Accueil Santé & Bien-être « Nous avons besoin de plus de psychiatres et de psychologues pour traiter...

« Nous avons besoin de plus de psychiatres et de psychologues pour traiter les troubles chez les enfants ».

600
0

Parlons de la santé mentale. On constate une augmentation considérable des troubles chez les enfants, les adolescents et les jeunes. Existe-t-il des plans spécifiques pour renforcer cette situation ? Le renforcement de la santé mentale est un engagement ferme du gouvernement en général, comme le montre le Pacte Nacional per la Salut Mental (Pacte national pour la santé mentale) dans lequel tous les départements travaillent. Mais c’est aussi un engagement spécifique de Salut. Nous sommes très préoccupés par la santé des enfants et des jeunes, nous sommes très préoccupés par le suicide, et il existe des plans spécifiques à cet égard. Mais nous comprenons qu’il y a aussi beaucoup de troubles émotionnels, ce que nous abordons également avec les référents bien-être émotionnel des PAC.

Pourquoi les troubles mentaux augmentent-ils autant dans la population pédiatrique et juvénile ? Les experts nous disent que la pandémie a fait des ravages et que la dépendance aux réseaux sociaux fait également des ravages. Outre le traitement de ces pathologies, nous travaillons également beaucoup sur la prévention, l’éducation et la gestion de toutes ces questions dans les écoles, notamment les troubles du comportement alimentaire (TCA), qui sont très répandus chez les adolescentes.

En fait, il existe des hôpitaux publics avec des listes d’attente allant jusqu’à trois mois Comment y remédier ? Les troubles urgents doivent être vus immédiatement et, dans ce sens, les unités doivent fonctionner. Et d’autre part, nous devons augmenter les ressources pour que les soins qui ne sont pas strictement urgents n’aient pas à attendre aussi longtemps. Nous devons augmenter les ressources et c’est ce que nous ferons.

Dans quelques semaines, nous présenterons un plan stratégique pour les professionnels, qui abordera la question du manque de psychologues.

Par ressources, on entend quoi ? Des psychologues ? Parce que il n’y a pas de psychologues. Il y a un manque de psychiatres, un manque de psychologues cliniciens&mldr ; Plus que des psychologues, des psychologues cliniciens. Quoi qu’il en soit, nous envisageons des stratégies pour trouver davantage de psychologues cliniciens ou pour former des psychologues à la fonction de psychologue clinicien si nécessaire.

Lire aussi:  Alerte alimentaire à la Listeria dans des saucisses provenant d'Italie

Et où vont les stratégies pour trouver ces psychologues cliniciens ? Les psychologues cliniques ont besoin d’un PIR, ceux qui ne sont pas psychologues cliniques doivent faire une préparation et être accompagnés par des psychologues cliniques. Lorsque nous présenterons le plan stratégique pour les professionnels, nous aborderons cette question plus longuement.

Et quand le présenterez-vous ? Dans quelques semaines.

Quel hiver nous attend en ce qui concerne le covid ? Un hiver compliqué. La bronchiolite, qui est due au virus respiratoire syncytial (VRS) et qui touche beaucoup les jeunes enfants, a atteint son pic ; elle commence à diminuer. Mais les prévisions nous disent qu’autour de Noël, il y aura le pic de la grippe. Et ensuite, après quelques jours, le pic de covid-19, qui remontera. Parce que le covid est là : en ce moment, nous avons plus de 700 patients admis pour le covid et 27 dans l’unité de soins intensifs. Il semble toutefois que nous aurons une vague moins agressive que celle de la grippe.

En d’autres termes, cette année, nous nous attendons à plus de grippe que de covidie. C’est vrai. Et la grippe est attendue pour Noël, comme les autres années.

Mais sera-t-elle aussi forte que l’épidémie de bronchiolite ? Nous ne sommes pas devins, mais tout porte à croire qu’il y aura une grande vague de grippe. Nous recommandons à tout le monde de se faire vacciner. [de gripe y de la cuarta dosis de covid]surtout pour les personnes à risque.

Salut va-t-il insister sur la recommandation de porter un masque dans les transports publics, une réglementation d’État que personne ne respecte ? Nous insisterons sur cette recommandation et sur le port d’un masque pour les personnes présentant des symptômes de toute affection respiratoire. Les personnes présentant des facteurs de risque doivent avant tout porter un masque.

Lorsque vous étiez président du Consell Asessor de Salut, vous avez critiqué la gestion des maisons de retraite de la première vague et déclaré que le modèle social et sanitaire devait être repensé. Qu’est-ce qui doit être repensé ? Nous sommes déjà en train de le repenser. Actuellement, nous envisageons de créer l’Agència Integrada de Atenció Salut i Social (Agence intégrée de soins de santé et de services sociaux) et nous étudions divers projets pour le déploiement de l’agence que nous annoncerons également dans un avenir proche.

Qu’est-ce qui vous inquiète le plus dans le domaine des soins de santé ? Beaucoup de choses. La pression de la prise en charge par les professionnels, la pression de la prise en charge elle-même à cette période de l’année, la tension sociale et sanitaire que nous devons reconstruire, disposer d’un financement adéquat pour répondre à tout cela&mldr ;

Comment évaluez-vous la gestion de votre prédécesseur, Josep Maria Argimon ? Nous travaillons sur tout ce qui a été construit auparavant et tout cela grâce au travail de mon prédécesseur et de tous les précédents « conselleres » et « conselleres » de Salut. Nous avons un système de santé qui est sous tension mais qui est très performant, de grande qualité. Il a des lacunes que nous devons résoudre, mais il est très solide. C’est un grand trésor que nous avons et nous devons le préserver, le soigner et l’améliorer.

Article précédentBalcells, en faveur de la retraite active des médecins de premier recours et des pédiatres proposée par le département de la santé
Article suivantLes crypto-monnaies augmentent légèrement, le bitcoin se maintenant au niveau des 17 000.