Accueil Sports Manchester City : aperçu de la saison 2022-23 de la Premier League,...

Manchester City : aperçu de la saison 2022-23 de la Premier League, prédictions audacieuses : Tous les yeux sur Erling Haaland

60
0

Il n’a peut-être pas été le transfert le plus cher de l’été, et il n’est pas arrivé avec le plus grand nombre de trophées, mais il s’agit sans aucun doute de la transaction la plus impressionnante jusqu’à présent. La meilleure équipe d’Angleterre vient d’acquérir l’étoile montante du football mondial de ces dernières années, le jeune attaquant exceptionnel qui ne s’appelle pas Kylian Mbappé. Manchester City et Erling Haaland devrait être un mariage parfait.

Tous les yeux sur Erling Haaland

Ce sera probablement le cas, ne serait-ce qu’en raison du nombre de buts qu’il pourrait ajouter à une équipe de City qui n’en manquait pas au départ. Les chiffres sont exagérés à l’extrême. Haaland a marqué 115 fois en 116 matchs pour le Red Bull Salzburg et le Borussia Dortmund. En Ligue des champions, il marque un but toutes les 63,6 minutes. Il a disputé 19 matchs dans la plus prestigieuse des compétitions de clubs européennes et il est à un but de rejoindre le top 50 des meilleurs buteurs de tous les temps. Il a déjà égalé ou dépassé le rendement de certains de ses contemporains dans l’élite des buteurs européens. Harry KaneRomelu Lukaku et Paulo Dybala suivent tous un joueur qui a eu 22 ans il y a quelques semaines seulement.

Lire aussi:  Nobby Solano, grand joueur de Newcastle, parle des chances du Pérou de se qualifier pour la Coupe du Monde : Nous avons toujours dû employer la manière forte".

Il est peut-être en train de vivre l’une des plus belles périodes du début de sa carrière. On peut compter sur les meilleurs attaquants, et seulement les meilleurs, pour dépasser régulièrement leurs objectifs (xG) dans une certaine mesure, mais pas au niveau de Haaland. En Bundesliga et en Ligue des champions, il a marqué 74 buts sans pénalité. La valeur xG de tous les tirs sans pénalité qu’il a effectués est de 57,76. Il y a un certain niveau de surperformance, puis il y a un rendement de 28% supérieur à celui du finisseur moyen. C’est bien au-delà des niveaux de Lionel Messi. Ce degré de surperformance ne durera pas, même si l’on peut penser que si un joueur réalise 0,76 xG sans pénalité par 90 minutes, une régression vers la moyenne n’est peut-être pas si inquiétante.

Alors que Haaland n’a pas marqué contre Liverpool dans le Community Shield, malgré trois tirs d’une valeur xG de 1,04 et deux occasions pour ses coéquipiers, sa première apparition sous le maillot de City contre le Bayern de Munich laisse penser que la forme du buteur va se maintenir pour la nouvelle saison. Il ne lui a fallu que 11 minutes pour ouvrir son compteur et il l’a fait de la manière qui ravira son nouveau manager Pep Guardiola. Kevin De Bruyne a glissé une passe vers la ligne de démarcation, Jack Grealish a récupéré la passe et Haaland s’est glissé pour apporter la touche finale.

Lire aussi:  Score de Manchester City contre Real Madrid : Les hommes de Pep Guardiola remportent la Ligue des champions avec sept buts d'écart à l'Etihad.

C’était presque l’archétype du but de City, la seule différence par rapport à la tradition étant qu’il n’y avait pas eu de longue période de possession de balle sur le flanc qui avait débloqué la défense du Bayern Munich et permis à Grealish d’atteindre la ligne de touche pour la remise en jeu. Aucune équipe n’a créé plus d’occasions ou marqué plus de buts sur des coupures dans la Premier League de la saison dernière que celle de Guardiola. Maintenant, ils ont un autre joueur pour s’en régaler.

C’est une équipe qui fétichise les tirs à bout portant dans l’axe du but plus que quiconque. Comparez leur carte thermique des tirs de la saison 2021-22 avec celle de Haaland sur les trois dernières saisons. Le sweet spot de Haaland est celui de City et vice versa. « Ce type de ballons devant le gardien, toujours il est là », comme l’a dit Guardiola après la première titularisation de sa nouvelle recrue.

Les tirs de Haaland sur les trois dernières saisons et ceux de City en Premier League et en Ligue des champions la saison dernière. Tous deux effectuent une grande partie de leurs tirs depuis la zone située autour du point de penalty.

TruMedia

La seule différence notable en termes de volume (bien entendu, les clichés de plus de 20 joueurs de City sur une saison entière ajouteront quelques taches en dehors de la surface de réparation) entre les deux est cette tache de chaleur dans le coin gauche de la surface, une sorte de zone de prédilection pour Haaland. Il semble savourer une course qui l’entraîne depuis le couloir droit vers un défenseur central et derrière l’autre. Si on le fait passer devant le but, il peut soit tirer en hauteur pour tromper le gardien au premier poteau, soit tirer sur lui avec sa botte gauche.

Le deuxième des quatre buts qu’il a marqués lors de la victoire 5-2 sur le Hertha Berlin en novembre 2020 en est un bon exemple. Au moment où il détecte une faille dans la ligne défensive – Dedryck Boyata s’est permis de glisser cinq mètres devant le reste de sa défense – il explose, accélérant à une vitesse qui devrait être au-delà de ceux qui ont un gabarit aussi imposant. Une fois que le ballon de Julian Brandt est sur la cible, le résultat est inévitable.

Une présence physique sur le terrain

Trouver des espaces derrière les lignes défensives sera d’autant plus difficile sous les couleurs de City. Oui, ils ont des joueurs comme Kevin De Bruyne et… Bernardo Silva qui peut glisser des ballons dans les endroits les plus précis, mais il se peut qu’ils n’existent tout simplement pas car les défenses s’enfoncent de plus en plus dans la peur de l’espace. Dans ce cas, City dispose d’un avant-centre de 1,80 m qui peut gagner des coups de tête, ce qu’ils n’ont pas toujours fait sous Guardiola. Au cours des trois dernières années, ils ont remporté 44,8 % des duels aériens dans la surface de réparation, ce qui les place au 17e rang sur 24 équipes, même si cela est contrebalancé dans une certaine mesure par les 19 buts qu’ils ont marqués sur des coups de tête en jeu ouvert. Lorsque vous recevez le ballon dans la surface aussi souvent qu’ils le font, vos joueurs finissent par marquer plus que quelques buts de la tête.

Haaland devrait leur en fournir davantage, bien qu’il y ait un certain degré de projection dans tout cela. Pour un joueur de sa taille, il ne marque pas un grand nombre de buts de la tête. Chelsea Raheem Sterling Il ne participe pas non plus à un grand nombre de duels aériens, même si, selon fbref, les 57,6 % qu’il a gagnés au cours des 365 derniers jours le placent dans le 97e percentile. C’est une option que Guardiola a laissé entendre qu’il allait envisager. A propos de la victoire en amical contre le Bayern, il a dit que City avait maintenant une « alternative pour lui mettre le ballon ». Haaland n’a joué que 40 minutes au Lambeau Field et n’a reçu que cinq passes, dont une seule de la part du gardien de but. Nathan Ake était le type de livraison en flèche dont Guardiola parlait. S’il avait eu la précision d’un Aaron Rodgers, le Norvégien aurait été en position idéale pour tester Manuel Neuer. Cette dynamique s’est également manifestée contre Liverpool, où les 16 touches de Haaland étaient les moins nombreuses de tous les joueurs de champ, mais, bien qu’elles n’aient pas trouvé le chemin des filets, elles étaient pratiquement toutes dangereuses.

Lors de son passage au Bayern, Guardiola a utilisé le milieu de terrain défensif Javi Martinez comme avant-centre, survolant le pressing du Borussia Dortmund avec des longs ballons qui auraient suscité l’admiration de Charles Reep plutôt que celle des entraîneurs qui ont formé Guardiola à La Masia. Aujourd’hui, son équipe peut basculer dans un moment de transition entre deux identités footballistiques : le jeu de possession de balle que City a fait sien peut soudainement devenir un jeu d’attaque. Sturm und Drang-ballon dans un moment.

Jusqu’ici tout va bien, un buteur d’élite qui s’adapte au style de jeu de City, tout en étant bien placé à 22 ans pour ajouter de nouvelles rides à son jeu. Mais, bien sûr, des prédictions similaires d’abondance de buts ont été faites l’année dernière lorsque Cristiano Ronaldo, beaucoup plus âgé, est arrivé à Old Trafford. Manchester United avait marqué 73 buts en Premier League en 2020-21. Avec Ronaldo dans l’équipe, ils en ont marqué 56. Ils sont passés d’une attaque où les éléments s’emboîtaient relativement bien à une attaque avec une présence statique en haut du terrain qui n’était pas si impliquée que ça dans la récupération du ballon ou son acheminement vers le dernier tiers. Quand le ballon lui parvenait, il prenait une grande partie des tirs, marquant lui-même 18 buts de haut niveau, mais réclamant qui sait combien de Marcus Rashfords et de Jadon Sancho du monde entier.

Dans une certaine mesure, la même chose sera vraie à City. Ils ne vont pas simplement ajouter un autre but par match parce qu’ils branchent un attaquant qui marque aussi fréquemment à un poste qui était souvent occupé par un attaquant intérieur. Les joueurs de Guardiola exploraient déjà les limites extrêmes de la domination d’une équipe, et il se peut que cette mainmise sur les adversaires se relâche quelque peu si City finit par sacrifier un joueur plus technique se faisant passer pour un avant-centre au profit du vrai joueur.

Le reste du jeu de Haaland sera-t-il à la hauteur des attentes de Guardiola ?

Pendant ce temps, Haaland devra s’adapter. Un an avant qu’il ne parte en Angleterre, City était à la recherche d’Harry Kane et doutait que le Norvégien soit capable de faire toutes les autres choses dont ils avaient besoin. Il peut mettre la balle au fond des filets, sans aucun doute, mais en tant qu’homme de liaison, ils semblaient préférer le modèle plus ancien de l’équipe de City. Tottenham Hotspur. C’est certainement la zone de croissance pour Haaland, qui possède un répertoire décent de passes décisives et d’actions de création de tirs. Il ne fait aucun doute qu’avec Dortmund, la gravité de cet énorme avant-centre a permis de déformer les défenses et de créer des espaces pour d’autres joueurs, et lorsque le ballon est relativement simple, comme dans la passe décisive ci-dessous pour Axel Witsel, on peut compter sur le jeune homme pour faire la passe.

Wyscout/Sport 3

Haaland peut être une sortie pour la construction, et a reçu un nombre considérable de passes progressives avec Dortmund, il n’en a pas donné autant. C’est logique en Bundesliga, lorsque les équipes avancent et reculent à grande vitesse, le ballon peut circuler entre les milieux de terrain, les latéraux et les ailiers avant qu’un joueur comme Haaland n’apparaisse sur la scène pour donner un coup de grâce. A City, les choses doivent être plus mesurées quand il y a une telle disparité entre une équipe et l’autre. Face à des défenses massives, Haaland devra être capable de s’enfoncer dans la profondeur, d’entraîner les défenseurs centraux avec lui, de faire la bonne pichenette du premier coup et de partir.

La construction n’est pas le seul aspect de son jeu à pouvoir être amélioré. À Dortmund, Haaland était un presseur relativement peu fréquent, avec une moyenne de 12,81 pressions par 90 minutes en Bundesliga, selon fbref. Ce n’est pas du menu fretin pour un entraîneur comme Guardiola, qui a passé une grande partie de son temps à City à rétrograder l’icône du club Sergio Aguero parce qu’il n’était pas satisfait de son travail hors du ballon. Pendant ce temps, il semblait complètement amoureux de Gabriel Jesus, qu’il allait qualifier de meilleur attaquant du monde, et il a fallu beaucoup de travail à Aguero pour regagner sa place.

On attendra la même chose de Haaland. Ces 40 minutes ont au moins montré qu’il avait compris. La comparaison entre l’intensité avec laquelle il s’acharnait sur ses adversaires lors des matchs de Bundesliga à la fin de la saison dernière et la façon dont il s’en prenait aux joueurs du Bayern lors d’un match amical était frappante. Il couvrait le terrain avec une intensité sans remords, obligeant même l’inébranlable Manuel Neuer dans les buts à effectuer des dégagements nerveux. Après quatre minutes de jeu, le gardien du Bayern glisse sur le sol alors que Haaland le domine de toute sa hauteur. Leroy Sane reçoit le ballon sous la pression de Rodri et n’a que peu d’options lorsque Joao Cancelo s’avance pour presser Alphonso Davies et Riyad Mahrez ferme l’autre option de passe. En fin de compte, on pourrait dire que la volonté de Haaland de courir après le gardien de but a permis à City d’être lancé en plein dans le tiers défensif du Bayern.

La pression de Haaland sur Neuer force le gardien du Bayern à faire une passe brouillonne qui laissera Sane avec du travail à faire.

Wyscout/ESPN

A la 40e minute, Neuer devait être ravi de ne plus voir Haaland, qui forçait un autre dégagement au milieu de la première mi-temps. A la 18e minute, le numéro 9 de City se lançait à la poursuite d’un coup franc du Bayern à travers le milieu de terrain avec un enthousiasme presque de chiot, si ce chiot avait atteint les proportions de Cerberus. Une fois de plus, il a forcé le Bayern à effectuer un retournement de situation, Dayot Upamecano ayant conclu qu’il serait infiniment plus heureux si le ballon était loin de lui, même si cela signifiait qu’il devait le renvoyer pour un lancer.

C’est peut-être un signe encore plus encourageant pour City que le fait que Haaland ait rapidement démontré ses talents de finisseur dans son nouveau club. Les attaquants traditionnels n’ont pas toujours été les plus faciles à intégrer dans les équipes de Guardiola. Aguero n’est pas le seul à avoir dû convaincre son nouveau manager. En fait, Robert Lewandowski et lui sont peut-être la minorité de joueurs à y être parvenus. Samuel Eto’o, Mario Mandzukic et Zlatan Ibrahimovic ont tous été incapables d’être les joueurs que leur manager voulait qu’ils soient. Le Haaland aurait naturellement été différent – tous ces joueurs, à l’exception d’Ibrahimovic, ont été hérités par Guardiola – mais il était facile de prédire quelques frissons de tension au début, lorsque des années de Pepball élégamment construit se sont heurtées au Colosse du Rogaland. Peut-être que ces tensions ne se produiront pas si, dès le premier jour, il fait preuve d’un tel engagement envers les aspects moins prestigieux de la vie de leader de City.

Défenseurs de Premier League, attention : cette saison pourrait être très éprouvante pour vous.

Manchester City : des pronostics audacieux

  • Fin de la Premier League : 1er
  • Meilleur buteur : Erling Haaland
  • Joueur de la saison : Joao Cancelo
  • Quelque chose d’inattendu : City remporte la Ligue des champions de manière convaincante, avec un seul faux pas. Deux tops…
Article précédentEpic & GIS pour examiner les impacts des dommages liés aux jeux d’argent dans le sport
Article suivantClôture baissière pour l’Ibex 35 le premier jour de négociation du mois d’août