Accueil Finance L’Ibex 35, avec un focus sur la Chine et le PIB final...

L’Ibex 35, avec un focus sur la Chine et le PIB final de la zone euro

551
0

L’Ibex 35 et le reste des bourses européennes abordent cette séance de mercredi avec des doutes (futures : +0,1%) après Les chutes d’hier à Wall Street et après une journée mitigée en Asie. Voilà, La Chine a annoncé qu’elle assouplissait encore les restrictions liées au Covid.

Le géant asiatique a annoncé que les personnes ne seront plus tenues de soumettre des résultats négatifs les tests de dépistage de virus ou les codes de santé pouvoir voyager entre différentes parties du pays. Les autorités chinoises ont également annoncé que, à moins qu’une zone ne soit désignée comme étant à haut risque, le travail et la production locale ne peuvent être interrompus.

En outre, la balance commerciale chinoise pour le mois de novembre a été publiée. Les exportations ont diminué de 8,7 % par rapport à l’année précédente.une aggravation par rapport à la baisse de 0,3 % enregistrée en octobre et des résultats bien plus mauvais que prévu. Le site les importations ont diminué de 10,6 %.après une baisse de 0,7 % le mois précédent. On s’attendait à ce que le commerce chinois s’affaiblisse, car la demande mondiale s’est refroidie à la suite des hausses de taux d’intérêt décidées par la Réserve fédérale et les banques centrales d’Europe et d’Asie pour freiner la hausse de l’inflation.

Et, en rapport avec la Fed, les réductions d’hier outre-Atlantique sont à nouveau liées aux plans de la Fed. Selon le « Wall Street Journal », la banque centrale américaine prévoit de relever les taux de 50 points de base en février de l’année prochaine.. Le président de la Fed, Jerome Powell, a lui-même commenté la semaine dernière qu’il sera approprié de réduire le rythme du resserrement monétaire à 50 points de base à partir de décembre, après quatre hausses consécutives de 75 points de base. Cependant, les pressions inflationnistes élevées sur les salaires, confirmées vendredi dernier dans le dernier rapport sur l’emploi de novembre, ont amené la Fed à envisager de continuer à relever les taux d’intérêt à un rythme de 50 points de base en février 2023.au lieu de l’augmentation de 25 points de base qui avait été escomptée par le marché.

Lire aussi:  L'euro se redresse après une chute due aux craintes d'une crise de la dette italienne

Par ailleurs, l’ordre du jour de mercredi comprend les points suivants publication du PIB final de la zone euro pour le troisième trimestre.. En outre, dans le chapitre sur les banques centrales, L’Inde a augmenté ses taux de 35 points de base.. Aujourd’hui, elle annonce également sa décision sur les taux la Banque centrale du Canada, qui devrait relever ses taux de 50 points de base.. Nous rappelons que la dernière fois qu’il s’est réuni, à la fin du mois d’octobre, il a surpris les marchés avec une hausse de taux de 50 points de base, inférieure aux 75 points de base attendus.

MORGAN STANLEY, JP MORGAN, GOLDMAN SACHS

En outre, il est question aujourd’hui de Morgan Stanley, qui aurait licencié environ 1 600 personnes.La société compte environ 81 567 employés, et les suppressions d’emplois auraient touché presque tous les départements de l’institution financière. L’entreprise compte environ 81 567 employés et le réaménagement des effectifs aurait touché presque tous les départements de l’institution financière.

Lire aussi:  Lagarde : "Notre objectif n'est pas de créer une récession, mais nous allons continuer à augmenter les taux".

Pour sa part, Jamie Dimon, PDG de JP Morgan Chasela plus grande banque des États-Unis, a déclaré mardi que L’inflation pourrait faire entrer l’économie américaine en récession d’ici 2023..

Le banquier américain a souligné que même si les consommateurs et les entreprises sont actuellement en bonne santé, cette situation ne peut pas durer longtemps. « Les consommateurs disposent de 1,5 milliard de dollars d’économies supplémentaires grâce à la pandémie et dépensent 10 % de plus qu’en 2021 ».

Enfin, David Solomon, de Goldman Sachs, a averti hier que l’économie est confronté à des « périodes de turbulence à venir ».

AUTRES MARCHÉS

L’euro se négocie à 1,0453 dollar (-0,17%). Légère hausse des prix du pétrole après de fortes baisses récentes. Le Brent est à 79,53 dollars et le WTI à 74,34 dollars.

L’or est en légère hausse (+0,13%, 1 784 $), et l’argent se négocie également dans le vert (+0,5%, 22,45 $).

Le bitcoin se négocie à 16 986 dollars et l’ethereum à 1 255 dollars.

Le rendement de l’obligation américaine à 10 ans est de 3,54 %.

Article précédentLes crypto-monnaies augmentent légèrement, le bitcoin se maintenant au niveau des 17 000.
Article suivant« Il est urgent d’alléger la bureaucratie pour les médecins afin qu’ils puissent redevenir médecins ».