Accueil Santé & Bien-être Le faible taux de vaccination des personnes âgées de plus de 65...

Le faible taux de vaccination des personnes âgées de plus de 65 ans a provoqué une vague d’infections en Chine.

550
0

Épidémiologistes catalans comparer la situation que le géant asiatique traverse actuellement avec la situation que la Catalogne a connue en Juillet 2020, deux mois après l’enfermement à domicile, lorsqu’il a dû à nouveau enfermer (cette fois de manière périmétrique) le Région du Segrià et le Région métropolitaine de Barcelone face à l’augmentation des contagions.

Pour la première fois depuis des mois, le comité consultatif scientifique du covid-19 en Catalogne s’est réuni lundi, suite à la situation épidémiologique du géant asiatique. L’organisme préconise d’accroître la vigilance épidémiologique de nouvelles variantes possibles qui pourraient apparaître. Mais les experts appellent surtout à davantage de progrès sur la quatrièmes doses, dont la couverture dans Espagne et Catalogne est encore faible.

Lire aussi:  quel est le temps d'incubation ?

En Catalogne, c’est 55% parmi les plus de 60 ans, un pourcentage « améliorable », comme l’a reconnu le secrétaire à la santé publique lundi, Carmen Cabezas, sur Catalunya Ràdio. « La couverture vaccinale était très bonne en Espagne, mais on a de plus en plus l’impression que la pandémie est terminée. La couverture vaccinale n’est pas optimale à l’heure actuelle : elle est très importante pour améliorer les quatrièmes doses, notes pour sa part Joan Caylà, membre de la société espagnole d’épidémiologie (SEE). M. Caylà rappelle que, selon les dernières données de l’Institut national espagnol de la statistique (INE), au cours du premier semestre 2022, en Espagne, quelque 20 000 personnes sont mortes du covid-19, un virus qui reste « plus mortel que la grippe ».

Lire aussi:  La Catalogne fait des progrès dans l'utilisation des psychédéliques pour traiter les troubles mentaux

En outre, les médecins demandent que l’on fasse davantage appel à la antiviraux pour traiter le covid-19 chez les patients les plus graves admis dans les hôpitaux et les unités de soins intensifs. Deux sont actuellement utilisés : le remdesivir et le paxlovid. L’utilisation du paxlovid est plus faible, car il présente de nombreuses interactions avec d’autres médicaments. Mais les experts soulignent que le paxlovid est utilisé moins que ce qu’il devrait êtremalgré le fait qu’il soit très efficace surtout dans les cinq premiers jours après l’apparition des symptômes et diminue fortement la une maladie grave.

Article précédentCaixabank et deux autres valeurs qui ont surmonté la résistance lundi
Article suivantQuels niveaux PharmaMar doit-il dépasser pour revenir à la hausse ?