Accueil Santé & Bien-être Sant Joan active l’alerte épidémiologique avec le déclenchement du coronavirus

Sant Joan active l’alerte épidémiologique avec le déclenchement du coronavirus

90
0

Depuis le début de la pandémie, Sant Joan a marqué un point tournant dans le évolution du covid-19 en Catalogne. L’année dernière, le gouverneur a levé les restrictions la veille du 23 juin. Ceci, ainsi que la tenue de les festivals de musique, les célébrations de fin d’année et, surtout, à la apparition de la variante delta (beaucoup plus transmissible que les précédents, mais moins transmissible que l’omicron), a créé une cocktail explosif qui a fortement augmenté le nombre d’infections et qui, début juillet, a conduit les autorités à pour fermer à nouveau la vie nocturne et d’approuver un un couvre-feu qui durerait tout l’été.

Mais il y avait des précédents. Un an plus tôt, au cours de ce qui fut le premier été pandémique, la Catalogne a célébré la verveine dans les la phase 3 de la désescalade : il n’y a pas eu d’événements de masse, les fêtes privées ont été limitées à des groupes de 20 personnes et les fêtes organisées ont été limitées à 80 (dans des stands fermés) et 800 (en plein air). Toutefois, début juillet également, le gouvernement a décrété la fermeture du périmètre du Segrià (région de Lleida), où la transmission extrêmement élevée du virus a mis en évidence les conditions insalubres dans lesquelles vivaient les travailleurs saisonniers. Quelques semaines plus tard, les restrictions ont été transférées à L’Hospitalet de Llobregat et à Barcelone.

Cette année, la situation est différente. Et c’est grâce, essentiellement, à la vaccin anti-virus. En Catalogne, un 86,1% des personnes âgées de plus de 12 ans ont suivi le programme complet de vaccination, selon la Conselleria de Salut (l’année dernière à la même époque, Salut commençait à vacciner les trentenaires). Cependant, bien que le sentiment général soit que la pandémie de covid-19 appartient désormais au passé, le virus continue de progresser. Elle le fait furtivement, sans guère de masques, entre les festivals de musique et les accueils chaleureux du tourisme de masse. Et, comme l’année dernière, avec BA.5, une nouvelle sous-variante de l’omicron qui est plus contagieuse et qui, selon le groupe Computational Biology and Complex Systems (Biocomsc) de l’Universitat Politècnica de Catalunya (UPC), est déjà majorité en Catalogne.

Lire aussi:  ce que l'on sait de la nouvelle mutation de l'omicron

Les données épidémiologiques montrent que le virus progresse, même si les chiffres proposés par les autorités sanitaires ne sont plus aussi fiables qu’auparavant. Il y a de nombreuses infections qui ne sont pas comptabilisées. Et c’est pourquoi, dans ce contexte, les données des communautés telles que Îles Canaries ou Madrid, où le incidence cumulée sur les 14 derniers jours chez les personnes de plus de 70 ans dépasse les 1 000 cas pour 100 000 habitants (en Catalogne, il s’agit de 748,48 cas chez les personnes âgées de 70 à 79 ans et de 877,22 chez celles de plus de 80 ans, selon les dernières données du ministère de la Santé, mardi dernier).

Plus d’hospitalisations

L’indicateur le plus fiable reste le l’occupation de l’hôpital. Hier, en Catalogne, les admissions à l’hôpital ont augmenté pour atteindre 1 517 patients, dépassant la barre des 1 500, ainsi que les ucis, Le nombre de personnes gravement malades dans l’ensemble du pays s’élevait à 40. Certes, les chiffres sont bien loin de ceux des vagues précédentes, mais ce augmentation régulière au cours des dernières semaines reflète le fait que la pandémie est toujours là. Et cela nous amène à penser, avec l’expérience des deux étés précédents, que ce Sant Joan peut poser un problème pour le contrôle épidémiologique.

« Nous constatons que l’augmentation des contagions coïncide avec de grandes concentrations de personnes, note le membre de la société espagnole d’épidémiologie (SEE). Joan Caylà. Barcelone a laissé derrière elle des festivals tels que Primavera Sound et Sónar, qui ont battu des records de fréquentation cette année. L’afflux de touristes dans la capitale catalane est désormais au niveau d’avant la crise. « Il est surprenant qu’il n’y ait pas de recommandations spéciales [para estos días] ni de Sanidad ni de Salut. Il faudrait mettre l’accent sur la situation épidémiologique, mais ce n’est pas le cas », déplore M. Caylà, qui souligne depuis longtemps que l’Espagne devrait « améliorer la stratégie » de lutte contre le virus. « Il est prévisible qu’après Sant Joan, il y aura une augmentation encore plus importante des infections », dit-il. M. Caylà se dit « très préoccupé » par le fait que « peu de choses sont faites » à ce sujet, étant donné que la pandémie « progresse » et, qui plus est, « augmente ».

Lire aussi:  Qu'est-ce que le coronavirus MERS ?

C’est également l’avis du chercheur de la Biocomsc Daniel López-Codina. « Sant Joan peut faire en sorte que l’incidence continue de croître. Mais je ne pense pas que nous atteindrons le chaos si nous le comparons à tout ce que nous avons vécu. Nous en sommes loin », déclare M. López-Codina.

Le nouveau sous-variant

Toutefois, tout bien considéré, et compte tenu de la réduction de la gravité de la maladie grâce à la vaccination, la situation est similaire à celle de l’année dernière. Le mois de juin est un mois d’interactions sociales accrues. « Comme l’année dernière, nous avons des fêtes de fin d’année, de grands festivals et un… ». nouvelle variante : le BA.5, plus contagieux, souligne López-Codina. Cela se traduit par une « augmentation » des infections et de leur incidence et, avec elles, des hospitalisations et des soins intensifs. Selon Biocomsc, la variante BA.5 est aussi responsable de la augmentation des réinfections qui se produisent.

Le chercheur de Biocomsc souligne également que pour la troisième année consécutiveLa Catalogne « n’a pas été épargnée par une situation complexe » lors de l’arrivée de Sant Joan. « Le la mortalité, par exemple, n’est pas négligeable, même s’il est vrai que la plupart d’entre eux sont des personnes âgées qui seraient également mortes de la grippe ou d’un rhume », dit-il.

En fait, on s’inquiète d’une contagion parmi les de plus de 60 ans, qui sont en très forte augmentation, selon les données de l’Agence européenne pour l’environnement. Agència de Qualitat i Avaluació Sanitàries de Catalunya (Aquas). Cela est directement lié à la légère augmentation du nombre d’Ucis, car la plupart des admissions graves concernent des personnes âgées de 50 à 80 ans. Dans la population jeune, comme ils ne vont pas au CAP parce qu’ils n’ont pas de complications, il y a un sous-diagnostic des cas.

En outre, comme l’avertit également le Biocomsc, cette situation a déjà un impact sur le marché de l’emploi. les centres de soins primaires (CCP). Les visites dans les centres de santé ont augmenté 30% en une semaine, selon Aquas.

Article précédentCalendrier de l’U.S. Open Cup 2022 : Red Bulls vs NYCFC à ne pas manquer ; Sacramento Republic, Union Omaha en quête de surprises
Article suivantPatrik Hofbauer, Svenska Spel : les casinos-restaurants ont carte blanche