Accueil Santé & Bien-être pas de mains pour la bronchiolite

pas de mains pour la bronchiolite

587
0

Le site Hôpital Sant Joan de Déu (Esplugues de Llobregat) a demandé à ses travailleurs de la santé, et en particulier à l les infirmières et les aides-soignantes, pour récupérer le Des gardes de 12 heures dans l’unité de soins intensifs pédiatriques et le service des urgences. Les hôpitaux catalans sont saturés par l’épidémie de bronchiolite qui sévit surtout dans les services de pédiatrie et d’urgence. les bébés de moins d’un an. Sant Joan de Déu, un centre de référence pour les enfants, est l’un des plus touchés par cette maladie causée par le virus respiratoire syncytial (VRS).

Le site conseil d’entreprise de Sant Joan de Déu a envoyé un communiqué au personnel, auquel EL PERIÓDICO a eu accès, pour l’informer que la direction de l’hôpital lui a fait savoir qu’il y a « difficultés à couvrir tous les lieux de travail nécessaires, notamment pour les infirmières et les TCAI (infirmières auxiliaires) ».

Lire aussi:  L'UE recommande la mise en quarantaine des animaux domestiques exposés à la variole du singe

« Pour cette raison, nous avons été informés de la volonté de pour récupérer les équipes de 12 heures aux soins intensifs, aux urgences et au huitième étage », poursuit le communiqué. Dans le HUITIEME ETAGE, où se trouvaient auparavant les patients d’oncologie pédiatrique (en juin, ils ont été transférés au centre de cancérologie pédiatrique de Barcelone, annexé à l’hôpital), admettent désormais les patients suivants les enfants atteints de bronchiolite.

Des sources du centre nient que cette mesure soit obligatoire (le comité assure que l’hôpital invoquera l’article 41 du statut des travailleurs). « C’est un mesure volontaire, incitative et temporaire. L’article 41 ne sera donc pas applicable », précisent les mêmes sources. Les quarts de 12 heures ont été supprimés il y a des années. dans l’hôpital « dans son ensemble ». « Ils continuent seulement à être dans des cas spécifiques et parce qu’elle est souvent demandée par les professionnels eux-mêmes », concluent-ils.

Lire aussi:  L'Espagne compte 243 covid-19 décès et 48 272 nouvelles infections depuis mardi.

Réponse du Comité

De son côté, le comité d’entreprise a envoyé une réponse à la direction dans laquelle il dit ne pas comprendre « comment ils peuvent prétendre masquer une manque systématique de professionnels des soins infirmiers avec l’incapacité de faire face à un Pla Integral d’Urgències de Catalunya (PIUC, qui est mis en œuvre en cas de demande accrue de soins) qui est certes complexe, mais pas plus difficile ou exceptionnel que les autres ».

La commission dénonce le « zéro investissement dans le capital humain » de la direction.  » Ne vous laissez pas abuser, il y a des professionnels de la santé. Ce qu’il faut, c’est des salaires et des conditions de travail décents de vouloir être dans notre institution », peut-on lire dans la lettre de réponse du comité à la direction de Sant Joan de Déu.

Article précédentCoupe du monde 2022 au Qatar : Choix de l’équipe, pronostics, meilleurs paris de la FIFA par un expert en football.
Article suivantL’Ibex 35 cherche à clôturer la semaine au-dessus de 8 000 points.