Accueil Business L’Ibex 35 et le reste de l’Europe dégringolent après l’attaque russe en...

L’Ibex 35 et le reste de l’Europe dégringolent après l’attaque russe en Ukraine

119
0

L’Ibex 35 et le reste des marchés boursiers européens ont chuté jeudi (Ibex : -4,22%, 8 073 points ; Cac : -4,7% ; Dax : -5,07% ; Ftse 100 : -3,03% ; Ftse MIB : -5,23%). après la Russie enfin, a lancé une attaque contre l’Ukraine. La crise diplomatique s’est transformée en un conflit militaire. le pire scénario se réalise.

Seules Indra (+5%) et Almirall évoluent en territoire positif sur l’Ibex, alors que la majorité des valeurs sont en baisse de 3 à 8%. Les pires sont les banques (Santander, Sabadell, CaixaBank, BBVA…) avec IAG, ArcelorMittal, Cie, Meliá, PharmaMar… Sur le front des entreprises, il convient de souligner les résultats de. Telefónica, qui a multiplié par cinq ses résultats pour 2021 et revient à un dividende en espèces. De nombreuses autres entreprises ont publié des chiffres aujourd’hui (Atresmedia, FCC, OHLA…), mais ils sont tous brouillés par ce qui se passe.

Le site Les indices américains plongent entre 2,5 et 3 %.comme l’ont fait les marchés boursiers asiatiques aux premières heures de ce matin. Le Hang Seng a chuté de plus de 3 %.

Face à la chute des actions, le pétrole s’envole de 8 %, le Brent dépassant les 100 dollars (105 dollars) pour la première fois depuis 2014.. Le pétrole brut West Texas dépasse les 99 dollars. L’or est également en forte hausse (+3%), dépassant nettement les 1 900 dollars l’once (1 972 dollars). L’argent est en hausse de 3% (25,46 $).

Lire aussi:  L'écosystème phygital et les 5 tendances du e-commerce en 2022.

Le bitcoin continue de souffrir (comme il le fait depuis que le conflit a éclaté). Ce jeudi, il plonge encore de 6 % (35 132 $).tandis que l’ethereum est en baisse de 10 % (2 360 $).

« Les États-Unis, l’Union européenne et le Royaume-Uni réfléchissent à ce qu’ils vont faire, et les nouvelles sanctions risquent d’être ignorées. Il n’est probablement pas exagéré de dire que l’Europe se trouve maintenant à son point le plus dangereux depuis la Seconde Guerre mondiale.« , déclare Michael Hewson, responsable de la recherche chez CMC Markets à Londres.

Ramón Forcada, directeur de l’analyse chez Bankinter, explique que, étant donné que le scénario du pire se réalise, ils prendront la décision qu’ils avaient prévue et Ils réduiront l’exposition au marché boursier de tous leurs clients..

« Les traders en bourse faire face à une myriade de menaces (après l’attaque russe) qui alimentent l’incertitude du marché, avec La hausse de l’inflation est au centre de toutes les préoccupations.« , ajoute Naeem Aslman, directeur de la recherche chez AvaTrade. Il convient de noter que l’un des impacts économiques les plus préoccupants est l’augmentation des prix de l’énergie et de l’électricité. les dommages qu’elle pourrait causer à la reprise économique de l’Europe..

Lire aussi:  La livre anticipe le vote de confiance de Johnson pour éliminer le risque politique.

La Bourse de Moscou, qui a fermé à un moment donné de la séance pour éviter un nouveau plongeon, plonge de 40 %.tandis qu’il est rapporté que plusieurs expositions en Ukraine dans au moins quatre villes.

Depuis environ deux heures avant l’aube, des explosions ont été ressenties dans et autour des villes de Kiev, Odessa, Kharkiv et Mariupol. Les explosions se poursuivraient. Dmytro Kuleba, le ministre ukrainien des Affaires étrangères, a déclaré dans un communiqué que ce qui suit se passe une « invasion à grande échelle » de son pays..

Le président américain Joe Biden a condamné l’attaque. « Le monde demandera des comptes à la Russie. »Le monde demandera des comptes à la Russie », a-t-il déclaré avant de s’entretenir tard dans la nuit avec le président ukrainien Volodymyr Zelenskyy. Vladimir Poutine, quant à lui, a justifié sa décision et met en garde : « La Russie est prête à tout ».

Article précédentLe pétrole passe au-dessus de 100 dollars pour la première fois depuis 2014 après une attaque en Ukraine.
Article suivantLa campagne espagnole, en attente de guerre : 30% du maïs vient d’Ukraine