Accueil Finance L’AIE finalise ses plans : elle estime libérer jusqu’à 120 millions de...

L’AIE finalise ses plans : elle estime libérer jusqu’à 120 millions de barils de pétrole brut.

209
0

Le site Agence internationale de l’énergie (AIE) a étoffé ses plans visant à libérer des stocks de pétrole afin de contrôler les turbulences du marché à la suite du déclenchement de la guerre en Ukraine. Fatih Birol, le directeur exécutif de l’agence, a confirmé qu’elle envisageait de publier des informations sur la situation financière de l’UE. 120 millions de barils, dont 60 millions pour les seuls États-Unis.

Après les nouvelles, le prix de « l’or noir » souffre sur les marchés, en cédant 100 dollars, les deux Brent (-2,2%, 98,80 $). comme le West Texas Intermediate (-2,1%, 94,18 dollars).

« L’AIE àvance avec une libération collective des stocks de pétrole de 120 millions de barils. (dont 60 millions de barils fournis par les États-Unis dans le cadre de leur prélèvement global sur leur réserve stratégique de pétrole). De plus amples détails sur les contributions spécifiques seront rendus publics prochainement », a écrit M. Birol sur son profil Twitter officiel.

Suite à la réunion de la semaine dernièreMinistres de l’AIE ont réitéré leur préoccupation quant aux impacts sur la sécurité énergétique des actions atroces de la Russie et a exprimé son soutien aux sanctions imposées par la communauté internationale en réponse. Ils ont également exprimé leur solidarité avec le peuple ukrainien et son « gouvernement démocratiquement élu face à la violation flagrante et non provoquée par la Russie de la souveraineté et de l’intégrité de l’Ukraine ».

Lire aussi:  Les États-Unis créent 428 000 emplois en avril et dépassent les prévisions

Ils ont également annoncé la mesure de de nouveaux rejets de barils de pétrolele deuxième communiqué de ce type cette année, afin de maîtriser les turbulences du marché. L’accord conclu ce vendredi est le cinquième communiqué de ce type, après ceux qui ont été conclus en 2002. 1991, 2005, 2011 et 1er mars 2022.

« Si la chute (des prix du pétrole brut) est durable, nous pourrions commencer à voir une certaine atténuation des pressions inflationnistes.mais il n’est pas clair dans quelle mesure le repli du pétrole sera durable et jusqu’où les prix pourraient chuter étant donné l’écart croissant entre l’offre et la demande », note Ipek Ozkardeskaya de Swissquote, qui estime qu’il vaut mieux voir les prix du pétrole en dessous de 100 dollars qu’au-dessus.

Lire aussi:  La Chine va soutenir les introductions en bourse et la cotation de ses entreprises à l'étranger

Article précédentL’Ibex 35 continue de ralentir au niveau de la marque 200
Article suivantL’ONU suspend la Russie du Conseil des droits de l’homme après le massacre de Bucha