Accueil Santé & Bien-être Près de 50 % des femmes présentant une double pathologie souffrent de...

Près de 50 % des femmes présentant une double pathologie souffrent de dépression

128
0

Près de 40 % des patients avec un certain type de dépendance admis à l’hôpital del Mar pour une maladie médico-chirurgicale souffrent, au moins, d’une des troubles mentaux. C’est ce que l’on appelle le double pathologie, un phénomène qui touche plus fortement les femmes. Plus précisément, en plus, 46% des femmes admises pour une addiction souffrent de dépression. « Les femmes sont moins souvent admises pour des addictions que les hommes, mais celles qui sont admises présentent davantage de double pathologie. Ils souffrent davantage de dépression. Nous sommes très intéressés car nous devons tout traiter en même temps », a-t-il déclaré. Marta Torrens, directeur du processus de toxicomanie du service de psychiatrie de l’hôpital del Mar.

Une étude publiée dans la revue Journal de la médecine clinique et dirigé par l’Hospital del Mar et l’Institut Hospital del Mar d’Investigacions Mèdiques (IMIM-Hospital del Mar), réalisé entre le 1er janvier et le 30 septembre 2020 dans ce centre, suivi de quelques 70 patients souffrant d’addictions admis pour d’autres raisons. Parmi eux, 37 % présentaient une forme de trouble mental associé. La prévalence était plus élevée chez les femmes, à 54%, alors qu’elle était de 33% chez les hommes.

Lire aussi:  "La tumeur du côlon est liée à la vieillesse", selon l'oncologue Josep Tabernero

« Effet télescopique ».

Selon les chercheurs, l’étude confirme que les femmes souffrant d’addictions souffrent de la. « effet télescopique », c’est-à-dire que avec moins de temps de consommation ont plus de problèmes ou les avoir plus tôt que les hommes ayant la même addiction. Dans le même temps, ils ont une très mauvaise qualité de vie, pire que les hommes. Dans la double pathologie, comme l’explique le Dr Torrens, « il y a toujours une les préjugés sexistes », car plus de femmes que d’hommes en souffrent. L’étude de la mer, dit-il, le confirme.

Les cas évalués indiquent que le âge de la survenue des femmes était plus tardif que celui des hommes (23 ans contre 18), mais l’apparition de la pathologie psychiatrique se produisait à des âges similaires.

L’alcool, le plus consommé

La substance la plus couramment consommée chez les patients hommes et femmes souffrant de dépendance était l’alcool. alcool, présents dans 47% des cas, suivis par les les opioïdes, dans 38 % des cas. En outre, 46% des femmes admises pour une double pathologie souffraient de dépression, le trouble le plus fréquent. Chez les hommes, cette pathologie était présente dans 31% des cas.

Spécialistes

Les patients présentant une double pathologie souffrent augmentation des admissions à l’hôpital et des problèmes sociaux, comme les difficultés à trouver un emploi, font plus de tentatives de suicide et ont un pronostic plus défavorable. C’est pourquoi les auteurs de l’étude préconisent la nécessité d’établir circuits d’autoriser les spécialistes d’autres pathologies à consulter les experts en toxicomanie dans leurs centres s’ils soupçonnent que des patients souffrent d’une dépendance.

Ces résultats réaffirment finalement l’importance de la numérisation systématique la possibilité que les patients hospitalisés souffrent d’une dépendance, ainsi que la présence éventuelle de autres pathologies les pathologies mentales associées, car elles peuvent avoir un impact important non seulement du point de vue de la pathologie médicale qui a conduit à leur admission, mais aussi sur leur qualité de vie. « Nous y accordons de plus en plus d’importance, car si nous ne traitons pas tout ensemble, la dépendance et la maladie mentale, le rétablissement ne fonctionnera pas », souligne le Dr Torrens.

Article précédentSolaria souffre : Barclays valorise ses actions à 17,70 euros et réduit son conseil
Article suivantL’incidence chez les personnes de plus de 60 ans augmente après Pâques