Accueil Santé & Bien-être Les cycles de fécondation in vitro n’ont aucune incidence sur le type...

Les cycles de fécondation in vitro n’ont aucune incidence sur le type de tumeur mammaire dont souffrent certaines patientes.

628
0

Le site les cycles de fécondation « in vitro n’affectent pas le type de tumeur du sein que certains patients développent, selon une étude réalisée par Dexeus Mujer, qui analyse la l’impact possible du traitement de stimulation ovarienne. sur les caractéristiques des différents sous-types de tumeurs du sein.

L’étude a été présentée cette semaine à Barcelone lors du 13e Congrès européen sur le cancer du sein, organisé tous les deux ans par la Société européenne de mastologie (EUSOMA). Dans le cadre de ce Congrès, un équipe interdisciplinaire de Dexeus Woman, composé de spécialistes de l’oncologie gynécologique, de la pathologie mammaire et de la médecine de la reproduction, a présenté ce projet. étude rétrospective en analysant les données d’un total de 73 patients diagnostiqués avec un cancer du sein.

Lire aussi:  Le vaccin contre le cancer est désormais dans les temps, selon BioNTech

Les chercheurs ont évalué si le fait d’avoir subi un ou plusieurs cycles de stimulation ovarienne dans le cadre d’une le traitement par fécondation in vitro (FIV). pourrait modifier d’une manière ou d’une autre le sous-type ou le pronostic du cancer du sein chez les patientes qui ont développé ultérieurement un cancer du sein.

Dans tous les cas, les chercheurs ont étudié relation possible existante entre le nombre de cycles de FIV effectués, la réponse de la patiente au traitement de FIV et la réponse de la patiente au traitement de FIV. stimulation ovarienne et divers marqueurs utilisés pour déterminer le pronostic du cancer du sein : Ki67, HER2, récepteur d’œstrogène (ER), récepteur de progestérone (PR), oncogène p53 et grade histologique.

Lire aussi:  Y a-t-il des médicaments qui sont liés au développement du cancer du côlon ?

Le travail conclut que les traitements de stimulation ovarienne et le fait d’effectuer un ou plusieurs cycles ne semble pas modifier les caractéristiques biologiques qui sont essentiels pour déterminer le type de tumeur dont est atteint le patient, et donc le diagnostic, ainsi que son évolution et l’évolution de la maladie. les chances de survie.

Sur la base des résultats, les auteurs suggèrent que, par conséquent, « il n’est pas observé qu’il existe un quelconque type de relation entre le fait d’avoir eu un ou plusieurs cycles de FIV et la prééminence de certains types de cancer du sein chez les patientes reproductrices qui développent ensuite cette maladie », explique le Dr. Màxim Izquierdo, auteur principal de l’œuvre.

Article précédentTubos Reunidos confirme le début d’un rebond, jusqu’où peut-il s’étendre ?
Article suivantLes pronostics de la Coupe du Monde de la FIFA 2022, les groupes, les cotes : Un expert du football révèle les meilleurs paris et les pronostics de l’USMNT pour le Qatar.