Accueil Santé & Bien-être 96 % des bébés nés avant la 24e semaine présentent un trouble...

96 % des bébés nés avant la 24e semaine présentent un trouble quelconque.

710
0

L’université de Göteborg (Suède) a montré que 96 % des bébés nés avant la 24e semaine de gestation souffrent d’un trouble quelconque, principalement neuropsychiatrique et somatique, qui persiste à l’âge adulte.

Les résultats, qui ont été publiés dans la revue Acta Paediatrica, reposent sur des données provenant de registres nationaux et de journaux hospitaliers concernant presque tous les enfants nés en Suède entre 2007 et 2018, avant la 24e semaine de gestation, et qui ont survécu après la naissance jusqu’à ce qu’ils soient arrivés à terme (40 semaines).

Au total, 399 enfants ont été analysés, dont , 75 % présentaient des déficits neuropsychiatriques, comme un certain degré de trouble du développement (40 %).le trouble de déficit de l’attention/hyperactivité, TDAH (30 %) ; et l’autisme (24 %). En outre, 55 % d’entre eux avaient besoin d’une aide à l’adaptation, 88 % présentaient d’autres diagnostics médicaux, tels que l’asthme (63 %) ou un retard de croissance postnatale (39 %), et 17 % étaient atteints de paralysie cérébrale.

Lire aussi:  Qu'est-ce que le "virus du chameau", la maladie mortelle qui pourrait se propager lors de la Coupe du monde au Qatar ?

L’étude montre également le besoin marqué d’un soutien spécial pour les enfants les plus immatures, nés grands prématurés, et souligne la nécessité d’une habilitation à long terme. « Il s’agit des plus petits bébés nés, qui n’auraient pas survécu sans les soins néonatals modernes », a déclaré la dernière auteure de l’étude, Ann Hellström.

« Être né extrêmement prématuré a répercussions à long terme. Il est nécessaire de sensibiliser la société dans son ensemble afin de fournir des ressources suffisantes pendant l’adolescence et plus tard dans la vie, de gérer la morbidité, de structurer des programmes de suivi et de soutenir les personnes handicapées », a-t-il déclaré.

Lire aussi:  Une cyberattaque contre des hôpitaux ouvre la porte à d'éventuelles escroqueries numériques

Article précédentBofA : « Remplacer le gaz russe en Europe n’est pas faisable à court terme ».
Article suivantSantander AM réduit sa participation et cesse d’être un actionnaire important de Renta 4.