Accueil Jeux L’EGBA prévoit des revenus de 14,9 milliards d’euros pour les casinos européens...

L’EGBA prévoit des revenus de 14,9 milliards d’euros pour les casinos européens en 2023

536
0

Le secteur européen des casinos, tant au détail qu’en ligne, reste sur la voie d’une progression continue pour la nouvelle année, selon l’EGBA. Association européenne des jeux et paris en ligne.

Dans son dernier rapport – « European Online Gambling – Key Figures 2022 », publié avec H2 Gambling Capital – L’EGBA a révélé que le GGR transcontinental a augmenté de 23 % pour atteindre 108,5 milliards d’euros (2021 : 101,2 milliards d’euros) en 2022, tout en augmentant de 8 % par rapport aux niveaux pré-pandémiques de 2019, au service d’une base de clients de 28,9 millions.

Les jeux ont représenté 45 % des recettes, légèrement derrière les paris sportifs à 46 %, avec des recettes de casino s’élevant à 13,6 milliards d’euros, de poker à 1,5 milliard d’euros et d’autres formes de  » skill gaming  » à 4 millions d’euros, tandis que les recettes de loterie ont atteint 5,1 milliards d’euros et les recettes de bingo 1,1 milliard d’euros.

Maarten Haijer, secrétaire général de l’EGBA, a déclaré : « Le marché européen des jeux d’argent a commencé à se stabiliser cette année après les bouleversements et les perturbations sans précédent de la pandémie. »

Le succès de 2022 est dû en grande partie à un « rebond significatif » du secteur des jeux de hasard terrestres, a affirmé l’organisme professionnel, la réouverture continue des établissements traditionnels ayant fait augmenter les recettes de 34 % pour atteindre 70,3 milliards d’euros (47,28 milliards d’euros).

Lire aussi:  Du football aux sports électroniques : Betting on Sports Europe 2022 examinera les principaux marchés du secteur.

Cependant, malgré les progrès réalisés par le secteur de la vente au détail, les paris et les jeux en ligne ont continué d’afficher de meilleurs résultats qu’avant l’adoption de la loi COVID, puisque le premier secteur a encore enregistré une baisse de 8 % par rapport à 2019, tandis que les recettes du Web ont augmenté de 3 056 milliards d’euros pour atteindre 38,2 milliards d’euros.

Ces chiffres reflètent quelque peu les chiffres publiés par le Commission britannique des jeux de hasard le mois dernier, qui a montré que le secteur du commerce de détail britannique continue de se remettre de la COVID, avec des recettes en hausse de 110,5 % à partir de l’exercice 2020-21, mais représentant toujours une baisse de 21,5 % par rapport à 2019-20.

Une analyse des marchés nationaux a montré que la Suède avait la part de jeu en ligne la plus élevée, soit 80 %, suivie de la Lettonie (75 %), de la Lituanie (67 %), de la Roumanie (65 %) et du Royaume-Uni (65 %), l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne et la France étant désignées comme faisant partie des marchés ayant la plus faible part en ligne.

Lire aussi:  Urban One vise la campagne de 2023 pour la relance du casino de Richmond

Pendant ce temps, les paris sportifs représentaient six pour cent du RBM des jeux en ligne, le in-play était la méthode de choix la plus populaire pour les clients des membres de l’EGBA, tandis que les préférences du marché ont vu les paris sportifs générer des revenus de 10,8 milliards d’euros et les paris sur les courses de chevaux des revenus de 2,1 milliards d’euros.

Haijer a conclu : « Alors que la tendance à la hausse des jeux d’argent en ligne se poursuit, les jeux d’argent terrestres sont en train de rebondir après les fermetures généralisées de casinos et de boutiques de paris au cours des deux dernières années.

« La Coupe du monde a donné un coup de fouet aux opérateurs cette année, plusieurs résultats de matchs inattendus ayant été favorables aux bookmakers. »

En ce qui concerne l’avenir, l’EGBA prévoit qu’en 2023, les recettes verticales s’élèveront à 14,9 milliards d’euros pour les casinos, 1,4 milliard d’euros pour le poker, 1,1 milliard d’euros pour le bingo, 6,7 milliards d’euros pour les loteries, 4 millions d’euros pour les autres jeux d’adresse, 11,6 milliards d’euros pour les paris sportifs et 2 milliards d’euros pour les courses de chevaux.

Article précédentLes NFT offrent leur soutien à Solana : y aura-t-il un rebond en 2023 ?
Article suivantMicrosoft défend l’achat d’Activision Blizzard : « Il ne nuira pas à la concurrence ».