Accueil Finance « La Russie ne peut pas se permettre de ne rien laisser se...

« La Russie ne peut pas se permettre de ne rien laisser se passer en Ukraine, car elle perdra son influence ».

260
0

L’escalade sur l’Ukraine est évidente. Cette semaine, les États-Unis ont répondu à l’envoi par la Russie de près de 100 000 soldats à la frontière en rapprochant 3 000 soldats de l’Europe de l’Est. Le conflit ne semble pas avoir de fin à court terme, une thèse défendue par le professeur de l’EAE Business School et expert en géopolitique. Francisco Verdera.

« Il est dans l’intérêt de l’Europe et des États-Unis que rien ne se passe en Ukraine », défend cet analyste dans des déclarations à Bolsamanía, qui ajoute que « la Russie ne peut pas se permettre que rien ne se passe, car elle continuera à perdre de l’influence ». « Ce n’est pas qu’il veuille une guerre, mais le Kremlin est intéressé par ce mouvement dans les pays qui étaient auparavant dans sa sphère et qui se sont rapprochés de l’OTAN et de l’UE.« .

Ces dernières semaines, le les dirigeants politiques se sont rencontrés à plusieurs reprises pour tenter de les rapprocher, mais ils n’y sont pas parvenus en raison des lignes rouges tracées par Moscou. La principale est La non-inclusion de l’Ukraine dans l’OTAN ou l’Union européenne, ce qui n’est pas garanti par l’Occident. Vladimir PoutineLe président russe Vladimir Poutine a accusé Washington de ne pas tenir compte de ses demandes.

Selon M. Verdera, ces actions de la Russie en Ukraine sont perçues comme un moyen d’exercer une influence, qui peut être imitée dans d’autres régions du monde. « Si l’Europe et les États-Unis ne montrent pas qu’ils sont forts, La Chine prendra note de tout mouvement que le Kremlin pourrait faire.« . L’objectif, selon cet analyste, serait de répéter la même stratégie dans ses zones d’influence.

Lire aussi:  Vitalik Buterin révèle une nouvelle phase de l'Ethereum : " Le Fléau ".

« L’objectif de Poutine est de pour faire peur et non pour envoyer des missiles directement à la frontière.. C’est la guerre que les États-Unis savent mener. La Russie joue en ce moment un autre jeu de renseignement, de désinformation et de cyber-attaques. Le type de guerre est totalement différent », affirme-t-il.

SANCTIONS ÉVENTUELLES ET GAZ

L’une des armes avec lesquelles l’Occident entend faire pression sur la Russie sont les suivantes sanctions économiques et financières. On a même spéculé sur l’exclusion des banques du pays du système international. SWIFT, ce qui les empêcherait d’effectuer des transactions avec le reste du monde.

Au centre de tout ce conflit se trouve également le gaz dont l’Europe est dépendante et qui a un poids très important dans la balance extérieure de la Russie. Selon Verdera, Sur 3 euros d’exportations russes vers l’UE, 2 sont des produits énergétiques. « Cela montre quel drame ce serait de couper les approvisionnements », dit-il. Toutefois, il considère ce scénario comme possible « si Moscou décide de prendre les choses en main et d’envahir militairement l’Ukraine ou de la déstabiliser par un coup d’État interne ».

Compte tenu de cet extrême, L’Europe aurait une alternative, bien que beaucoup plus cher. D’une part, elle pourrait importer une quantité « tiède » de gaz en provenance de l’Union européenne. Norvège, en plus de recevoir du gaz naturel liquéfié (GNL) de la part de Arabie Saoudite. La regazéification et le transport par bateau augmenteraient les prix de cette marchandise.

Lire aussi:  Décision sur le taux de la Fed et IPC européen pour marquer la semaine à venir

De l’autre côté, la Russie n’a pas beaucoup d’alternatives pour placer le gaz. Par le biais du pipeline, il n’aurait que l’option de la Turquie, qui se trouve dans la sphère de l’OTAN. Tous les autres pays situés à l’est sont soit des producteurs de gaz et de pétrole, soit des marchés minoritaires.

L’EUROPE PEUT FAIRE DU MAL

Quant aux autres mesures qui peuvent être prises, c’est le Vieux Continent, et non les États-Unis, qui peut faire de réels dégâts. Au-delà de l’énergie, il y a des relations commerciales qui sont importantes pour la Russie. Celles-ci ont toutefois été affaiblies après l’annexion de la Crimée en 2014 et les sanctions qui ont fait des ravages sur son économie.

À l’heure actuelle, certains États de l’UE continuent d’entretenir des relations étroites avec Moscou à cet égard, ce qui rend difficile de marquer une ligne commune dans le conflit. A cela s’ajoutent les pays qui se montrent proches du Kremlin, comme Hongrie.

« Il est impossible de prévoir quelle sera la réponse de la Russie au conflit.« , fait valoir Verdera. « Moscou ne sourcille pas à l’idée de prendre la Crimée. La différence est que les citoyens de Crimée étaient pro-russes. La Russie peut se permettre d’occuper deux ou trois zones supplémentaires qui sont pro-russes, mais cela ne l’intéresse pas. Ce qui l’intéresse, c’est de menacer de maintenir l’Ukraine hors de l’OTAN », a-t-il déclaré.

Article précédentUn détenu du centre de tuberculose de Barcelone : « La première chose que je ferai quand je sortirai, c’est de vivre ».
Article suivantQuel est le point commun entre Tesla et Nvidia : le DMA200 leur redonne vie ?