Accueil Business La Banque d’Espagne estime que la répercussion des coûts énergétiques sur les...

La Banque d’Espagne estime que la répercussion des coûts énergétiques sur les prix de vente est limitée.

552
0

Malgré sa récente augmentation, le répercussion des coûts énergétiques (et autres matières premières) dans les prix de vente des biens et services, et l’impact de l’inflation sur les revendications salariales, sont, à ce jour, limitée. C’est ce que souligne le Banque d’Espagnequi met en garde contre les risques à venir.

Selon le dernier Bulletin économique publié par l’agence sous le titre  » De l’énergie au reste des composantes : la généralisation du phénomène inflationniste « , l’ampleur élevée, en comparaison historique, des effets des hausses des prix de l’énergie sur le reste des prix suggère des risques à l’avenir.

Comme l’explique le Banco de España, les exercices réalisés suggèrent que, par rapport à la période précédant la pandémie, il semble y avoir eu une intensification de la transmission des variations du prix de l’énergie aux prix non énergétiques du panier de consommation.

Par conséquent, nous observerions une une plus grande persistance des phénomènes inflationnistes.avec des conséquences potentiellement négatives pour l’activité économique, notamment si les agents devaient intégrer ces évolutions dans leurs anticipations d’inflation à moyen terme et donc dans les processus de formation des prix et des salaires.

Lire aussi:  Repsol s'envole après les résultats et attaque une résistance clé à 13,84 euros

Une explication possible des résultats obtenus pourrait provenir, selon la Banque d’Espagne, du fait que. ces deux dernières années, il y a eu des chocs très puissants (comme la réouverture progressive des économies après la phase la plus intense de confinement, les goulets d’étranglement dans les processus de production ou les conséquences de l’invasion russe en Ukraine) qui ont concouru à la hausse des prix des produits de base énergétiques et non énergétiques. « Cela suggère la possibilité que, dans les exercices réalisés, les effets des prix de l’énergie captent une partie de l’impact de ces autres chocs.

Comme il l’ajoute, une inflation généralisée des coûts aux premiers stades de la chaîne de production, en raison de l’augmentation simultanée des prix de nombreuses matières premières, a pu multiplier ses effets sur les étapes en aval des processus de production, entraînant une plus grande répartition des hausses de prix entre les différentes catégories de biens et de services.

Mais il se pourrait aussi que la forte intensité de l’augmentation des coûts énergétiques ait conduit à ce que les entreprises ajustent leurs prix plus fréquemment que d’habitude. face à des chocs plus faibles, pour lesquels les incitations à ajuster les prix sont plus faibles. « Une éventuelle extension future pourrait considérer séparément les implications des mouvements des prix du pétrole et du gaz pour les prix des biens et services non énergétiques ».

Lire aussi:  Wall Street clôture en légère hausse après le plus grand plongeon depuis 2020.

Comme il le rappelle, dans d’autres épisodes historiques, de fortes variations du coût de l’énergie s’étaient répercutées sur le prix du pétrole. Cette fois, cependant, la hausse des prix s’est étendue au gaz. Tant les carburants (obtenus à partir du pétrole) que le gaz et l’électricité (dans la tarification desquels le gaz lui-même joue un rôle clé) font partie du panier de consommation des ménages. En outre, le pétrole, le gaz et l’électricité sont impliqués, dans des quantités et des proportions très hétérogènes, dans les processus de production par lesquels d’autres biens et services sont obtenus.

Bien que les exercices réalisés rendent probablement bien compte des effets conjoints de la hausse des prix du pétrole et du gaz, il serait intéressant, dans les circonstances actuelles, d’essayer de désagréger cet impact entre les deux sources d’énergie primaire considérées, conclut-il.

Article précédentLe gouvernement indien reconnaît officiellement les esports comme faisant partie d’un « événement multisport » – Réaction de l’industrie indienne des esports
Article suivantCaixaBank crée un comité consultatif sur la diversité composé de cadres de premier plan