Accueil Santé & Bien-être « Il est urgent d’alléger la bureaucratie pour les médecins afin qu’ils puissent...

« Il est urgent d’alléger la bureaucratie pour les médecins afin qu’ils puissent redevenir médecins ».

601
0

Le nouveau chef du ministère régional de la santé, Manel Balcells (Ripoll, 1958), reçoit EL PERIÓDICO dans le bureau qu’occupait jusqu’à il y a deux mois son prédécesseur, Josep Maria Argimon, le « conseller » breve. Le site L’éclatement de l’ERC et de Junts per Catalunya a fait sortir l’un et entrer l’autre.

Balcells il n’a pas la vie facileLes médecins ont appelé à une grève pour les 25 et 26 janvier, à laquelle se sont joints d’autres collectifs de santé. Il nie que la situation de la santé catalane soit la même que celle de Madrid, défend le fait que le gouvernement s’est engagé à une « santé publique de qualité ». et annonce un plan de soutien aux centres de santé, qui souffrent d’une surcharge de soins.


Que va faire Salut face à la grève ? Deux conventions collectives sont déjà en place, celle du Siscat et celle de l’Institut Català de la Salut (ICS), et nous pensons qu’elles devraient répondre à bon nombre de vos préoccupations. Nous sommes convaincus que la signature de l’accord Siscat, qui devrait intervenir avant la fin de l’année, aidera le syndicat à reconsidérer l’opportunité de faire grève. Par ailleurs, nous avons présenté la semaine dernière le plan d’urgence catalan, qui prévoit un renforcement très important de 45 millions d’euros dans les urgences de soins primaires. [recibirá 16 de estos 45 millones] et les hôpitaux. Et, d’autre part, nous préparons deux plans : l’un pour améliorer l’accessibilité et l’autre pour remédier d’urgence au manque de professionnels, en supprimant davantage de charges bureaucratiques afin qu’ils aient plus de temps pour travailler comme médecins.

D’où viendront ces professionnels manquants ? Il y a des mesures qui doivent venir à moyen et long terme, comme la création de nouvelles places MIR en médecine et en soins infirmiers. Tout cela prend du temps. Une autre mesure est celle des retraites partielles.

Le ministère de la santé a proposé aux médecins de premier recours de retarder leur départ à la retraite : en travaillant à temps partiel, ils conserveront 75 % de leur pension. Oui, nous le voyons positivement, il peut nous aider. Nous savons qu’il existe des professionnels qui, à l’âge de la retraite, souhaitent continuer à travailler à temps partiel. Et, dans ces conditions, nous y voyons une bonne chose. Mais ce n’est pas la seule mesure qui serait utile.

Lorsque vous étiez « conseller » des universités, en 2006, il y a eu une grande grève des médecins. Ils se plaignaient de la surcharge de soins et des mauvaises conditions salariales. Comment en est-on arrivé à ce point où, 16 ans plus tard, les revendications sont les mêmes ? Il y a plusieurs raisons. La première est que la pandémie a mis à rude épreuve la société dans son ensemble, mais aussi le système de santé et les professionnels. Il y a toujours une grande surcharge émotionnelle et un sentiment de fatigue. Une autre raison est que l’augmentation salariale qui a eu lieu n’est pas conforme aux attentes par rapport au reste de l’Europe. Depuis 2006, le sous-financement chronique des soins de santé en Catalogne n’a pas été résolu. Le système de financement de la Catalogne n’a pas changé, nous n’avons pas de suffisance fiscale : en d’autres termes, nous ne disposons pas des ressources qui seraient nécessaires.

Ce n’est donc pas la responsabilité de la direction de la Catalogne ? Je ne pense pas qu’il y ait jamais une seule responsabilité, n’est-ce pas ? Vous m’interrogez sur les causes. Les professionnels sont fatigués et il n’y a pas eu d’amélioration des salaires parce qu’il n’y a pas eu de financement adéquat. Il n’y a probablement pas eu non plus de prévision du manque de professionnels. [en Catalunya se jubilarán 9.000 médicos en los próximos 10 años]. C’est donc une combinaison de causes qui conduit à des tensions dans les systèmes de santé en général, car ici il y a une grève annoncée, mais dans d’autres parties du pays il y a des grèves actives. La situation est générale, également en France et dans d’autres pays. La pandémie fait clairement des ravages.

Vous avez annoncé il y a quelques semaines Un milliard de plus pour Salut. C’est fermé ? Les budgets ne sont pas fermés. Nous attendons qu’ils soient fermés et, une fois fermés, nous aurons un milliard de plus, c’est certain.

Les Juntes et le PSC les soutiendront-ils ? Ce serait bien, n’est-ce pas ? [Risas] Je pense que ce serait une action très responsable de leur part, car la population en a besoin, les propositions que nous avons sur la table sont très consensuelles et je pense qu’ils pourraient parfaitement les soutenir. Mais, outre ce milliard du budget ordinaire de Salut, les soins primaires, en plus des 16 millions qu’ils recevront du plan d’urgence déjà annoncé, recevront 62 millions supplémentaires en 2023 des fonds européens React-EU. Sur ces 62 millions, 30 millions seront consacrés aux actions structurelles et 31,4 millions aux investissements technologiques.

Pouvez-vous nous en dire plus ? Ils comprendront 20 projets dans le cadre de CAP et CUAP, ainsi qu’un ensemble de plans d’innovation technologique et de transformation du modèle qui sont définis et que nous présenterons en temps voulu. Nous allons les présenter un par un. Nous pensons que la technologie peut aider : il ne s’agit pas seulement de mettre plus d’argent dans le système, mais de changer le modèle pour rendre cet argent plus efficace. Et quand on parle de technologie, on parle de digitalisation, on parle de télécontrôle, on parle de standards intelligents dans tous les CAP et aussi de wifi dans tous les centres de santé.

Et avec ces 62 millions de plus, aurons-nous déjà 25% du budget de la santé alloué aux soins primaires ? Pas encore. Mais si nous faisons un effort important, je pense que dans deux ou trois ans nous aurons ces 25% pour les soins primaires, ce qui est l’engagement que nous avons pris. Le faire en un an est compliqué, mais le faire en deux ou trois ans, je pense que c’est possible. Dans les budgets 2023, une fois qu’ils seront approuvés, nous verrons qu’il y aura une augmentation significative.

Dans certains CAP de Barcelone, vous devez attendre jusqu’à un mois pour qu’un médecin de premier recours vous rende visite. Que va faire Salut pour améliorer l’accessibilité ? Dans les semaines à venir, nous présenterons un plan d’accessibilité urgent pour améliorer ces questions, tant dans les soins primaires que dans les spécialités. Il est vrai que cela se produit dans certaines PAC, mais pas dans d’autres. Nous avons identifié les goulets d’étranglement et les raisons pour lesquelles cela se produit, et nous commençons à voir qu’il existe des solutions. Nous pouvons améliorer sensiblement la situation de certaines PAC, dont j’ai dit, lors d’une apparition au Parlement, qu’elle me paraissait intolérable. Par conséquent, nous nous concentrons et identifions ce qui doit être fait. Je crois sincèrement que nous pouvons améliorer l’accessibilité dans un court laps de temps.

Et quelle serait une solution possible ? Il n’y en a pas qu’un, mais plusieurs. C’est pourquoi nous disons qu’il existe un plan et nous l’expliquerons en détail lorsque nous le présenterons, bientôt.

Je crains que les gens ne soient pas satisfaits de leur centre de santé et se tournent vers les mutuelles privées.

La situation des soins de santé en Catalogne est-elle la même qu’à Madrid ? Pas du tout, non, pas du tout. Essentiellement parce que, lorsque l’État retirait des fonds coviduels aux régions autonomes, la Generalitat les complétait avec ses propres fonds. Ainsi, nous maintenons l’embauche de personnel et l’engagement de soins. Et donc, la situation n’est heureusement pas la même qu’à Madrid, ni dans ce sens ni dans celui de la privatisation que Madrid a promue et pas la Catalogne. La Catalogne consolide un système de santé publique de qualité et c’est notre engagement.

Toutefois, le nombre de Catalans bénéficiant d’une mutuelle de santé privée est en augmentation. À Barcelone, ils représentent désormais 40 %, un record absolu. Il s’agit d’un taux plus bas qu’à Madrid. [De todos modos] C’est quelque chose qui m’inquiète, que les gens ne soient pas satisfaits des soins primaires. Il faut donc inverser la tendance car notre volonté est que cela ne se produise pas, que les gens soient suffisamment satisfaits pour ne pas avoir besoin d’aller vers une mutuelle privée.

Article précédentL’Ibex 35, avec un focus sur la Chine et le PIB final de la zone euro
Article suivantL’Asie chute après des données chinoises décevantes et malgré les décisions de Covid