Accueil Santé & Bien-être Une marée de blouses blanches déferle sur Barcelone pour défendre les soins...

Une marée de blouses blanches déferle sur Barcelone pour défendre les soins de santé publics

16
0

Quelque 9 500 médecins, selon les mossos, à la fois de hôpitaux à partir de centres de soins primaires (CAP), ont soutenu le grève ce mercredi et ont manifesté devant la Conselleria de Salut pour la défense de la santé publique. Cette mobilisation s’ajoute à celle qui a eu lieu sur la Plaça de Sant Jaume. Là, en plein cœur de Barcelone, des professeurs de santé publique et d’autres profils de santé (infirmières, auxiliaires) ont également manifesté, rassemblant un grand nombre de personnes. quelque 6 500 personnes. Les médecins ont préféré faire la démonstration par eux-mêmes. Et donc, entre les deux mobilisations, près de 15 000 travailleurs dans les services publics se sont arrêtés aujourd’hui pour dénoncer la dégradation des deux piliers fondamentaux de l’Union européenne. L’État providence : la santé publique et l’éducation.

La mobilisation des médecins, appelée par le Syndicat Metges de Catalunya (MC) et qui a revêtu un caractère festif et vindicatif, a été la deuxième grande grève de la santé publique au cours des quatre dernières années en Catalogne. En 2018, les médecins de premier recours s’étaient déjà mobilisés, mais cette fois, les médecins hospitaliers se sont également joints à eux. Et ils affirment raisons similaires à ceux pour lesquels on s’est battu quatre ans plus tôt : agendas impossibles y les conditions de travail qui pourraient être améliorées. Peu de pas en avant ont été faits depuis lors. Au milieu de la grève et depuis le Parlement, le « conseller » de Salut, Manel Balcells, a proposé un « pacte national » pour protéger le système de santé.

« Nous sommes là pour soutenir une santé publique de qualité », il a dit à ce journal Rocio Sanchez, infirmière au CAP Sarrià. Bien qu’il s’agisse d’une manifestation de médecins, M. Sánchez a critiqué le fait que les travailleurs de la santé aient organisé des manifestations séparées. « Nous sommes tous des travailleurs de la santé et Nous avons tous les mêmes problèmes, a-t-il expliqué à ce journal.

« La santé mentale est fondamentale » ou « Aragonès, paye plus » sont quelques-uns des slogans qui ont été entendus dans la manifestation des blouses blanches de mercredi, qui aura sa continuité dans les prochains jours. demain à 10 heures à la Plaça de Sant Jaume. Vendredi, à midi, le syndicat, les employeurs et Salut reprendront les pourparlers pour parvenir à un accord et tenter d’annuler la grève qui est également prévue les 1er, 2 et 3 février.

Lire aussi:  La santé teste l'achat d'antiviraux et de vaccins pour lutter contre la variole du singe

La « conselleria accuse le syndicat d’avoir une « ligne rouge » sur les salaires : les médecins, selon Salut, affirment l’attribution directe d’un supplément salarial dans les fiches de paie, quelque chose qui doit d’abord passer par une table de négociation. Le syndicat, cependant, nous assure que sa ligne rouge est le bien-être : appelle à une limitation des horaires des médecins, alors que le ministère s’engage à la l’auto-organisation.

Affectation dans les PAC

Tandis que les médecins, venus d’autres villes catalanes, telles que Girona, manifestaient devant le quartier général de Salut, descendaient la Rambla de Brasil et se dirigeaient vers le quartier général de Salut. Gare de Sants (pour symboliser l’exode des professionnels), certains centres de soins primaires (CAP), comme le Raval Nord ou Drassanes souffraient d’un manque de professionnels. Des salles d’attente vides et même des urgences surchargées (dans le cas de Raval Nord), où les patients se sont entassés pendant une journée de grève suivie, selon Metges de Catalunya, de 75% de ses médecins (environ 30% selon Salut).

« Nous faisons la grève pour améliorer notre travail. Améliorer la formation des résidents : ils nous utilisent comme main-d’œuvre », a-t-il déclaré. Roser Termes, MIR en chirurgie à l Hôpital Clínic de Barcelone. « Les MIRs nous avons travaillé très dur, de nombreuses heures et nous remplissons les postes vacants de médecins assistants, les postes de spécialistes car il n’y a pas de personnel », a ajouté le jeune homme de 29 ans. Le manque de personnel et, en particulier, d’infirmières, est à l’origine du fait que l’hôpital covide Moisès Broggi (Sant Joan Despí) est vide et sans patients, avec 56 lits de soins intensifs inutilisés.

Lire aussi:  le tabagisme a diminué de 13 % pendant la pandémie

Les mêmes ont dénoncé Martí Quintana, un interniste MIR dans le Médecin hospitalier Trueta à Gérone que ce mercredi s’est levé à Barcelone pour « demande de dignité ». « Nous, MIR, sommes exploité. Nos horaires de travail sont mal réglementés. Par exemple, l’autre jour, j’ai eu 38 personnes en une seule matinée dans mon bureau », Quintana s’est plaint.

Pénurie de personnel

Le sous-effectif est le principal problème du système de santé publique, non seulement en Catalogne, mais aussi dans toute l’Europe. génération de médecins pour lequel il n’y a pas de remplacement parce qu’il n’a pas été bien planifié. C’est ce que le syndicat a dénoncé une nouvelle fois mercredi.

« Ici, aujourd’hui, nous sommes les mêmes [9.500 médicos] qui prendront leur retraite en Catalogne au cours de la prochaine décennie », a déclaré le secrétaire général de Metges de Catalunya, Xavier Lleonart, déjà de la gare de Sants. Pour le syndicat, le taux de participation était de « spectaculaire ». Lors de la lecture du manifeste, Lleonart a accusé le ministère de la Santé de « transformer le système de santé en une usine où la qualité des soins est secondaire ». et a souligné qu’aujourd’hui les médecins « ont dit que ça suffit ».

A Ciutadella, la mobilisation médicale s’est poursuivie. Depuis le Parlement, au milieu de la manifestation, le « conseller » de Salut, Manel Balcells, a lancé une proposition pour répondre à la « blindage » du système de santé : un pacte national pour aborder le modèle, le financement et les principaux défis à venir. Balcells a indiqué à tous les groupes qu’ils recevront une invitation formelle à participer à ce débat dès que la grève sera terminée. Les médecins se rendront au Parlement demain, vers midi et venant de Sant Jaume, pour réclamer une fois de plus leurs droits.

Article précédentODDS ON COMPLIANCE ANNONCE SON EXPANSION EUROPÉENNE ET NOMME SON PRÉSIDENT
Article suivantSacyr confirme la fin du mouvement latéral et cherche 3 euros