Accueil Business Le gouvernement prolonge le plafond de 5 % sur les augmentations du...

Le gouvernement prolonge le plafond de 5 % sur les augmentations du prix du gaz pour toute l’année 2023.

613
0

Jusqu’au 31 décembre 2023. Il s’agit de la date jusqu’à laquelle la limitation de l’augmentation de 5 % du gaz dans le tarif réglementé sera en vigueur après la prolongation approuvée par le gouvernement dans le cadre de l’accord sur l’énergie. Plus de plan de sécurité énergétique approuvé la semaine dernière. Jusqu’à présent, la mise en œuvre de la mesure était prévue jusqu’au dernier trimestre de cette année.

La troisième vice-présidente et ministre de la Transition écologique et du Défi démographique, Teresa Ribera, a détaillé les nouvelles mesures qui seront mises en place afin de atténuer l’impact des prix de l’énergie. et que le président du gouvernement, Pedro Sánchez, a annoncé il y a quelques jours.

Le paquet de 73 mesures est doté d’un budget d’environ 3 000 millions d’euros, qui sera financé par le budget général de l’État (PGE). M. Ribera n’a pas exclu que le gouvernement approuve d’autres mesures pour lutter contre la crise énergétique actuelle. Il sera étudié « en fonction de l’évolution des circonstances », a-t-elle déclaré.

En particulier, la création d’un nouveau tarif de dernier recours (TUR) est envisagée, visant à la les communautés de voisins qui disposent de gaz naturel. Elle sera également en vigueur tout au long de l’année 2023 et devrait permettre à environ 1,7 million de ménages équipés de chaudières collectives de pouvoir réduire de 50 % le coût de leur chauffage..

« Nous pensons qu’il est important d’encourager et de faciliter les économies de consommation d’énergie dans les associations de propriétaires. C’est pourquoi nous avons calculé la consommation moyenne sur les cinq dernières années, et nous appliquons une remise de 30% à 70% de la consommation. » a expliqué M. Ribera lors de la conférence de presse qui a suivi le Conseil des ministres. Pour bénéficier de ce nouveau tarif de proximité, les collectivités doivent remplir les conditions suivantes deux conditions: installer des compteurs individualisés avant l’hiver prochain et vérifier le fonctionnement de la chaudière.

Parmi les autres mesures incluses dans ce dernier paquet, il y a la extension de la prime sociale pour les familles en augmentant de 15 % la quantité d’énergie donnant droit à une réduction. Il bénéficiera à 1,3 million de ménages.

Il crée un nouvelle catégorie temporaire de consommateurs d’électricité ont droit à une réduction sur leurs factures. Il s’agira des ménages dont les revenus sont inférieurs à deux fois l’Iprem (16 212,56 euros par an). Avec ce point, 1,5 million de ménages seront éligibles à la nouvelle prime d’équité énergétique, avec 40% de réduction sur les factures d’électricité.

Lire aussi:  Le marché salue la hausse de l'âge de la retraite décidée par Macron malgré les protestations

En même temps, les réductions pour le bono social augmententLe rabais pour les consommateurs vulnérables passera de 60% à 65% et pour les consommateurs les plus sévères de 70% à 80%. Elle est également augmentée jusqu’à la fin de 2023, ce qui fera passer l’aide de la fourchette de 35 à 350 euros par an à celle de 40 à 375 euros.

En outre, les factures d’électricité et de gaz des ménages et des PME devront désormais comporter des informations sur la consommation moyenne dans le district et des conseils sur les moyens d’économiser. Aussi Les pénalités seront limitées à 5 %. qui peut être imposée par un fournisseur de gaz en cas de rupture anticipée du contrat.

D’autre part, il y aura un Coup de pouce aux énergies renouvelables avec la simplification du traitement des installations en augmentant la taille maximale des installations exemptées d’autorisation à 500kW et en portant à 1 kilomètre la distance minimale entre le point de production d’énergie et le lieu de consommation.

En outre, dans le but d’endiguer la gaspillage d’éclairage dans l’éclairageles exigences minimales d’efficacité augmentent de 119 % pour l’éclairage fonctionnel et de 163 % pour l’éclairage d’ambiance et une réduction de la consommation de 39 % et 67 % sera autorisée en fonction du niveau d’éclairage.

DÉDUCTIONS DE L’IRPF

Au niveau de amélioration de l’efficacité énergétiquel’application de la déduction prévue par l’impôt sur le revenu des personnes physiques pour les travaux d’amélioration de l’efficacité énergétique de la résidence principale sur une base individuelle est prolongée jusqu’à la fin de 2023. L’extension de la déduction est prolongée jusqu’à la fin de 2024 dans le cas de travaux de réhabilitation énergétique réalisés dans des bâtiments résidentiels.

Une mesure sera également introduite dans l’impôt sur les sociétés, qui permettra aux contribuables de… amortir librement les investissements réalisés dans des installations destinées à l’autoconsommation. d’énergie électrique, ainsi que les installations à usage thermique pour la consommation propre, à condition qu’elles utilisent de l’énergie provenant de sources renouvelables et qu’elles remplacent les installations qui utilisent de l’énergie provenant de sources non renouvelables d’origine fossile.

Lire aussi:  Signal d'optimisme du côté technique du S&P 500

Actuellement, la loi prévoit une série de déductions pour les travaux d’amélioration de l’efficacité énergétique des logements, allant de 20% à 60% en fonction de la réduction de la consommation obtenue et du type de propriété, qu’il s’agisse d’un logement individuel ou d’un immeuble résidentiel.

Ainsi, les contribuables peuvent déduire 20% des montants investis pour des travaux de réhabilitation ou d’amélioration.visant à réduire de 7 % la demande de chauffage et de refroidissement dans un seul logement. Dans ce cas, il doit s’agir de la résidence principale du contribuable, ou elle doit être destinée ou destinée à être louée comme résidence principale. La déduction peut atteindre un maximum de 5 000 euros par logement.

Il existe également un Déduction de 40% pour les actions de réhabilitation permettant de réduire la consommation de 30%. d’énergie primaire non renouvelable, attestée par le certificat d’efficacité énergétique du logement, ou améliorer le classement énergétique, en atteignant les lettres « A » ou « B ». Dans ce cas, il doit également être la résidence habituelle ou être loué comme tel. Le consommateur peut obtenir une déduction allant jusqu’à un maximum de 7 500 euros par logement.

Dans le bâtiments résidentielsa déduction de 60 %. pour les actions qui réduisent de 30 % la consommation d’énergie primaire non renouvelable ou qui améliorent le classement, en atteignant les lettres « A » ou « B » dans le bâtiment où sont réalisés les travaux d’amélioration, qui doivent toucher l’ensemble du bâtiment. Dans ce cas, les particuliers dont le bâtiment a fait l’objet de travaux d’amélioration ou de rénovation entraînant une réduction d’au moins 30 % de la consommation d’énergie, attestée par le certificat d’efficacité énergétique du bâtiment, ou l’amélioration du classement énergétique du bâtiment, sont éligibles. La déduction peut atteindre un maximum de 15 000 euros par logement.

Dans les déductions pour les travaux réalisés pour réduire la consommation de chauffage et de refroidissement dans le cas d’un logement individuel, le champ d’application temporaire de la déduction prévue par l’IRPF sera prolongé jusqu’au 31 décembre 2023, dans le but d’améliorer son efficacité énergétique. Dans le cas de travaux de rénovation énergétique réalisés dans des bâtiments résidentiels, elle peut être appliquée jusqu’au 31 décembre 2024.

Article précédentDiligence in Gaming pour soutenir la conformité de Smart Gaming aux Pays-Bas
Article suivantMcGregor « joint ses poings » à ceux de Me88 pour devenir ambassadeur en Asie.