Accueil Santé & Bien-être Magda Campins : « Les admissions en cure augmentent chez les plus de...

Magda Campins : « Les admissions en cure augmentent chez les plus de 65 ans ».

137
0

Elle a été l’une des épidémiologiste de référence tout au long de la pandémie. Chercheur au Groupe d’épidémiologie et de santé publique de l’Institut de recherche du Vall d’Hebron (VHIR), Magda Campins (Barcelone, 1956) est également le président de la Comité consultatif scientifique du Covid-19 de la Conselleria de Salut. Elle a également été récemment nommée présidente de l Commission de déontologie du Col.legi Oficial de Metges de Barcelona (COMB). et est devenue la première femme dans l’histoire de l’organisation à occuper ce poste. L’année dernière, l’Associació Catalana de Recursos Assistencials (Acra) lui a remis un prix de l’Union européenne. prix pour la meilleure carrière et a reconnu son travail à l’avant-garde de la crise sanitaire.

Où en sommes-nous dans la pandémie ?

-Au moment opportun d’un point de vue épidémiologique. En termes de soins, nous n’avons pas un volume important d’admissions. Il est vrai que, depuis quelques semaines, il y a une légère augmentation des admissions dans le service de personnes âgées de plus de 65 ou 70 ans. Mais dans les unités de soins intensifs, nous ne voyons pas vraiment d’admissions. Cependant, au niveau communautaire, le virus circule encore beaucoup. Mais heureusement, nous avons affaire à une variante comme l’omicron, avec une population fortement vaccinée, et les symptômes sont plus légers. Nous devons être très vigilants et faire très attention aux personnes vulnérables.

-Pourquoi les admissions augmentent-elles chez les personnes de plus de 65 ans ?

-Parce qu’il s’est écoulé quatre ou cinq mois depuis la troisième dose. Après cette période, la protection commence à diminuer avec les vaccins actuels. Dans les infections modérées, le déclin est beaucoup plus rapide, à partir de 10 semaines. Mais pour les formes sévères ou celles avec un risque d’hospitalisation, la perte d’efficacité est moindre : on peut passer de 85% de protection contre l’hospitalisation à 70% ou 75% après quatre mois. Certains pays commencent déjà à administrer des quatrièmes doses en fonction de critères d’âge : les États-Unis, l’Italie, la France&mldr ; l’Espagne est en train d’en débattre et probablement la semaine prochaine des recommandations seront émises pour administrer la quatrième dose aux personnes de plus de 80 ans. C’est précisément en raison de cette augmentation des hospitalisations. Il y a un mois et demi, il a commencé à être administré aux personnes immunodéprimées, quel que soit leur âge.

-Sera-t-il étendu à l’ensemble de la population ?

-Ça dépendra du comportement de covid-19. Si nous constatons que les personnes âgées de 60 ou 70 ans subissent une grande perte de protection et commencent à entrer, nous devrions vacciner les groupes d’âge plus jeunes, comme nous l’avons fait avec les troisièmes doses. Mais si nous pouvons attendre un peu plus longtemps, tant mieux. Parce que les vaccins que nous utilisons actuellement sont ceux fabriqués avec la variante de Wuhan et nous savons qu’ils n’offrent pas la même protection que s’il s’agissait de vaccins de nouvelle génération, fabriqués avec de nouvelles variantes. Les laboratoires travaillent déjà sur ces vaccins efficaces contre l’omicron et d’autres nouvelles variantes, il sera possible d’en disposer dans les deux ou trois prochains mois. Par conséquent, si nous pouvons nous étirer un peu plus pour que ces quatrièmes doses soient administrées à l’ensemble de la population, ce serait l’idéal car nous disposerions de vaccins améliorés et plus protecteurs. Mais si les revenus commencent à augmenter, nous ne pourrons pas attendre : c’est ce qui se passe actuellement avec les plus de 80 ans.

Les gens peuvent-ils s’immuniser contre autant de vaccins ?

-Il existe certains vaccins, comme les vaccins antipneumococciques – ceux qui ne sont pas conjugués, les classiques – pour lesquels on a observé un phénomène de tolérance immunitaire. C’est-à-dire qu’au fur et à mesure que vous administrez des doses, le nombre d’anticorps diminue et il arrive un moment où il y a une sorte d’épuisement du système immunitaire. Mais cela a été observé avec un type de vaccin très spécifique, j’insiste, les vaccins antipneumococciques non conjugués. Cela n’a pas été observé avec les vaccins covid-19. Et surtout, nous avons les articles du « New England Journal of Medicine », basés sur l’expérience d’Israël, qui a été le premier pays à introduire les quatrièmes doses. Ces articles n’ont pas constaté de problèmes d’interférence ou de tolérance immunitaire avec les vaccins covid-19. Ils n’ont pas non plus constaté d’effets secondaires sur la sécurité des vaccins.

Qu’allons-nous trouver, sur le plan épidémiologique, dans les semaines à venir ?

-Ayant éliminé toutes les mesures – nous sommes maintenant dans une situation de normalité absolue – il y aura une augmentation de l’incidence. Nous devons essayer de faire en sorte que cela n’ait pas d’impact sur le système de santé, ce qui pourrait arriver si cette augmentation de l’incidence touche des personnes âgées ou vulnérables. C’est pourquoi il est très important que les gens, en particulier les personnes vulnérables, se protègent lorsqu’ils sont à l’intérieur, s’il y a beaucoup de monde. Il en va de même pour les jeunes qui sont en contact avec des personnes vulnérables. Je recommande aux personnes de plus de 60 ans de porter un masque dans les cinémas, les théâtres, les supermarchés, les grandes zones commerciales. Le masque est l’un des outils les plus efficaces, après les vaccins, pour se protéger contre le virus.

Y aura-t-il une septième vague ?

-Probablement oui, mais avec l’omicron – si c’est la variante qui circule encore – nous espérons qu’elle n’aura pas l’ampleur des vagues précédentes, ni un impact sur le système de soins.

À Pékin, on craint un nouvel enfermement. Cela pourrait-il arriver ici ?

La Chine a opté dès le début pour une politique d’endiguement, avec des confinements très stricts. Qu’est-ce que cela a donné ? Malgré le pourcentage élevé de la population, la Chine est probablement l’endroit au monde où le nombre de personnes infectées est le plus faible. Ils n’ont aucune immunité naturelle pour le moment, ils sont naïfs face à ce virus. En outre, les vaccins utilisés, qui sont ceux fabriqués en Chine, sont beaucoup moins efficaces que les vaccins à ARN messager. Et la Chine a également une très faible couverture vaccinale, en particulier chez les personnes âgées et à risque. Pourquoi ? Parce que les personnes âgées en Chine suivent de très près la médecine traditionnelle chinoise. Peut-être n’y a-t-il pas eu non plus de campagnes de vaccination pour sensibiliser les gens comme nous l’avons fait ici. Tout cela met le pays dans une situation très risquée avec une variante transmissible comme l’omicron. Nous sommes tous très inquiets car nous voyons que cela va devenir incontrôlable.

-Au début, la Chine était le bon exemple de la pandémie.

-On a vu qu’avec un virus qui va rester et circuler parmi nous, cette politique qu’ils suivent n’est pas la bonne.

« Nous sommes allés trop vite : nous n’avons pas encore mis en place les systèmes de surveillance et nous avons déjà levé toutes les restrictions. »

L’Espagne ne compte plus les cas au cas par cas et les personnes atteintes d’infections légères ou asymptomatiques ne doivent pas être confinées. Êtes-vous d’accord avec la façon dont la pandémie est contrôlée ?

-Le nouveau système de surveillance, basé sur un système sentinelle, vise à protéger les personnes âgées et vulnérables. Je pense que cela et le fait que les principaux indicateurs soient basés sur les hôpitaux est une bonne stratégie, complétée par d’autres – comme la recherche d’échantillons d’eaux usées, le nombre d’infections aiguës diagnostiquées par les soins primaires…-. Tout cela est bien beau, mais le problème est que cela n’est pas encore mis en œuvre. Peut-être est-ce allé trop vite, nous n’avons pas encore mis en place les systèmes de surveillance et nous avons déjà levé les restrictions. Je comprends que cela a été fait parce qu’il y avait une fatigue de la pandémie et parce que d’autres questions, comme l’économie, pèsent sur le gouvernement. Mais personnellement, je pense que nous aurions dû attendre un peu que le système de surveillance soit prêt, car maintenant nous avons perdu un peu de la traçabilité des données.

Lire aussi:  Monkeypox | L'Espagne détecte déjà plus de négatifs que de positifs

-Par exemple ?

-Par exemple, le système de surveillance des infections de Catalogne (Sivic) fonctionne, mais pas encore complètement. Trente-trois centres de soins primaires et quelques hôpitaux participent à ce réseau de surveillance sentinelle. Chaque lundi, ils doivent fournir des données sur les patients qui répondent aux critères. Mais tous n’envoient pas les données, le système n’est pas encore public – il le sera sous le nom de dadescovid.cat -….. Les épidémiologistes qui ne travaillent pas dans la « conselleria » aimeraient avoir le contrôle de ces données. C’est pourquoi, pour le moment, nous sommes guidés par l’évolution des hospitalisations et de l’incidence chez les plus de 60 ans.

-Que faudrait-il de plus au niveau épidémiologique ?

-Je suis préoccupé par le message selon lequel c’est fini – du moins, beaucoup de gens ont compris que c’était fini – et non. Et que les personnes séropositives n’ont pas à être isolées et testées met les personnes vulnérables en danger.

-C’est une erreur ?

-Je pense que oui. Toutes les personnes, même si elles ne présentent aucun facteur de risque, qui sont en contact avec des personnes vulnérables devraient être testées. En fait, nous pouvons tous être en contact avec des personnes vulnérables. À ce stade, il aurait été idéal de faciliter l’accès au test antigénique rapide. Nous ne sommes pas encore dans une situation où nous pouvons parler du covid-19 comme s’il s’agissait de la grippe.

-Et pourquoi les tests ont-ils été arrêtés ?

-Je pense que si nos soins primaires étaient plus autonomes, c’est-à-dire s’ils disposaient de plus de ressources, nous aurions probablement poursuivi le dépistage. Le fait d’arrêter de tester les personnes sans facteurs de risque reflète le fait que nous n’avons pas un système de soins primaires prêt à faire tout ce travail supplémentaire. Si vous le faites, vous arrêtez de tester les autres patients. D’autres pays comme les États-Unis ou les Européens continuent de tester&mldr ; Seuls le Royaume-Uni et le Danemark ont fait comme l’Espagne, ils ont tout assoupli et ont arrêté les tests. Mais il y a un risque à arrêter les tests.

« C’est une erreur d’arrêter de tester les personnes sans risque. Cette décision a été prise parce que l’école primaire n’a pas de ressources ».

-Quel est actuellement l’aspect le plus pertinent de la recherche sur les covidés ?

-L’une des lignées les plus importantes est celle du covide persistant, qui touche entre 10 et 15 % des personnes infectées. Pour l’instant, nous n’avons pas de traitement efficace pour eux. L’hôpital allemand Trias i Pujol (Can Ruti, Badalona) effectue de nombreuses recherches.

-On est sur le point de trouver un médicament pour la covidie ?

-Nous avions un certain nombre d’anticorps monoclonaux qui étaient efficaces chez les personnes atteintes de formes graves de la maladie, mais Omicron a rendu bon nombre d’entre eux inutiles. Nous devons donc nous remettre à travailler sur de nouveaux médicaments visant le traitement plutôt que la prévention. Pour la prévention, nous disposons déjà de vaccins, et nous travaillons également sur de nouveaux vaccins de deuxième génération. Il serait très important de trouver des vaccins qui préviennent l’infection. Il s’agit de vaccins stérilisants, muqueux, qui confèrent une immunité au niveau des muqueuses et préviennent ainsi l’infection, ce que ne font pas les vaccins actuels. Et l’on recherche également des vaccins efficaces contre toutes les variantes. Il s’agit de vaccins pan-coronaviraux, fabriqués à partir de parties structurelles du virus qui ne sont pas affectées par les mutations.

Article précédentLa figure d’engouffrement baissière de mardi sur l’Ibex reste en place
Article suivantTelefónica fixe au 31 mai la date limite d’acquisition des droits au dividende scriptural