Accueil Santé & Bien-être « Nous ne prenons pas soin du patient comme il le mérite ».

« Nous ne prenons pas soin du patient comme il le mérite ».

557
0

Les infirmières sont le groupe le plus important dans le domaine des soins primaires. Deux ans après l’apparition du covid-19, ils ont le sentiment d’être passés d’une situation où ils étaient « applaudis » à une situation où ils étaient « rabaissés ». David Oliver (Girona, 1965) est une infirmière dans le CAP Montilivi de Gérone et délégué du syndicat d’infirmières Satse.

Comment sont les soins primaires aujourd’hui ?

Après deux ans de travail sur la pandémie, on constate un manque de professionnels et, surtout, un manque d’investissements. Il n’est pas possible de s’occuper des utilisateurs comme ils le méritent. Nous subissons beaucoup de pression, mais nous sommes ce que nous sommes et il y a beaucoup de travail à faire. Une fois la phase aiguë de la pandémie passée, il y a toute l’assistance pour les maladies qui ont été mises en veilleuse et cela signifie que nous avons la routine de l’entretien téléphonique. L’utilisateur ne le vit pas très bien.

L’assistance téléphonique est-elle importante ?

Beaucoup. Dans certains CAP, il est très difficile pour l’usager de se déplacer en personne car nous n’avons plus d’heures : nous sommes très nombreux. L’usager se présente au CPN en état de stress, et cette relation entre le personnel et le patient comporte parfois un risque d’agression verbale. L’utilisateur est également épuisé.

« Une fois la phase aiguë de la pandémie passée, il reste à prendre en charge les maladies qui sont restées en arrière-plan. »

Mais les CAP ont regagné une grande partie de la prestidigitation perdue.

Oui, elle a été récupérée, mais il y a un retard&mldr ; Chronique, contrôles du diabète, personnes devant subir des contrôles, analyses….. Tout cela se rétablit, mais beaucoup de choses se font par téléphone, la liste d’attente est plus longue et l’utilisateur n’est pas très content de cela. Cependant, ce n’est pas le problème des travailleurs, nous faisons notre part. Le budget primaire n’atteint même pas 17%, alors qu’il devrait être de 25%.

Quelle est la part des soins CAP dispensés en face à face et celle des soins par téléphone ?

Il n’y a pas de chiffres car cela dépend beaucoup de chaque PAC et du territoire. Certains personnels sont mieux structurés que d’autres. Je peux vous dire que nous traitons les non-urgences par téléphone. Si elle est grave, elle est transmise au service des urgences et d’autres types de soins sont prodigués. Les affaires programmées sont évaluées par téléphone et nous décidons ensuite d’agir en personne ou par téléphone.

Lire aussi:  L'Espagne a consommé 50 millions d'antidépresseurs l'année dernière

Combien de temps faut-il pour donner un rendez-vous au patient ?

Souvent plus de 48 heures, mais cela dépend beaucoup de chaque domaine de base et du nombre de professionnels dont ils disposent.

« Nous traitons les questions non urgentes par téléphone. Si elle est grave, elle est transmise au service des urgences et d’autres types de soins sont prodigués ».

Que voyez-vous à l’intérieur de la PAC ?

Il y a beaucoup de travail à faire, beaucoup d’arriérés, il y a à nouveau beaucoup de difficultés avec les contrats stables. Le personnel – notamment les infirmières – est réembauché mois après mois, ce qui a des répercussions sur les soins aux usagers. Le système nous demande de récupérer le suivi des patients chroniques, qui sont toujours en attente de contrôle, et avec le personnel dont nous disposons, il est très difficile de s’occuper d’eux en personne.

Quel CAP est le pire à Gérone ?

En été, celles de la côte : Blanes, Sant Feliu de Guíxols, Platja d’Aro… Mais toutes les PAC ont le même problème : il n’y a pas d’investissement et cela signifie que les zones de base ont réduit leur personnel. Et je peux vous dire la même chose de la Catalogne dans son ensemble, partout c’est pareil : Lleida, Tarragone, Barcelone. Il y a un mécontentement général de la part des professionnels car il y a deux ans, nous étions applaudis et essentiels, surtout les infirmières, et maintenant nous sommes sous-évalués. Nous travaillons dans les mêmes conditions qu’il y a 10 ans, malgré le fait que les accords de l’Institut Català de la Salut (ICS) et de Siscat (Siscat) sont en cours de négociation. [el sector concertado]. Cette situation pousse de nombreuses personnes à quitter la profession ou à partir à l’étranger.

Salut a donné des mesures pour renforcer les soins de santé primaires.

Lire aussi:  Enfin ! Les 3 endroits qui disent adieu au mascara en février prochain

Oui, il y avait des fonds covidés, mais une fois la phase aiguë de la pandémie passée, il y a déjà des instructions pour contracter moins ou pour contracter pendant un ou deux mois. Mais tout cela est structurel. L’amélioration du budget primaire aurait dû être abordée il y a des années. Il y a un manque d’argent, d’investissements et de professionnels. En Catalogne, il y a six infirmières pour mille habitants, alors qu’en Europe la moyenne est de neuf pour mille habitants.

« En Catalogne, il y a six infirmières pour mille habitants, alors qu’en Europe, la moyenne est de neuf pour mille habitants. »

L’inégalité territoriale est-elle importante ?

Oui, mais le principal problème est la pénurie de professionnels, notamment de médecins, ce qui signifie que les infirmières effectuent des tâches qui ne leur correspondent pas.

Il y a aussi des cliniques locales qui sont fermées.

Dans les cliniques locales, il y a des infirmières et des médecins qui dépendent d’une PAC et qui font le travail dans un village. Avec le covid, tout était concentré dans les CAP et les cliniques étaient fermées. Mais une fois la phase aiguë passée, par manque de budget, par manque de professionnels, beaucoup d’entre elles n’ont pas rouvert. Ou, s’ils ouvrent, ils le font deux jours par semaine, par exemple. En Catalogne, au cours de la dernière décennie, quelque 1 800 infirmières sont parties à l’étranger. Nous sommes tous concernés, mais le personnel infirmier – le groupe le plus nombreux dans les soins primaires – est le plus touché : nous avons supporté le poids de la pandémie, nous avons dirigé la vaccination.

Vous êtes-vous libérés de la bureaucratie ?

C’est un problème qui a toujours existé. On a discuté de la manière dont il peut être amélioré, mais il y a encore une partie qui serait dispensable. Mais c’est une discussion qui, à mon avis, ne dépend pas du manque de personnes, mais plutôt de la façon dont les visites sont programmées. Il devrait s’agir d’un changement structurel des soins primaires en Catalogne. Nous aimerions fournir beaucoup plus d’assistance aux utilisateurs et moins de paperasserie et de protocoles.

Article précédentNolimit City lance son tout premier jeu en grappe, « The Border ».
Article suivantKalamba Games se prépare à une nouvelle croissance grâce à la certification ISO/IEC 27001