Accueil Finance Les leçons de 2023 que BlackRock conseille de suivre pour gagner en...

Les leçons de 2023 que BlackRock conseille de suivre pour gagner en bourse en 2024

45
0

Il sera difficile de voir une année 2024 aussi positive pour les marchés mondiaux que l’a été la défunte année 2023. Les actions américaines ont augmenté d’environ 25 % au cours des 12 derniers mois après une année 2022 médiocre, catapulté en grande partie par l’enthousiasme autour de l’intelligence artificielle (IA).

Ce fait marquant, selon BlackRock, la valeur de l’adaptation à un nouveau régime macroéconomique L’année a été marquée par un marché aussi volatil que celui-ci, incarné par les rendements des obligations à long terme, qui ont terminé l’année là où ils l’avaient commencée, après avoir été en baisse de 1,5 %. après avoir atteint en octobre des sommets de près de 5 % en 16 ans. Les 12 derniers mois ont permis de tirer plusieurs leçons et de les appliquer à l’élaboration de l’approche d’investissement pour 2024.

Le premier de ces enseignements, expliquent les experts du BlackRock Investment Institute (BII), est que le cycle économique actuel est, comme nous l’avons dit, beaucoup plus volatil et « incertain ». que pendant la période de croissance et d’inflation stables de la Grande Modération (1990-2010). Cette situation, soulignent-ils, est « difficile à gérer » pour les marchésqui ont « oscillé » entre les différentes perspectives macroéconomiques au cours de la dernière année 2023.

« Au cours du seul dernier trimestre, les actions et les obligations se sont redressées à la suite d’une baisse de l’inflation – le rapport de novembre sur l’indice des prix à la consommation confirmant un ralentissement de l’activité dans le secteur des biens – et des prévisions pessimistes de la Réserve fédérale (Fed). (…) De plus, les marchés ont à maintes reprises écarté des baisses de taux agressives, qui ont ensuite été annulées. Tout cela montre que les marchés peuvent extrapoler beaucoup à partir d’une donnée ou d’un commentaire de la banque centrale.« Les stratèges soulignent que cela « est parier fortement sur les perspectives macroéconomiques alors que l’éventail des résultats est large ».« .

Lire aussi:  Wedbush réfute Mizuho : Coinbase à 180 dollars grâce aux ETF bitcoin

Par conséquent, les experts du BII ne pensent pas que le discours dominant du marché fournisse de nouvelles informations sur ce que sera le scénario macroéconomique, et pourtant il faut reconnaître que les marchés « peuvent suivre un discours pendant un certain temps ». C’est la raison pour laquelle ils soulignent que sont « tactiquement neutres » sur les bons du Trésor américain à long terme. depuis octobre dernier, estimant que les rendements à long terme « reprendront leur ascension au fil du temps, les investisseurs exigeant davantage de compensation dans un contexte d’inflation et de déficits budgétaires persistants ».

DISPERSION DES RENDEMENTS

D’autre part, les analystes de la société de Larry Fink soulignent que ce risque macroéconomique plus élevé implique une plus grande dispersion des rendements des actions. En d’autres termes, les risques de voir des écarts plus importants à la hausse ou à la baisse des différents investissements par rapport à la moyenne.

Toutefois, cette situation n’est pas forcément négative. Selon BlackRock, elle présente plus d’opportunités de faire briller l’expertise des investisseurs individuels.. Cette conviction repose, expliquent-ils, sur le fait que la corrélation entre les rendements des obligations et des actions est devenue « fermement » positive, ce qui signifie que les actions et les obligations baissent ou montent simultanément. Par conséquent, l’ancienne méthode de construction de portefeuille qui consistait à parier sur les obligations pour compenser les ventes d’actions « ne fonctionnera pas ».

« Nous préconisons plutôt de diviser les grands blocs d’allocation d’actifs et de les approfondir. Notre deuxième leçon est donc la suivante la granularité est désormais plus essentielle. Nous allons au-delà de la macroéconomie pour rechercher la surperformance, ou l’alpha, en étant dynamiques et sélectifs », affirment-ils.

EXPLOITER LES MÉGATENDANCES

Enfin, BlackRock souligne que le marché haussier de 2023 laisse une autre leçon importante à appliquer à 2024 : exploiter les forces de soutien significatives des mégatendances. Il explique que cela implique d' »aller au-delà » de l’exposition à des actifs ou secteurs spécifiques et de rechercher ceux qui bénéficient le plus de certains facteurs, tels que ceux qui ont pu être les actions qui bénéficient le plus de l’explosion de l’IA, comme Nvidia.

Lire aussi:  Sony et Lego misent sur le métavers et investissent 2 milliards dans Epic Games

« Les forces structurelles comptent maintenant. En tant que facteurs clés du nouveau régime de volatilité accrue de la macroéconomie et des marchés, elles modifient les perspectives de croissance et d’inflation à long terme et sont sur le point de créer des changements majeurs dans la rentabilité des économies et des secteurs », déclare-t-il.

L’une des principales forces identifiées par BlackRock est la suivante. les divergences démographiques entre les régions: d’une part, les économies avancées vieillissantes et, d’autre part, les marchés émergents plus jeunes. Les implications de ce contraste sont très graves, car le vieillissement des populations signifie que les pénuries de main-d’œuvre augmentent et que le nombre de travailleurs s’accroît. Cette situation, soulignent-ils, est l’une des principales causes de l’inflation aux États-Unis.La pénurie de main-d’œuvre maintient la croissance des salaires à un niveau élevé dans la première économie mondiale.

Dans le même ordre d’idées, le la fragmentation géopolitique et la concurrence économique croissante entre les blocs sera une autre tendance majeure qui animera le monde de l’investissement dans les années à venir, à mesure que les blocs concurrents consolideront leurs positions.

Le L’IA et les autres ruptures technologiques seront également très importants à l’avenir, tout comme l’IA et d’autres perturbations technologiques. nouvelle architecture financièrecar elle modifie rapidement la manière dont les ménages et les entreprises utilisent les liquidités, empruntent et recherchent des rendements plus élevés. De même, la transition vers une économie à faibles émissions de carbone devrait stimuler une réaffectation massive des capitaux à mesure que les systèmes énergétiques d’aujourd’hui et de demain seront reconfigurés.

Article précédentIndice des prix à la consommation (IPC) et bénéfices aux États-Unis : les principales références de la semaine prochaine
Article suivantLes habitants se mobilisent contre le projet de casino à Reston, en Virginie