Accueil Finance Le marché boursier britannique revient à la mode : voici comment investir...

Le marché boursier britannique revient à la mode : voici comment investir selon les experts.

122
0

Où investir dans les actions en ce moment ? L’une des options les plus attrayantes est le Marché boursier britanniquequi, d’après les experts, a retrouvé son éclat et est de nouveau à la mode. Au cours d’un mois agité où pratiquement tous les indices boursiers des marchés développés ont chuté, par rapport à janvier, le FTSE 100 a réussi à marquer un petit gain. C’est ce que les analystes recommandent, et les secteurs qui ont le plus de potentiel.

« Nous pensons que Les actions continuent d’offrir une bonne récompense pour le risque.et que le cycle est loin d’être terminé », affirment les stratèges de JP Morgan dans leur dernière note, expliquant qu’ils ont décidé de réitérer leur décision de revoir à la hausse leur conseil sur le marché boursier britannique après avoir passé les deux dernières années au Royaume-Uni. six ans avec une « position prudente ». sur le sujet.

JP Morgan recommande surpondération des actions britanniques. et soulignent qu’à l’heure actuelle, c’est une « erreur » de se positionner en prévision d’une récession, car les conditions de financement sont « très favorables », les marchés du travail sont « très solides », la consommation est « sous-endettée », les flux de trésorerie des entreprises sont « solides » et les bilans des banques sont également « solides ».

Pour sa part, DWS note que les récents gains du marché boursier britannique « semblent refléter la présence limitée des valeurs technologiques sous-performantes dans le FTSE 100, ainsi que le La plus grande pondération de l’indice dans les secteurs de l’énergie, des mines, des finances et des soins de santé.« . C’est pourquoi les actions britanniques n’ont pas été aussi affectées par la volatilité du premier mois de l’année.

Lire aussi:  Les prix du pétrole brut Brent atteignent des sommets inégalés

Comme le note Thomas Bucher, stratège actions mondiales chez DWS, « les investisseurs redeviennent plus sensibles aux valorisations et se désintéressent des actions qui n’ont été soutenues que par des récits. » « C’est en partie pour cette raison qu’en décembre, nous avons revu à la baisse notre estimation du secteur des technologies de l’information (TI), la faisant passer à neutre, et que nous avons amélioré le secteur des soins de santé, qui offre selon nous une croissance plus défensive et des niveaux de valorisation raisonnables « , explique-t-il.

Le manager allemand évoque également les leçons que le Brexit a données aux « chasseurs de bonnes affaires ». Comme il le dit, « les cataclysmes politiques, tels que la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne, peuvent créer des opportunités, mais elles sont susceptibles d’être plus abondantes parmi les petites entreprises qu’au niveau de l’indice ». Enfin, DWS souligne qu’en matière d’investissement, « nous devrions être très confiants dans notre analyse de la supposée bonne affaire et ne pas être surpris s’il faut un peu plus de temps aux autres investisseurs pour la repérer ».

Lire aussi:  L'Ibex 35 ouvrira le mois de juin dans le vert après un bon mois de mai.

OÙ INVESTIR ?

Outre les secteurs mentionnés par DWS, les experts de Berenberg se sont également intéressés à d’autres secteurs susceptibles d’intéresser les investisseurs. En particulier, le cabinet allemand conseille de prêter une attention particulière à l’élément suivant secteur de l’assurance-vie au Royaume-Uni, parce qu’elle « offre des opportunités de revenus très attractives, soutenues par deux facteurs positifs : premièrement, une forte génération de cash, qui se traduit par des dividendes attractifs et durables avec un potentiel de surprise à la hausse ; et deuxièmement, une croissance structurelle de l’épargne et des retraites, qui est encore sous-évaluée par le marché ».

Et chez Berenberg, ils voient aussi d’un bon œil le… Banques britanniques. « Ils profitent de la hausse des taux d’intérêt, dans tous les sens du terme », affirment les experts du cabinet, en référence à la décision prise il y a quelques jours par la Banque d’Angleterre, qui a décidé de relever les taux d’intérêt au Royaume-Uni. de porter les taux à 0,5 %.. Selon lui, « bien que les banques nationales britanniques aient légèrement surperformé leurs homologues européennes au cours des 12 derniers mois, nous pensons que les bénéfices et les évaluations du consensus ne reflètent pas l’avantage pluriannuel des taux d’intérêt britanniques plus élevés ».

Article précédentPropriété du Washington Spirit : Y. Michele Kang devient propriétaire majoritaire après une saga de plusieurs mois.
Article suivantAnalyse vidéo de CaixaBank : un retour en arrière dans les manuels pour atteindre des sommets historiques.