Accueil Jeux Les Philippines se préparent à interdire les jeux d’argent en ligne

Les Philippines se préparent à interdire les jeux d’argent en ligne

36
0

Le sénateur philippin Joel Villanueva a présenté un nouveau projet de loi qui interdirait effectivement toutes les formes de jeux d’argent en ligne dans le pays. La nouvelle loi contre les jeux d’argent en ligne vise à imposer des sanctions strictes à tous les individus qui utilisent Internet pour parier et miser. Villanueva a justifié la perte de revenus par le coût social croissant des jeux d’argent, en attirant l’attention sur les récents scandales du POGO.

E-sabong a déjà été banni

2022 a été une année tumultueuse pour l’industrie du jeu aux Philippines. Plusieurs scandales très médiatisés ont secoué le public, entraînant une surveillance accrue du gouvernement et des autorités de réglementation. Le cas le plus récent a été la fermeture de deux opérateurs de jeux offshore philippins (POGO). Plus de 140 travailleurs étrangers ont été sauvés de conditions de travail proches de l’esclavage lors d’une série de mesures de répression qui ont entraîné la perte de la licence d’un opérateur.

E-sabong, le service de paris en ligne sur les combats de coqs aux Philippines, a également été récemment critiqué en raison de la montée en flèche des crimes liés à cette activité. Le gouvernement a pris position et a complètement interdit l’e-sabong en mai, malgré la perte d’environ 88 millions de dollars de revenus. Les responsables politiques du pays semblent désormais prêts à faire face à de nouvelles pertes, dans un contexte de forte pression pour interdire toutes les formes de jeux d’argent en ligne.

Lire aussi:  Le DLC de Hot Wheels chauffe : Forza Horizon 5 dévoile une carte massive

Les jeux d’argent en ligne sont désormais associés à la criminalité

Joel Villanueva, chef de la majorité du Sénat des Philippines, est la principale force motrice de la législation proposée. Il a fermement affirmé que la préservation des valeurs et des vies l’emportait largement sur les pertes financières potentielles et a attiré l’attention sur les graves conséquences des jeux d’argent.

« Le projet de loi vise à[…]empêcher une nouvelle détérioration des mœurs et des valeurs, à encourager les gens à travailler au lieu de s’en remettre à un jeu de hasard, à mettre fin à la dépendance et à sauver des vies.« 

Joel Villanueva

Villanueva a souligné l’augmentation drastique de la criminalité entourant l’industrie du jeu en ligne aux Philippines. Les POGO ont toujours des liens étroits avec les enlèvements, la prostitution et le trafic d’êtres humains, malgré les mesures de répression en cours. L’E-sabong est également sujet à controverse, une récente série de disparitions non élucidées ayant finalement amené le gouvernement à suspendre cette activité.

En vertu de la nouvelle législation, toute personne impliquée dans des jeux d’argent en ligne encourt jusqu’à six mois de prison et des amendes pouvant atteindre 500 000 Php (8 725 $). Les hauts responsables de la société qui violent la loi peuvent recevoir des peines allant jusqu’à cinq ans derrière les barreaux.

Lire aussi:  LeoVegas s'est vu infliger une pénalité de 1,32 million de livres sterling par l'UKGC pour des manquements en matière de RS et de LBC.

Le projet de loi doit encore être approuvé par le Sénat

La nouvelle loi sur les jeux en ligne doit d’abord être approuvée par le Sénat des Philippines avant d’être promulguée. Le projet de loi a déjà le soutien de l’opposition, le chef de la minorité du Sénat, Aquilino Pimentel III, ayant appelé à un effort bipartisan pour mettre en œuvre la législation le plus rapidement possible. Cependant, l’accueil général parmi les sénateurs a été sensiblement plus réservé. C’est compréhensible, étant donné que les jeux d’argent en ligne sont une industrie de plusieurs millions de dollars. Une interdiction soudaine entraînerait sans aucun doute des pertes substantielles.

Le président du Sénat, Juan Miguel Zubiri, a convenu d’étudier d’abord l’impact social des POGO dans le pays avant de s’engager dans une décision. L’enquête prendra sans doute du temps et donnera probablement aux opérateurs en ligne des Philippines le temps de se mobiliser et de défendre leur activité.

Interdire uniquement les opérateurs de jeux offshore pourrait être considéré comme un compromis acceptable puisqu’ils ont été responsables de la plupart des problèmes. Cependant, plusieurs sénateurs ont montré leur volonté d’accepter la perte financière et de soutenir l’interdiction totale. S’ils gagnent suffisamment d’élan et font passer le projet de loi, 2022 deviendra encore plus turbulent pour l’industrie du jeu aux Philippines.

Article précédentMojo, l’application de paris sur la NFL inspirée de la bourse, est lancée dans le New Jersey
Article suivant95% des plaintes pour traite d’êtres humains au Cambodge sont vraies