Accueil Finance La campagne espagnole, en attente de guerre : 30% du maïs vient...

La campagne espagnole, en attente de guerre : 30% du maïs vient d’Ukraine

155
0

L’Espagne dispose d’un une grande dépendance vis-à-vis de l’importation de diverses matières premières.selon les données fournies par Asaja jeudi. A 30% des céréales qui entrent dans notre pays depuis l’étranger proviennent d’Ukraine, tout comme les 17% de blé et 60% d’huile de tournesol.. C’est pourquoi la campagne espagnole est toujours dans l’attente du conflit dans le pays et de la manière dont il pourrait affecter les prix.

En ce moment, le marché à terme du maïs est en hausse de près de 4%, tandis que le blé est en hausse de près de 6% et l’huile de tournesol en hausse de seulement 1%.

Lire aussi:  Sabadell, Santander, CaixaBank... une semaine fantastique pour les banques espagnoles

« L’Ukraine est désormais le grenier de l’Europe en termes de céréales et le premier producteur mondial de graines, de farine et d’huile de tournesol », indique l’association dans sa lettre. En fait, la quantité de maïs importée en Europe est de l’ordre de 10 %. L’Espagne représente 2,8 millions de tonnes pour une valeur de 460 millions d’euros, L’Espagne étant la deuxième destination des exportations ukrainiennes.

En outre, 60% de nos achats étrangers d’huile de tournesol proviennent également d’Ukraine, ainsi que 17% du blé, 31% des tourteaux d’huile végétale et 15,4% des légumineuses à grains.

Lire aussi:  Les marchés ignorent la motion de Johnson : "Ils sont plus préoccupés par l'économie".

 » Le Le but principal de toutes ces importations est de produire des aliments pour notre bétail et un manque d’approvisionnement rendra ces matières premières plus chères.Cela aurait des conséquences fatales pour les éleveurs espagnols à un moment où nous sommes touchés par la sécheresse dont souffre l’Espagne », ajoutent-ils dans la lettre.

Article précédentL’Ibex 35 et le reste de l’Europe dégringolent après l’attaque russe en Ukraine
Article suivantFuncas relève sa prévision de l’IPC à 5,6 % après le déclenchement du conflit en Ukraine.