Accueil High-Tech Le « Privacy Sandbox » de Google arrive sur Android et tente de trouver...

Le « Privacy Sandbox » de Google arrive sur Android et tente de trouver un équilibre entre les publicités et la vie privée des utilisateurs.

111
0

Google apporte son initiative  » Privacy Sandbox  » – lancée pour le navigateur Chrome en 2019 – à Android alors qu’il tente d’équilibrer la vie privée des utilisateurs et la publicité. Anthony Chavez, vice-président, gestion des produits, sécurité et confidentialité d’Android, a déclaré dans un billet de blog que Google tentera de créer  » de nouvelles solutions publicitaires plus privées  » sur Android dans le cadre de cette initiative. La société a également annoncé des mesures similaires pour Chrome.

Bien que l’on ne sache pas exactement à quoi ressembleront ces solutions techniques lorsqu’elles seront déployées, Google limitera le partage des données privées des utilisateurs et des identifiants clés avec des applications tierces. Le système d’identification publicitaire existant disparaîtra probablement lui aussi lorsque le nouveau système sera mis en place.

L’identifiant publicitaire est un « identifiant unique, réinitialisable par l’utilisateur pour la publicité, fourni par les services Google Play », selon la société, et qui fait partie de tous les appareils Android. Actuellement, Google permet aux utilisateurs d’Android de refuser la « publicité basée sur les intérêts ou la personnalisation des annonces ». Dans les scénarios où un utilisateur choisit de se retirer, les développeurs obtiennent une chaîne de zéros à la place de l’identifiant publicitaire. Toutefois, cette fonctionnalité n’est disponible que sur Android 12 et dépend de l’action de l’utilisateur. L’approche à venir marquera un changement par rapport à une approche dépendante de l’utilisateur.

Google indique qu’il étudie de nouvelles technologies et de nouveaux outils pour garantir la protection de la vie privée des utilisateurs sans nuire au modèle des applications gratuites, qui est largement soutenu par la publicité. L’article ajoute que Google n’adopte pas une approche « brutale » pour lutter contre les applications qui pistent les utilisateurs, ce qui constitue une nette opposition à l’approche d’Apple. Le fabricant de l’iPhone donne aux utilisateurs la possibilité d’empêcher les développeurs d’applications de suivre leurs données et leur utilisation. Il a été signalé que la nouvelle fonctionnalité de confidentialité d’Apple avait eu un impact négatif sur des applications comme Facebook et Instagram, qui sont financées par la publicité.

Lire aussi:  L'agence de sécurité américaine met en garde contre les pirates qui exploitent les failles de Microsoft et d'Apple.

« Nous voyons déjà comment des approches brutales pour améliorer la vie privée poussent les développeurs à ne choisir vraiment qu’entre de mauvaises options, y compris des solutions de contournement pour le ciblage publicitaire, comme les empreintes digitales. Ces approches pourraient également conduire davantage de développeurs à adopter un modèle payant, ce qui aura un impact sur des millions d’utilisateurs », a déclaré Jessica Martin, responsable de la confidentialité chez Google APAC, lors d’un point presse.

Selon le billet de blog de Google, « Privacy Sandbox » sur Android aidera à « développer des solutions publicitaires efficaces et respectueuses de la vie privée, où les utilisateurs savent que leurs informations sont protégées, et où les développeurs et les entreprises ont les outils pour réussir sur le mobile ».

Mais ces solutions prendront du temps et Google prévoit de prendre en charge les fonctionnalités existantes de la plate-forme publicitaire pendant au moins deux ans. Il donnera également « un préavis important avant tout changement futur ».

Martin a également expliqué que les solutions technologiques pour Android seront différentes de celles qui sont déployées pour Chrome. Google prévoit de supprimer les cookies tiers sur Chrome et d’adopter une nouvelle approche axée sur les « sujets », dans laquelle les annonceurs auront accès aux « sujets » qui intéressent un utilisateur, plutôt qu’aux sites Web exacts qu’il consulte.

Elle a souligné que si les initiatives Privacy Sandbox pour le web et Android partagent une vision commune, il y aura des différences dans la mise en œuvre. « L’idée est de garder le traitement et les informations clés sur l’appareil de l’utilisateur, ce qui est un concept similaire à ce dont on a parlé avec Chrome. Et ces technologies fonctionneront de la même manière pour tout le monde, y compris Google. Les API de préservation de la vie privée seront basées sur des technologies d’amélioration de la vie privée similaires à celles proposées pour le web ouvert, mais elles seront adaptées aux moyens et aux technologies de la plateforme Android », a-t-elle souligné.

Lire aussi:  Aman Pandey, chercheur indien en cybersécurité, en tête du programme de primes pour les bogues Android de Google

Google a également laissé entendre que le processus pourrait prendre plus de temps, ajoutant que le développement d’une solution comme celle-ci n’est pas nécessairement un processus linéaire. Elle nécessitera un retour d’information, des tests, un retour potentiel aux tests, etc. avant d’être finalisée.

« Elle sera complexe et demandera beaucoup de temps. On s’attend donc à ce que le développement, les tests et les itérations de cette technologie prennent deux à trois ans », a expliqué M. Martin.

Pour l’instant, le géant de la recherche laisse les développeurs examiner les « propositions de conception initiales et partager leurs commentaires » sur le site Web des développeurs Android. Il publiera des aperçus pour les développeurs de ces nouveaux outils dans le courant de l’année et prévoit une version bêta d’ici la fin de l’année.

Le post ajoute que plusieurs développeurs d’applications et partenaires sont à bord et sont tous intéressés à travailler pour améliorer la confidentialité des annonces. Google a également déclaré qu’il s’engageait « à travailler en étroite collaboration avec les autorités de réglementation » sur cette question.

Il a « ordonné des engagements publics pour nos efforts en matière de Privacy Sandbox sur le Web », et a déclaré qu’il n’accordera pas de « traitement préférentiel aux produits ou sites publicitaires de Google. » Ces principes s’appliqueront également à Android.

Article précédentTech InDepth : Comprendre les ports Thunderbolt
Article suivantVivo va commencer à exporter des téléphones intelligents fabriqués en Inde à partir de 2022 et investir 3 500 millions de roupies d’ici 2023.