Accueil Sports Tottenham marque une année d’Antonio Conte comme une équipe en recul par...

Tottenham marque une année d’Antonio Conte comme une équipe en recul par rapport à ce qu’elle était au printemps.

600
0

Il y a un an, lors de l’accession d’Antonio Conte au trône de Tottenham, si vous aviez dit aux supporters des Spurs que 365 jours plus tard, ils seraient en route pour les huitièmes de finale de la Ligue des champions après avoir terminé en tête de leur groupe, vous n’auriez trouvé que peu de plaintes. Et pourtant, aujourd’hui, vous feriez bien de chicaner ceux qui sont enclins à râler, même après les événements de ce soir.

Oui, Pierre-Emile Hojbjerg a propulsé les Spurs à la première place du Groupe D, l’équipe de Conte se débattant sur un terrain qui semblait de plus en plus décevant au fil des semaines. Deux victoires suggèrent que Tottenham s’est sorti des sables mouvants dans lesquels il se trouvait après ses défaites contre Manchester United et Newcastle.

Mais peu de choses sur le terrain le suggèrent. Si le coup de sifflet final avait été donné quelques instants plus tôt au Vitality Stadium ou au Stade Vélodrome, les Spurs n’auraient plus gagné depuis cinq ans. Les dernières minutes comptent tout autant que les autres, mais une équipe de cette qualité sur le papier doit-elle avoir besoin de toutes les 90 minutes et de quelques autres pour se frayer un chemin parmi des adversaires de taille moyenne en Premier League et en Ligue 1 ?

Au-delà de la victoire, ce n’est pas ce que les Spurs devraient attendre de Conte un an plus tard. Il semble presque déraisonnable de comparer leur situation actuelle à celle qui prévalait après le désastreux interrègne de Nuno Espirito Santo. Bien sûr, ils sont meilleurs aujourd’hui qu’à l’époque, mais cela ne devrait pas être la limite des attentes pour l’un des meilleurs (et des mieux rémunérés) managers d’Europe. Conte, on s’en doute, aurait pu tomber à plat et il aurait quand même franchi la barre que Nuno avait fixée.

Au lieu de cela, il est raisonnable de comparer l’équipe qui a terminé la saison dernière, une équipe cinglante qui pouvait mettre à mal des adversaires ordinaires et qui ne permettait que rarement, voire jamais, à des adversaires ordinaires de leur imposer leur jeu. Elle ne se laissait pas intimider par l’hostilité du public local. C’était une équipe qui aurait pu se sentir capable d’égaler les meilleurs d’Europe dans les derniers stades de cette compétition. Plusieurs mois et 150 millions de livres sterling plus tard, l’équipe semble inférieure, plus loin de la compétition pour les grands honneurs que Conte est fier de remporter. Ils sont peut-être encore en lice pour la Ligue des champions, mais si l’Italien voulait avoir une chance réelle de remporter les honneurs continentaux l’année prochaine, il aurait été mieux avisé de se lancer dans l’Europa League. Aucune des équipes du deuxième pot ne devrait faire peur à Tottenham. En revanche, Tottenham pourrait bien être le vainqueur du groupe que tout le monde souhaite, même devant Porto.

Il y a des excuses et des circonstances atténuantes. Lorsque Heung-min Son est sorti sur blessure à la tête à la demi-heure de jeu, les Spurs se sont retrouvés sans trois de leurs quatre attaquants les plus expérimentés, le Sud-Coréen rejoignant Richarlison et Dejan Kulusevski sur la touche. Ce dernier, en particulier, a beaucoup manqué tout au long de la série de matchs intenses du mois dernier, mais il est déconcertant que les Spurs ne se soient permis qu’un seul joueur vraiment créatif dans leur équipe. La présence de Conte sur le banc de touche a peut-être aussi manqué à cette équipe. L’Italien s’est en effet montré très souriant au Stade Vélodrome après le carton rouge de la semaine dernière.

L’absence des instructions aboyées par leur manager peut certainement expliquer pourquoi Tottenham a persévéré de manière aussi déroutante pendant si longtemps. Personne ne confondrait cette équipe avec Brésil 1970 (ou même avec la cuvée 2016-17 de Chelsea sous Conte), mais c’est une équipe qui utilise au moins son jeu défensif comme une arme offensive. À leur meilleur au cours des 12 derniers mois, ils se sont révélés être des maîtres dans l’art d’absorber la pression avant de déchaîner leur ligne de front avec un jeu direct et précis. Contre les Spurs, vous pouvez dominer le match et le perdre dans ces moments-là. Mais ces moments doivent apparaître.

Ils ont tendance à ne pas apparaître si vous devez attendre 52 minutes et demie pour avoir un tir ou jusqu’à la deuxième mi-temps pour avoir un tir dans la surface de réparation. Harry Kane ne s’est pas enfoncé plus profondément pour faire sortir la défense marseillaise afin de pouvoir glisser une balle fatale. S’il était resté dans la moitié de terrain adverse, il n’aurait peut-être même pas pu l’apercevoir.

Les Spurs ont été intimidés par une collection de vagabonds et de vagabonds de l’autre équipe du nord de Londres. On pouvait voir les contours du Matteo Guendouzi qui avait dirigé le milieu de terrain comme il l’avait fait lorsqu’il portait les couleurs d’Arsenal à l’automne 2019, avant qu’il ne glisse dans de jolies passes inutiles en seconde période. Par flashs, Alexis Sanchez ressemblait au joueur qui avait tant fait vibrer l’Emirates Stadium dans les années passées. Marseille n’était guère un adversaire redoutable, peinant à transformer sa domination de la possession de balle en une série d’occasions sur jeu ouvert avant l’ouverture du score de Chancel Mbemba dans le temps additionnel, mais Tottenham semblait craindre que cette équipe de joker puisse couper les freins à tout moment et les envoyer à toute vitesse en Europa League.

Tottenham aurait pu quitter l’Europe à la mi-temps, toute plainte tombant dans l’oreille d’un sourd. La deuxième mi-temps a au moins apporté une réaction, comme c’est souvent le cas ces derniers temps. C’est comme si Tottenham avait besoin d’un but pour se rendre compte qu’il s’agit d’un événement sportif compétitif. Rodrigo Bentancur, l’une des rares lumières incontestables de cette saison déroutante, a trouvé de l’espace pour se lancer. Kane a poussé plus haut sur le terrain, avec Lucas Moura offrant au moins un semblant de soutien.

Puis leur signature estivale vedette est apparue. Ce n’était pas Yves Bissouma, Ivan Perisic ou même Clément Lenglet, dont la tête a ramené les Spurs dans le peloton de tête. Ajoutez plutôt ce but au répertoire de l’entraîneur des coups de pied arrêtés Gianni Vio. Ce n’était pas le coup franc le plus complexe, mais la course bloquée d’Eric Dier à travers la défense a suffi pour donner à Lenglet une tête libre.

D’autres occasions se présentaient, mais c’était aussi le cas pour Marseille. Bentancur et Hojbjerg auraient pu l’emporter plus tôt, mais Sead Kolasinac aussi, avec une tête à côté de quatre mètres, laissant son entraîneur Igor Tudor perplexe. A ce moment-là, quelques millimètres seulement séparaient Tottenham de l’humiliation de l’Europa League. À l’époque où les Spurs étaient en train de réserver leur place dans cette compétition, des marges aussi étroites auraient été inimaginables.

Lire aussi:  Résultats du tirage au sort de l'Europa League : Arsenal reçoit le PSV et Bodo/Glimt ; Manchester United affronte la Real Sociedad.
Article précédentL’ACMA bloque 96 sites Web illégaux de jeux d’argent offshore
Article suivantLe nombre d’utilisateurs de crypto-monnaies et de NFT fera un bond de 14 % d’ici 2023