord de l’Italie, où l’impact a été dévastateur, catastrophique, impensable. « C’est à ce moment-là que nous avons réalisé que le virus était déjà là&rdquor ;.

(&mldr 😉 « La situation est tellement chaotique, tellement inconnue de nous tous, tellement imprévisible, que nous ne pouvons que nous sauver, sauver le peuple et avancer unis, ensemble, dans une immense solidarité, en nous soutenant les uns les autres&rdquor ;, rappellent Trilla et Bragulat à l’unisson. « La décision est d’endurer tout ce qu’il faut, mais personne ne savait, à l’époque, ce que signifiait ‘tout ce qu’il faut’, bien que nous l’ayons vite découvert : aussi longtemps que nos corps pouvaient le supporter, c’est-à-dire jusqu’à l’épuisement physique, ce qui est arrivé. Nous paierons la facture tôt ou tard ; en fait, nous la payons déjà. Nous tous. Mais ensemble, ce qui est la meilleure chose à propos de cette pandémie, c’est que nous en sommes tous sortis plus forts, en particulier le secteur public qui a travaillé côte à côte avec les soins de santé privés, et cela a été magnifique, ainsi que très gratifiant&rdquor ;.

Le 25 février 2020, une femme italienne, résidant à Barcelone, s’est rendue en Italie, zone de conflit où le virus est arrivé de Chine et d’Iran, et a été admise au Clínic en tant que première patiente du Covid-19.

(&mldr 😉 C’étaient des moments, des jours, des semaines, d’improvisation. Ce quelqu’un, par exemple, l’hôtel de Plaza Espanya, s’est mis à la disposition du Clínic et des centaines de patients y ont été envoyés. Les murs ont été perforés, un réservoir d’oxygène a été installé dans la rue et de nombreuses vies ont été sauvées. Et pas seulement ça, non. En désespoir de cause, Trilla, Bragulat, Vila, Muñoz, tous, ont décidé d’installer des tuyaux de cuivre, percés de trous, le long des couloirs de tout le Clínic ! !! au cas où il faudrait placer des patients dans ces couloirs et les alimenter en oxygène. Et pas seulement ça, non. Trilla, en tant que doyen de la faculté de médecine de l’hôpital, leur a demandé d’étudier (ce qui, en fin de compte, n’était pas nécessaire) combien de lits « ou quoi que ce soit&rdquor ; pouvaient tenir dans les salles de classe de la faculté.

(&mldr 😉 Les malades qui n’avaient pas de covide ont cessé d’aller à l’hôpital. Ils ont cessé d’avoir des opérations. Ils ont cessé de visiter d’autres spécialités. Tous, tous, tous les médecins, docteurs, spécialistes, génies, gourous d’autres services, se sont mis au travail et sont devenus des soldats du covid-19. Enfin, pas tous, il y en a eu quelques-uns, oui, qui ont disparu, ces médecins de référence que Trilla n’oubliera jamais, remplacés par les nouveaux et derniers gladiateurs des couloirs du Clínic, qui… sont apparus comme des champignons, comme des champignons, comme des héros.« La pandémie a transformé nos vies et a certainement secoué la famille des soins de santé d’une manière inimaginablement positive, Muñoz, qui rêve de pouvoir récupérer au plus vite son projet de recherche et d’analyse sur les parasites intestinaux en Afrique, réfléchit. « C’est évident que si tu fais ça, c’est ce que tu dois faire, non ? Mais le covid-19 a certainement été un énorme retour à la réalité pour nous tous&rdquor ;.

Article précédentBroadway acquiert la branche Dragonfish Bingo de 888
Article suivantRumeurs de transfert, actualités : Manchester United annonce Christian Eriksen ; l’AC Milan s’intéresse à Charles De Ketelaere