Accueil Santé & Bien-être Les médecins de Madrid acceptent une « suspension temporaire » de la grève jusqu’au...

Les médecins de Madrid acceptent une « suspension temporaire » de la grève jusqu’au 11 janvier

569
0

Le site des médecins et des pédiatres de Madrid ont décidé de mettre fin à la grève pour laquelle ils étaient en grève depuis un mois. Après une nouvelle réunion, la sixième, entre le comité de grève et le ministère régional de la santé, il a été convenu que la grève se poursuivrait. suspension temporaire jusqu’à une prochaine réunion pour analyser les dernières propositions du département dirigé par Enrique Ruiz Escudero.

Il ne s’agit pas d’un préaccord, mais d’une suspension temporaire, selon le syndicat AMYTS. Sa secrétaire générale, Ángela Hernández, a expliqué, à l’issue de la réunion, qu’il s’agissait d’une  » suspension temporaire « .reformulation par les deux parties de la situation », qui, a-t-il rappelé, était « absolument bloquée », jusqu’à une nouvelle réunion qui se tiendra le 11 janvier.

La réunion s’est terminée après trois heures de l’après-midi. Hernández a détaillé que il y a deux points à étudier par les deux parties avant de se réunir à nouveau pour voir si « un accord peut être trouvé ou si nous devrons poursuivre la grève illimitée ».

Les mesures à étudier sont les suivantes augmentation de la valeur de la carte de santé individuelle (population assignée) pour chaque professionnel de la catégorie des médecins de famille et des pédiatres. Et l’incitation à couvrir le nombre de médecins de famille et de pédiatres. pédiatres de l’après-midi.

« Il ne faut pas sortir avec le sentiment d’avoir un bras crochu. Il y a eu un très gros effort de part et d’autre pour trouver un endroit où travailler à nouveau, et c’est là que nous sommes. Nous devons évaluer ces mesures, nous ne pouvons pas en préciser davantage par respect pour la négociation et le 11 janvier nous pourrons en évaluer davantage », a déclaré le secrétaire général du syndicat, qui a précisé qu’il ne s’agit pas d’un « principe d’accord, ni d’une trêve ». Ce qu’il y a, a-t-elle dit, c’est « un accord sur une suspension temporaire de la grève illimitée ».

Le 11 janvier, on verra si les positions se sont suffisamment rapprochées ou si la grève se poursuivra le 12 janvier ».

Un conflit au point mort

La dernière réunion entre les deux parties a eu lieu jeudi dernier et s’est soldée par des positions plus éloignées que jamais. Le même jour, le ministère régional de la santé a assuré que la dernière proposition du comité était d’abolir Le même jour, le ministère régional de la santé a assuré que la dernière proposition du comité était de supprimer l’équipe de l’après-midi dans les centres de santé et qu’ils n’allaient rien faire à ce sujet.

Lire aussi:  Quelle est la létalité de la variole du singe ? L'OMS se dévoile au grand jour

Ils sont décrits comme suit par AMYTS « faux ». les assertions du gouvernement autonome concernant sa revendication de Le président régional a été à nouveau invité à la présidence régionale, Isabel Díaz Ayuso, pour les rencontrer. Ils ont insisté sur le manque de « volonté politique » pour résoudre le conflit après cinq réunions : les 18, 23 et 24 novembre et les 2 et 15 décembre.

Le dernier jour, même, et devant l’échec des négociations, neuf membres du comité de grève se sont enfermés dans l’un des sièges du ministère, dans la rue Sagasta, un lock-out qui s’est terminé le vendredi soir. Au total, 4 240 médecins de famille et 720 pédiatres de 430 centres de santé de la région ont été appelés à la grève.

Plus tôt dans la journée, quelques heures avant la réunion, un communiqué commun a été publié par les directeurs des centres de santé de la Communauté, en tant qu’organe de gestion intégré dans la structure de l’organisation et « en tant que colonne vertébrale des fonctions de gestion des PC et des soins des professionnels ».

Après un mois de grève illimitée, ils ont demandé à la Consejería de Sanidad une réunion pour négocier « un nouvel accord ».de manière sérieuse et responsable L' »amélioration de la situation critique » de ce niveau de soins dans la région.

Les directeurs des centres de santé ont lancé un appel à la « un dialogue fluide, continu et proactif entre les deux parties pour faciliter l’annulation de la grève, qui porte préjudice aux soins de santé des citoyens » et pour que le Service de santé assume la responsabilité de résoudre le conflit « sans s’engager dans des disqualifications continues ». qui ne contribuent pas à améliorer le conflit »..

Lire aussi:  La peste noire pourrait être la raison pour laquelle nous souffrons d'autres maladies aujourd'hui.

« Un dialogue fluide ».

Les directeurs de centres de santé ont lancé un appel pour la mise en place de « un dialogue fluide, continu et proactif entre les deux parties pour faciliter l’annulation de la grève, qui porte préjudice aux soins de santé des citoyens » et pour que le Service de santé assume la responsabilité de résoudre le conflit « sans s’engager dans des disqualifications continues ». qui ne contribuent pas à améliorer le conflit ».

Ils ont également appelé à « une participation aussi active que possible de la direction du PC et des différentes directions de soins qui le composent, ainsi que des réunions institutionnelles pour pouvoir apporter des solutions à cette grave situation » et, en outre, ils ont « pleinement » soutenu les revendications sur lesquelles se fonde l’appel à la grève. Ils réaffirment qu’il est « impératif » de porter l’investissement dans les soins primaires à 25 % des dépenses totales de santé, car, selon eux, « il est essentiel » de porter l’investissement dans les soins primaires à 25 % des dépenses totales de santé, le plan intégral pour l’amélioration de la région 2022/23 « ne donne pas les résultats escomptés en termes de maintien en poste et d’attraction de nouveaux professionnels ».

Ils réaffirment qu’il est « impératif » d’augmenter les investissements dans les soins primaires pour qu’ils représentent 25 % des dépenses totales de santé, car, selon eux, « ils ne donnent pas les résultats escomptés pour attirer de nouveaux professionnels et les retenir », le plan intégral pour l’amélioration de la région 2022/23 « ne donne pas les résultats escomptés en termes de maintien en poste et d’attraction de nouveaux professionnels ».

Après la réunion de jeudi, Secrétaire général de l’AMYTS a déclaré qu' »il n’y a toujours pas d’augmentation du budget », mais n’a pas voulu anticiper ce qu’ils présenteront lors de la prochaine réunion : « C’est précisément là que nous devrons évaluer, peut-être que le 11 nous arriverons et que nous aurons une idée de ce que nous allons faire ». ils nous disent qu’ils l’ont étudié et que ce n’est pas viable.. Nous en sommes donc au même point qu’aujourd’hui », a-t-il conclu.

Article précédentSharp chute à Wall Street après le rebond de mercredi
Article suivantMicron va réduire ses effectifs de 10 % d’ici à 2023 pour réduire ses coûts