Accueil Business Les deux questions que les investisseurs doivent se poser en temps de...

Les deux questions que les investisseurs doivent se poser en temps de crise

628
0

Le site Guerre ukrainienne a causé beaucoup de peur, à tel point qu’il a a « écrasé » les marchés boursiers. L’essentiel, selon les experts, est de ne pas paniquer dans des moments comme celui-ci, bien que nous soyons au milieu d’une crise géopolitique qui menace le monde entier, mais de prendre du recul et de regarder autour de soi. Les investisseurs, du moins la plupart d’entre eux, ne seront pas directement touchés par l’invasion russe, même si les conséquences les affecteront indirectement. Pour rester calme et faire face à cette situation de la meilleure façon possible, il suffit de se poser quelques questions qui vous aideront à voir les choses en perspective.

Les prévisions des experts concordent : l’Europe et les États-Unis finiront par trouver une solution avec la Russie sur l’Ukraine. Les marchés vont se calmer. Les chaînes d’approvisionnement vont se normaliser. Et les prix vont baisser. Mais jusqu’à ce que cela se produise (et il semble que ce ne soit pas près d’arriver), il continuera d’y avoir beaucoup de volatilité sur les marchés.

Pour éviter de paniquer, selon le Palm Beach Research Group (PBRG), les investisseurs doivent uniquement se concentrer sur les éléments qu’ils peuvent contrôler et, pour ce faire, ils doivent se poser deux questions, à savoir Pour faire face à ces périodes de crise sans tomber dans la spirale de l’incertitude.. Il vous aidera également à prendre les bonnes décisions, afin que le patrimoine continue de croître même dans les périodes difficiles. « Les bonnes décisions permettront d’assurer un avenir financier sûr en cas de crise », affirment les stratèges de la firme.

Lire aussi:  Le PDG de Grenergy investit 5,75 millions d'actions et porte sa participation à 54%.

Ce sont les questions à se poser :

-La crise actuelle entraînera-t-elle une érosion permanente ou temporaire de la valeur du marché ?

Selon PBRG, à moins qu’un investisseur ne détienne une position importante en actions russes, il est peu probable que le marché s’érode de manière permanente ou temporaire, l’érosion du capital causée par cette crise sera « temporaire ».. Ainsi, ces analystes affirment que « tout ralentissement que nous constatons sur le marché se rétablira », comme cela a été le cas en 2020 avec le… S&P 500qui a chuté de 32 % en un mois environ en raison de la pandémie de Covid, avant de remonter de 52 % environ quatre mois plus tard.

En dehors des actions russes, il est très probable qu’il y ait une « rallye massif » lorsque cette crise sera terminée. Que la correction est temporaire, et que les marchés sont dans cette phase de baisse depuis moins d’un an. Il y aura certainement « plus de volatilité », soulignent les experts du cabinet, mais ils font également remarquer qu’il est très difficile de « vendre maintenant et de calculer parfaitement un retour sur les marchés ». Pour cette raison, le conseil est clair : ne rien faire et « garder le cap ».

Lire aussi:  L'inflation se modère en avril à 8,4% en raison de la baisse des prix de l'électricité et de l'essence

-Comment puis-je faire en sorte que cette volatilité fonctionne pour moi ?

C’est la deuxième question à poser, et selon le PBRG, la réponse « est plus simple » qu’il n’y paraît. Ce que vous devez faire, disent ces stratèges, c’est de mettre les valeurs de qualité sur le radarc’est-à-dire les entreprises de premier rang, connues sous le nom de Les « blue chips ».dont les actions sont maintenant vendues par crainte d’un ralentissement économique causé par l’inflation.

Ces entreprises, souligne le PBRG, verront leurs bénéfices érodés par les coûts de l’inflation qu’elles ne peuvent pas répercuter sur leurs clients. « Les profits ne vont pas chuter ». Et pourtant, certaines de ces entreprises se négocient, étonnamment, comme si leurs bénéfices étaient sur le point de diminuer de moitié.

« Ces entreprises offrent des rendements supérieurs à 4 %. Ils ont des dividendes de plus en plus élevés. Ils vendent des produits que les gens veulent ou dont ils ont besoin. Et ils vendent ces produits depuis des décennies », donc PBRG pense qu’ils continueront à faire de l’argent « quoi qu’il arrive », et Ils continueront à verser des dividendes à leurs actionnaires « toujours plus nombreux »..

Article précédentMexique vs USMNT : Gio Reyna donne aux États-Unis une dimension offensive qui leur a fait défaut lors des qualifications pour la Coupe du monde.
Article suivantle virus devient « grippal » et devient « un virus respiratoire comme les autres ».