Accueil Business Si le Mexique accepte le bitcoin comme monnaie, « l’explosion de son utilisation...

Si le Mexique accepte le bitcoin comme monnaie, « l’explosion de son utilisation serait extraordinaire ».

68
0

Deux nations d’Amérique centrale ont fait un pas de plus pour rejoindre le Salvador en acceptant le bitcoin comme monnaie légale.

Honduras, une zone économique spéciale sur l’île touristique de Roatándans les Caraïbes, a officiellement commencé à accepter les bitcoins. La zone, appelée « Honduras Prospera », a été créée en 2020 pour encourager l’investissement et la croissance économique autonome dans cette nation en difficulté. Le gouvernement hondurien a officiellement autorisé l’utilisation de bitcoins par les entreprises, les particuliers et le gouvernement local. La zone économique pourra également émettre des obligations en bitcoins.

Pendant ce temps, au Mexique, le président a invité Samson Mow, ancien CSO de Blockstream, dans le pays pour discuter de la possibilité de la mise en œuvre du bitcoin comme monnaie légale. Le message a été délivré par une sénatrice mexicaine, Indira Kempis, qui est étroitement associée aux tentatives législatives visant à obtenir une plus grande inclusion des cryptocurrences dans le système financier mexicain.

Lire aussi:  Rebond prudent des prix du bitcoin et des crypto-monnaies après la réunion de la Fed.

« Alors que les plans pour le bitcoin au Mexique sont encore dans leur phase initiale, L’adoption potentielle de la crypto-monnaie comme monnaie légale dans le pays changerait la donne.« , commente Simon Peters, analyste chez eToro. « Le Salvador et le Honduras sont des pays relativement petits, mais le Mexique est une grande nation qui compte près de 130 millions de citoyens. Si le pays devait faire du bitcoin une monnaie légale, le potentiel d’explosion de son utilisation serait extraordinaire », ajoute-t-il.

Article précédentAyuso prendra la direction du PP de Madrid lors d’un congrès qui se tiendra les 20 et 21 mai.
Article suivantFerrovial remporte un contrat de 438 millions d’euros pour la construction d’un tronçon du métro parisien