Accueil Jeux Le gouverneur de la Nouvelle-Zélande soumet un projet d’accord sur les jeux...

Le gouverneur de la Nouvelle-Zélande soumet un projet d’accord sur les jeux d’argent.

561
0

Le gouverneur du Dakota du Nord Doug Burgum a rejeté un addendum proposé par cinq nations tribales concernant les jeux en ligne après avoir soumis les projets finaux d’une législation sur les jeux entre les tribus et les États.

Les accords de jeux tribaux actuels devant expirer au début de l’année 2023, et après des mois de négociations entre les représentants de l’État et cinq nations tribales, les projets finaux ont été soumis à la direction législative, 17 législateurs comprenant les leaders de la majorité et de la minorité de la Chambre et du Sénat, ainsi que le personnel juridique.

« Ces accords négociés abordent un certain nombre de problèmes de longue date entre l’État et les tribus en réduisant la paperasserie et en rationalisant la réglementation des jeux tribaux au profit des deux parties », a déclaré M. Burgum.

À compter de la date de soumission, la direction législative dispose désormais de 21 jours pour examiner les accords, après quoi le gouverneur et chaque tribu peuvent les signer une fois le feu vert donné.

Le ministère américain de l’intérieur dispose ensuite de 45 jours pour approuver ou rejeter les pactes signés. Si le ministère de l’intérieur ne prend aucune mesure dans ces 45 jours, les accords entrent automatiquement en vigueur.

Les changements apportés dans le cadre de l’accord comprennent l’élimination de la duplication inutile de la réglementation, la résolution d’un certain nombre d' »autres problèmes de réglementation et de définition » et l’autorisation des jeux de type casino de classe III et des paris sportifs en ligne, y compris les jeux mobiles, dans les limites physiques des réserves.

Lire aussi:  Ubisoft dément le lancement de Far Cry 6 sur Xbox Game Pass après que le bug de la plateforme soit devenu viral.

Un addendum proposé par les tribus pour offrir ces types de jeux en dehors des réserves n’a pas été inclus dans le projet final. Un texte a été inclus dans les pactes pour permettre aux tribus d’offrir ces jeux en dehors des réserves si la loi de l’État et la loi fédérale l’autorisent.

Sur le point ci-dessus, Burgum a noté : « Bien que nous comprenions et appréciions le désir de certaines tribus d’étendre les jeux en ligne au-delà des limites de leur réserve, il n’existe pas de voie juridique claire permettant au gouverneur d’accorder une telle expansion des jeux dans le contrat.

« Nous prévoyons de travailler avec le corps législatif afin d’amener toutes les parties à la table et de jeter un regard complet sur les jeux au cours de la prochaine session 2023, y compris les paris sportifs, les e-tabs et les autres jeux. »

Depuis que les e-tabs ont été autorisés au cours de la session législative de 2017, le nombre de machines e-tab dans le Dakota du Nord est passé à environ 4 500 appareils sur 800 sites – dépassant les quelque 3 300 machines à sous de classe III situées dans les casinos tribaux du Dakota du Nord.

Lire aussi:  Crown Melbourne apporte des changements positifs, selon un rapport.

S’ils sont approuvés par tous les acteurs susmentionnés, des changements supplémentaires aux accords permettront d’abaisser l’âge légal pour jouer dans la réserve de 21 à 19 ans. Toutefois, une exception sera maintenue pour les personnes ayant une carte d’identité militaire, qui pourront jouer à l’âge de 18 ans.

En outre, les tribus seront autorisées à accepter les cartes de crédit et de débit à toutes fins. Cela inclut les paris sur compte et les jeux sans argent.

Les tribus accepteront également de permettre à l’État d’effectuer une inspection annuelle du casino aux frais de la première, toute inspection supplémentaire étant payée par l’État. En outre, les casinos resteront soumis aux inspections et audits fédéraux réguliers, ainsi qu’à la présentation de rapports trimestriels à l’État du Dakota du Nord.

En ce qui concerne les mesures de jeu responsable dans la réserve, l’accord stipule que chaque tribu offrira une certaine souplesse dans l’administration des services de traitement, d’éducation et de prévention de la dépendance au jeu, qui sont financés par des contributions de 25 000 dollars par an, pour un total de 125 000 dollars par an.

Article précédentL’AIReF souligne que la dette publique cessera de diminuer en 2025 si des mesures ne sont pas prises
Article suivantPenn Entertainment affiche de solides résultats au troisième trimestre